Bmw F 850 GS
Essai
21 mai 2018
Honda CB125R 2018
Essai
12 mai 2018
KTM 790 Duke
Essai
05 mai 2018
Kymco Visar
Essai
14 avril 2018
Yamaha MT-07 2018
Essai
07 avril 2018
Kawasaki Ninja H2 SX SE
Essai
24 mars 2018
SWM Superdual T
Essai
17 mars 2018
Sym Jet 14 125 LC
Essai
10 mars 2018
Royal Enfield Himalayan
Essai
24 février 2018

Orcal NK01

Orcal NK01

Les photos de l'essai
Orcal NK01
20
Diaporama

publié le 17 février

Dans la gamme Orcal 2018, la nouvelle NK01 est un scrambler de petite cylindrée que nous avons testé dans le sud de la France. Première déclinaison de la classique best-seller, l'Astor 125, la DIP mise beaucoup sur cette moto grand public des plus stylées !

Fabriquée parLongjiaselon un cahier des charges toujours imposé par la DIP, à la différence de l'Astor qui est produite par Senke Motor, la NK01 se différencie pour son châssis et son moteur également (celui des Astor est une base Yamaha YBR, celui de la NK01 reprendrait un brevet Honda). Vendue au tarif de2 495 €., (le même prix que l'Astor 125), elle présente un look différent, encore plus tendance.Phare rond, barres de protection, large guidon, sabot moteur, selle matelassée soulignée d'une barre de maintien passager à l'ancienne et ligne d'échappement spécifique sont ses atouts stylistiques. Sans oublier la signature du feu arrière à leds, sublime ! Côté finition, le traitement noir du cadre, des jantes (aux rayons chromés) et des différents accessoires est bien fait. Aucun fil disgracieux ne vient se balader sur les parties mécaniques, mais nous trouverons toutefois à redire quant à la qualité de certaines soudures du cadre. Au niveau de la partie arrière en particulier, non loin des points d'ancrage des amortisseurs, mais également vers les repose-pieds.

Un bon accueil

Avec seulement 755 mm de hauteur et sa forme fine et plane, la selle est accessible à tous les gabarits. Le guidon se veut plus large qu'un cintre classique, mais il n'est pas trop grand pour autant et ses poignées sont ramenées vers le pilote. Quant aux jambes, elles sont peu repliées grâce aux repose-pieds bien positionnés. La position de conduite est donc agréable, et compense l'inconfort généré par la texture de l'assise et la sécheresse des amortisseurs. La NK01 adopte un simple cadran à aiguille pour le compte-tours. Le reste des informations est distillé par un petit bloc numérique à affichage négatif, lisible : kilométrage journalier, jauge segmentée, rapport engagé, tout y est !. Avec un appel de phare à l'index et un coupe-contact, les commodos ne posent guère de difficultés.

Moteur basique, au très bon son !

Le bloc, calqué sur les plans d'un monocylindre Honda, se distingue d'abord par son absence totale de vibrations, ce qui est loin d'être le cas des concurrentes de même origine. Son couple maximal est sensiblement égal à celui de l'Astor, mais il déboule 1 500 tours plus tôt, assurant un bon agrément aux vitesses usuelles. Ce qui permet du coup de moins jouer de la boîte à 5 rapports, de bon augure car celle-ci est dure et parfois ponctuée de faux point morts. Passé les 6 000 tours, on profite d'une plage intéressante pour exploiter ce mono de 10 chevaux jusqu'aux 10 000. On peut miser sur un 105 km/h compteur pour une consommation de 3,1 l/100 km sur cet essai. Dernier point réjouissant : l'identité sonore de la NK01, exceptionnelle ! Pour freiner ses ardeurs, la NK01 est équipée d'un vrai freinage couplé CBS, avec étrier 3 pistons à l'avant. L'arrière est très dosable, comme l'est d'ailleurs le freinage avant, bien puissant également. Merci aux durites tressées ! Le maintien sur les phases appuyées n'est pas exceptionnel, mais il est acceptable. Nous avons également apprécié le grip des pneumatiques sculptés Timsun sur le sec.

