Kawasaki Z900 RS Café
Essai
14 juillet 2018
Benelli Leoncino
Essai
07 juillet 2018
Kymco Super 8 50 Euro4
Essai
30 juin 2018
Honda CB1000R 2018
Essai
23 juin 2018
Masai Grey Stone 125
Essai
16 juin 2018
CFMoto CForce 850
Essai
09 juin 2018
Husqvarna Svartpilen 401
Essai
02 juin 2018
Kymco X-Town 300
Essai
26 mai 2018
Bmw F 850 GS
Essai
21 mai 2018
Honda CB125R 2018
Essai
12 mai 2018
KTM 790 Duke
Essai
05 mai 2018

Orcal Astor

Les photos de l'essai
Orcal Astor
20
Diaporama

publié le 19 mars

Voilà une nouvelle 125 qui débarque sur le segment du Vintage où Mash règne en maitre dans cette cylindrée. L'Astor dispose d'arguments bien visibles pour faire sa place et même retourner le marché à son avantage en se présentant comme la Royal Enfield du permis auto...

La ligne est sympa avec son réservoir ventru de 16 litres, ses chromes présents du phare aux garde-boue  et sa selle piquée qui rappellent les motos des années 60. Mais la modernité est loin d'être absente.

En effet, dès le premier regard, l'Astor expose sa qualité de fabrication. Conçue en France par la DIP qui n'est autre que le distributeur Royal Enfield, l'Astor est fabriquée en Chine avec les meilleurs sous-traitantst.

Inox et aluminium

Des chromes de qualités, mais aussi une visserie inox sur les éléments de sécurité, des tés de fourche en aluminium, trois couches de peinture plus un vernis sur le réservoir coiffé d'un bouchon aviation fermant à clé et un superbe échappement en inox à double paroi pour éviter de bleuir à l'usage. Finalement, une moto au look d'autrefois avec le meilleur de la technique et des matériaux d'aujourd'hui.

L'Astor conviendra à tous les gabarits. Les petits apprécieront la hauteur de selle de 780 mm et les grands la place à bord. La jolie selle parait un peu ferme au premier abord mais conçue pour ne pas s'avachir après 1000 km... La position est parfaite avec ce guidon légèrement rehaussé. Sous les yeux une instrumentation composée de deux cadrans circulaires avec le compteur et le compte-tours sur fond blanc. Quelques voyants y prennent place dont celui d'essence. Au guidon outre le coupe-contact et l'appel de phare on remarque un avertisseur qui fait bondir les passants.  A cela s'ajoute un équipement complet avec en particulier deux béquilles.

Un pot aussi beau que mélodieux

La sonorité rauque et douce de son échappement séduit d'entrée. Il est aussi mélodieux qu'esthétique. Le moteur Yamaha 4 temps, simple ACT avec arbre d'équilibrage développe une dizaine de chevaux avec un solide couple de 9,5 Nm à 6500 tr/min.  

Avec de bons démarrages, pas de latence ou de trou, ni de calage intempestif comme sur certains blocs chinois, le monocylindre Yamaha répond toujours présent. La boite suit avec un bon étagement et un verrouillage correct des 5 rapports. Ce n'est pas un moteur qui aime trop les hauts régime et donc on monte les rapports assez rapidement et les reprises restent correctes. Sur l'autoroute l'Astor accroche 110 km/h compteur, soit un peu plus de 100 km/h réel. 

Agile et facile

Le châssis suit parfaitement, mais excelle surtout par son agilité et son équilibre en ville. Il ne manque qu'un rayon de braquage accru pour être parfaite. Coté suspension, Orcal a fait le choix de solides éléments avec une fourche de ø 37 mm munie de soufflets protecteur et deux amortisseurs réglables sur 4 crans. Cela amorti très correctement et surtout on n'a pas ce phénomène de rebondi que connaissent bien des motos 125. 

Le freinage, confié à des disques de 300 mm à l'avant et 210 à l'arrière donne entière satisfaction. La progressivité ne surprendra pas le néophyte alors que la puissance reste disponible à tout moment. 

Pour des chics types

L'Astor s'adresse à ceux qui voudrait bien une Royal Enfield mais qui n'ont pas le permis moto, et aussi aux déçus des chinoises Vintage low cost. Alors qu'elle n'est guère plus chère, et avce la carte grise comprise, l'Astor fera votre bonheur. Avec de tels arguments, voilà une moto qui va vite faire sa place sur ce marché Vintage en pleine vogue !

Avis de la rédaction sur Orcal Astor
16.8/20
L'Astor s'adresse à ceux qui voudraient bien une Royal Enfield mais qui n'ont pas le permis moto, et aussi aux déçus des chinoises vintage low cost. Certes, il faudra aussi juger l'Astor dans le temps, mais la qualité des matériaux n'a rien à voir avec celle d'une Mash par exemple. A seulement 175 € de plus qu'une Seventy Five, mais avec la carte grise comprise, l'Astor fera votre bonheur. Voilà une moto qui va vite faire sa place sur un marché vintage très tendance !
Look SixteesFinitionQualité matériauxPrise en main facileHauteur de selleMoteur Yamaha plaisantTarif
Rayon braquageSelle ferme (à roder)
Les chiffresPrix2 320 €Puissance7,1 kW à 8000 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur12/20Chassis16/20Look20/20Prix20/20Equipements16/20

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU