Sym Maxsym TL 500
Essai
07 décembre 2019
Orcal Cavaro 4T
Essai
16 novembre 2019
Harley-Davidson Low Rider S 114
Essai
09 novembre 2019
KTM 790 Adventure
Essai
04 novembre 2019
CFMoto MT 650
Essai
26 octobre 2019
Bmw C 400 GT
Essai
12 octobre 2019
Indian FTR 1200
Essai
05 octobre 2019
Mondial Pagani 125
Essai
28 septembre 2019
Benelli 502 C
Essai
21 septembre 2019

Orcal Cavaro 4T

Les photos de l'essai
Orcal Cavaro 4T
20

publié le 16 novembre

Apparu à l'été 2017, le scooter 50 cm3 Orcal Cavaro fait son grand retour et passe en motorisation 4 temps. C'est d'ailleurs la seule chose qui change puisqu'il conserve sa ligne sportive et ses attributs convaincants, le tout à un tarif hyper serré. Mais passer du 2 temps au 4 temps l'a t-il pénalisé en terme de performances ?

Accessible avec le BSR/AM, le Cavaro est le grand frère du Firefox avec lequel il se partage la casquette du sportif pur et dur, dans la gamme Orcal.

Design tranchant, full leds

Le design est tranchant, les arêtes sont saillantes, le Cavaro est aiguisé comme une lame ! Proposé dans ce coloris unique gris anthracite agrémenté d'un kit stickers à la sauce racing, il attire le regard avec son look sportif marqué (ouïes sur les flancs, face avant bombée, coque arrière fuselée avec prises d'air...). On peut également remarquer plusieurs détails de finition comme des coutures de selle rouges, des embouts de guidon ou bien encore des liserés qui habillent les jantes. Du double feu stop en passant par les projecteurs bombés ou bien encore les clignotants, les leds fourmillent. On apprécie la signature lumineuse de la face avant qui reste allumée en continu. Pas de boîte à gants dans le tablier mais le Cavaro possède un coffre de selle avec ouverture déportée. On peut y loger un casque jet à écran et un crochet placé dans le tablier peut en transporter un second ou bien encore un sac à dos. On peut également préciser qu'une trappe dans le coffre permet d'accéder directement au moteur et plus précisément à la carburation. 

Plutôt confortable

L'assise plonge un peu vers l'avant et permet de poser facilement les deux pieds à plat sur le sol, d'autant plus qu'elle n'est pas trop haute (785 mm). Sur deux étages, elle profite d'un petit dosseret intégré bien pratique pour le pilote alors qu'il apprécie à la fois un plancher plat suffisamment large. Le tablier intérieur et les flancs sont soigneusement creusés pour ne pas gêner le passage des jambes, en revanche le guidon est peut-être un chouia trop ramené en direction du pilote. La selle est confortable avec sa mousse bien épaisse et son revêtement antidérapant qui est efficace. Les suspensions manquent de progressivité et le train avant rebondit un peu mais le confort prime tout de même. L'amortisseur filtre bien les défauts de la route, y compris lorsqu'on roule à deux.

Un 4-temps qui avance

Ce Cavaro 2019 est animé par un monocylindre 4 temps de 49,6 cm3, refroidi par air forcé et alimenté par carburateur. La mise en route s'effectue par démarreur électrique ou bien au kick et il développe une puissance de 2,9 kW à 8 000 tr/mn avec un couple de 3,4 Nm à 7 500 tr/mn. Malgré une petite baisse de 0,4 kW et 0,6 nm par rapport à l'ancien moteur 2T, ce moteur 4T délivre des prestations méritantes. Les départs sont vifs, la montée dans les tours progresse sans faille et les reprises sont correctes dans les bas régimes. Nous n'avons pas pu relever de consommation durant cet essai mais Orcal annonce 2,1l/100 km, ce qui lui accorde une autonomie de plus de 300 kilomètres avec son réservoir de 6,6 litres. Le freinage est classique, avec un disque avant et un tambour à l'arrière. Le frein arrière, pas suffisamment rodé lors de notre essai, manquait de puissance et de feeling. Sur le train avant, rien à redire, puisqu'on bénéficie d'un sacré mordant avec un dosage parfait. 

Stable et vif

Le Cavaro a beau frôler les 100 kilos tous pleins faits, il surprend tout de suite par son agilité. Le train avant est étonnamment léger et les roues de 12 pouces aux pneus CST lui fournissent une bonne stabilité. Le grip des gommes est correct, le rayon de braquage assez court facilite les manœuvres et le moteur possède suffisamment de ressources pour ne pas regretter un vélo à assistance électrique. Homologué deux places, le Cavaro autorise une charge totale de 256 kg. Le passager peut alors profiter de repose-pieds escamotables bien conçus ainsi que d'un jeu de poignées à l'ergonomie bien étudiée. Bien qu'étroite, l'assise est plutôt confortable et les trajets même les plus longs ne seront pas un supplice. En revanche, nous avons tout de même constaté que le Cavaro peine un peu plus lors des départs.

Avis de la rédaction sur Orcal Cavaro 4T
16/20
Avec ce passage au 4 temps le Cavaro augmente de 150 € pour atteindre un tarif toujours alléchant de 1 599 €. Le rapport qualité/prix vraiment intéressant mérite réflexion. La mécanique est volontaire et peu gourmande, la partie cycle se débrouille bien hormis un frein arrière un peu mou alors que le look achève de convaincre, ne serait-ce qu'avec ce petit éclairage avant très tendance. Certes nous sommes bien en dessous d'un Yamaha Aerox 4 en terme d'équipements et de finitions par exemple, mais le tarif est tout de même divisé par deux !
Prix réduitConfortFrein avant puissantJantes 12 pouces
Frein arrièreColoris unique
Les chiffresPrix1 599 €Puissance2,9 (3,9 ch.) kW à 8500 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis16/20Look16/20Prix20/20Equipements12/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.