L'urbaine est dévouée

Pas de bouchon sur charnière ni de béquille centrale, la NK01 est moins pratique que l'Astor au quotidien. On trouve toutefois un peu de place sous la selle et une prise USB sur le côté gauche du phare, très utile pour y recharger son smartphone ou alimenter un GPS. La poignée de maintien du passager peut servir de point d'ancrage à sandows, quant à la batterie, elle est facilement accessible côté gauche, en déposant la plaque latérale alu grâce à la clé de contact. Compacte, légère et fine, la NK01 est une citadine née qui mettra en confiance les pilotes les moins expérimentés. Elle n'a en effet aucun mal à se faufiler dans le trafic, bien aidée par son équilibre et son très bon rayon de braquage. Il faut juste rester vigilant quant à l'encombrement du guidon qui pointe à hauteur des rétroviseurs. Si le bitume est irrégulier, la NK01 se révèlera difficile à vivre par manque d'amortissement à l'arrière. En revanche sur billard, elle devient franchement rigoureuse et rigolote à faire évoluer sur des routes sinueuses où elle offre un bon maintien de cap en courbe. Sa direction engage sensiblement, toutefois nous lui trouvons une certaine agilité appréciable.

NK01 125 : signée Orcal !

Perfectible sur certains points par rapport à l'Astor, la NK01 demeure une 125 facile et agréable. Qui propose dès aujourd'hui un look scrambler des plus tendances au sein de la gamme Orcal, une marque française qui fait construire en Chine (comme beaucoup !) mais qui se distingue par sa qualité de fabrication et son suivi. Preuve en est l'histoire de son premier modèle, l'Astor : vendu à plus de 1 600 exemplaires en 2016 et quasiment interrompu cette année en raison d'un problème de sous-traitant moteur, qui n'apportait pas satisfaction à l'importateur DIP. De quoi redorer le blason de la marque Orcal, un emblème bien visible sur cette NK01.

Avis de la rédaction sur Orcal NK01
15.2/20
Perfectible sur certains points par rapport à l'Astor, la NK01 demeure une 125 facile et agréable. Qui propose dès aujourd'hui un look scrambler des plus tendances au sein de la gamme Orcal, une marque française qui fait construire en Chine (comme beaucoup !) mais qui se distingue par sa qualité de fabrication et son suivi. Preuve en est l'histoire de son premier modèle, l'Astor : vendu à plus de 1 600 exemplaires en 2016 et quasiment interrompu cette année en raison d'un problème de sous-traitant moteur, qui n'apportait pas satisfaction à l'importateur DIP. De quoi redorer le blason de la marque Orcal, un emblème bien visible sur cette NK01.
Look scramblerPrise en mainsFreinageSonorité moteurPort USB de série
Suspensions sèchesSoudures de cadre disgracieusesBoite de vitesses dure
Les chiffresPrix2 495 €Puissance7,2 kW à 8000 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis12/20Look20/20Prix16/20Equipements12/20

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
58 commentaires - Orcal NK01
  • avatar
    gasqui -

    fabriquée en CHINE.....dommage !

  • avatar
    vitezovi -

    donc c'est une chinoise !
    une pseudo honda

  • avatar
    varois83900 -

    même genre que ma petite 125 moto confort de 1956 , elle me replonge dans mes années bonheur avec de merveilleux souvenirs les jeunes ne devraient pas trop nous critiquer car bien sur c'était avant et ils ne se doutent pas qu"il fallait se lever de bonne heure et .il ne fallait pas avoir peur de travailler afin de pouvoir se payer cette antiquité monsieur dodollusse0!!!!

  • avatar
    ovbtjd -

    vous voulez croisez des fils de putes des vrais ?.... je vos conseilles les boss de MAD et de la DIP 2 FDP de premiere !!!!!!!!

  • avatar
    De10a3enunmouarf -

    10cv pour 130 kgs c est aussi bandant qu une tondeuse .... sauf que pour votre tondeuse vous trouverez des pieces .... en prie la c est la dip qui s en occuppe ..... ca et christian roberty de chez mad sont les plus gros escrocs francais de ce milieu qui n en manque pas .........