TGB Blade 1000 LT EPS Luxe
Essai
11 août 2018
Cyclone Z2 125
Essai
04 août 2018
Yamaha Tracer 900 GT 2018
Essai
28 juillet 2018
Kawasaki Z900 RS Café
Essai
14 juillet 2018
Benelli Leoncino
Essai
07 juillet 2018
Kymco Super 8 50 Euro4
Essai
30 juin 2018
Honda CB1000R 2018
Essai
23 juin 2018
Masai Grey Stone 125
Essai
16 juin 2018
CFMoto CForce 850
Essai
09 juin 2018
Husqvarna Svartpilen 401
Essai
02 juin 2018
Kymco X-Town 300
Essai
26 mai 2018
Bmw F 850 GS
Essai
21 mai 2018

Orcal Astor Euro4

Les photos de l'essai

publié le 23 décembre

Pour sa version Euro4, pas question de toucher au look vintage ravageur de l'Orcal Astor 125, le meilleur des évolutions se cachant à l'intérieur... Cela valait le coup d'attendre un peu !

Deuxième meilleure vente de motos 125 en 2016 : son look original et sa qualité de fabrication ont fait la différence. Et devraient continuer à la faire avec cette version Euro4, dont l'une des notables améliorations se situe au niveau de l'injection, désormais fournie par Mikuni. En outre, Mikuni a imposé un cahier des charges draconien, pour ce qui est des périphériques employés. L'apparition du freinage couplé et d'autres détails finissent d'améliorer cette Astor 125 pour 2017.

Belle finition

La qualité de finition, très honnête sur ce segment des motos vintage venues de Chine, est toujours au rendez-vous : pot tromblon inox à double parois avec catalyseur, té de fourche aluminium, direction et bras oscillant sur roulements, visserie inox, guidon alu à section variable, peinture réservoir 3 couches, selle biplace piquée et garde-boue chromés. Cela fait oublier l'absence de leds. Pour 2017, elle hérite de nouvelles poignées au guidon et des nouveaux repose-pieds pilote et passager, toujours caoutchoutés, pour davantage de confort.

Instrumentation minimaliste

La selle est toujours bien ferme, et les amortisseurs aussi, même au réglage de précontrainte le plus souple. Toutefois la position est naturelle, avec un guidon bien placé, des repose-pieds bien à l'aplomb des genoux. Avec 1,60 m, aucun problème bien sûr pour mettre les pieds à plat au sol. Sous les yeux, deux compteurs analogiques à l'ancienne : vitesse, compte-tours, totalisateur, témoin de réserve et de défaut moteur, et basta. Une jauge et un trip partiel, ainsi que des warning ne seraient pas de refus M. Orcal ! On apprécie d'avoir une béquille centrale et un bouchon de réservoir à serrure sur charnière.

Un moteur volontaire

Principale évolution de ce millésime 2017, le monocylindre 2 soupapes refroidi par air, sur base Yamaha, oublie le carburateur et hérite d'une injection Mikuni. Une exclusivité d'ailleurs au rayon des 125 vintage d'origine chinoise. La sonorité est vraiment sympa à l'accélération dès que l'on arrive dans le gras du couple, à partir de 5000 tours, là où le moteur commence à s'exprimer pleinement. Entre 5000 et 7000 tours, il réagit volontairement, et étonnement, il poursuit après 7000, un régime où l'on restera pour avoir les meilleures relances, en jouant souvent de la boîte. Sur sa lancée, jusqu'à plus de 9000 tr/min, il vous emmène avec bonne volonté jusqu'à 115 km/h au GPS ! Le compteur, fiable, vous indique alors 117 km/h. De quoi bien s'amuser sur les petites routes avec la possibilité d'emprunter les voies rapides avec sérénité. 

Et un comportement serein

Avec 124 kg sans les 16 litres de son gros réservoir, l'Astor 125 est très maniable lors des évolutions à basse vitesse. Le rayon de braquage aurait pu être meilleur, mais ce n'est pas vraiment gênant. On joue beaucoup de la boîte, mais heureusement l'embrayage est souple, et pas de souci de point mort. Les jantes alu de 17 pouces chaussées en pneus Kenda de 110 et 130 mm avant arrière, très corrects sur le sec, offrent une bonne stabilité. Associé à la rigueur des suspensions, fourche comme amortisseurs, le comportement sur route est serein, avec une mise sur l'angle progressive. La stabilité sur voies rapides reste convenable, mais les vibrations, bien gommées à mi régime, sont bien plus présentes. On utilise volontiers la pédale au pied avec le freinage couplé. Le débattement est assez long, donc on n'hésite pas à en rajouter, pour un résultat tout à fait correct avec une bonne répartition, et un dosage assez facile. Pour obtenir un freinage plus puissant en cas de besoin, on manipulera volontiers le levier droit, mais avec circonspection sur le mouillé.

La meilleure des 125 vintage ?

Les évolutions de ce millésime justifient l'augmentation du tarif de l'Astor : à 2495 €, elle n'est pas plus chère que ses concurrentes, avec toujours un temps d'avance... Une selle un petit peu plus confortable, quelques grammes de couple en plus à bas régime et ce serait le top !

Avis de la rédaction sur Orcal Astor Euro4
16.8/20
L'Orcal Astor 125 Euro4 méritait bien qu'on l'attende quelques semaines de plus que prévu ! Les évolutions de ce millésime, ne serait-ce que l'injection Mikuni qui permet d'exploiter tout le potentiel de ce moteur, justifient l'augmentation de son tarif : à 2495 €, elle n'est pas plus chère que ses concurrentes (Mash, Bullit, Brixton, Masaï), avec toujours un temps d'avance... Une selle un petit peu plus confortable, quelques grammes de couple en plus à bas régime et ce serait le top !
Look vintageInjection MikuniAllonge moteurFreinage coupléComportement sereinMatériaux de qualitéPot tromblon inox
Instrumentation basiqueConfort fermePourquoi pas de leds ?
Les chiffresPrix2 495 €Puissance7,1 kW à 8000 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis16/20Look20/20Prix16/20Equipements16/20

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU