Morini X-Cape 650
Essai
24 septembre 2023
MV Agusta Brutale 1000 RS
Essai
17 septembre 2023
Benelli TRK 702 (X)
Essai
10 septembre 2023
CFMoto 450SR
Essai
03 septembre 2023
Kawasaki Ninja H2 SX
Essai
27 août 2023
GasGas ES 700
Essai
20 août 2023
Honda Forza 350
Essai
13 août 2023
Suzuki V-Strom 800 DE
Essai
06 août 2023
Can-Am Ryker
Essai
30 juillet 2023
BMW F 900 XR
Essai
23 juillet 2023
Yamaha XMAX 300
Essai
16 juillet 2023
Yamaha Booster
Essai
09 juillet 2023
Moto Guzzi V100 Mandello
Essai
02 juillet 2023

MV Agusta Brutale 1000 RS

MV Agusta Brutale 1000 RS©MV Agusta, Media365
Les photos de l'essai

, publié le 17 septembre

Le spécialiste italien MV Agusta a décliné sa radicale Brutale 1000 en une version RS plus accessible. Alors, est-elle aussi déjantée que sa grande sœur ?



Être différent, tout en se focalisant vers les hautes performances et en offrant le meilleur de soi-même : c'est précisément l'approche retenue par MV Agusta en développant la Brutale 1000. En selle pour une sacrée rencontre avec sa nouvelle déclinaison RS !  Par rapport à la version RR sortie en 2020, avec ses bielles et soupapes en titane (!), la RS se veut plus démocratique. Mais rassurez-vous, le monstrueux roadster de Varèse n'a rien sacrifié en performance pure ! Les 208 chevaux enflammés sont toujours de la partie et les sensations offertes vous emmènent sur un autre univers. Au fond, les différences sont ténues entre une RR et la nouvelle venue : des coloris simplifiés, des bracelets rehaussés et des suspensions Marzocchi/Sachs pour remplacer les Öhlins semi-actives de la RR.

Radicale, sinon rien

L'ergonomie de cette Brutale RS est une réussite ; même un pilote de grande taille y trouve sa place sans souci et, grâce aux bracelets rehaussés, la position gagne en naturel ce qu'elle perd en appui sur les avant-bras. Mais il n'y a pas que cela ; cette ergonomie soignée a aussi pour fin de limiter les transferts de masse lors des accélérations et des freinages. Ce qui est pertinent, car si les premières ont de quoi vous décoller la perruque, les seconds sont de nature à vous sortir le dentier de la bouche !

Cette Agusta réserve de belles surprises

Surprise à l'usage : bien qu'aucune protection n'existe, les volumes de la Brutale furent ainsi conçus en soufflerie pour que la pression du vent s'avère très homogène et donc nettement moins gênante qu'escompté. Une frustration pour suivre ; malgré les recours de la rhétorique, il nous sera bien difficile de vous faire partager la partition envoûtante qui s'exhale tant de l'admission que des quatre sorties d'échappement. Comme toujours chez MV, c'est caverneux et agressif et quand s'y mêle le souffle du shifter, cela devient grisant. Rien qu'au démarrage, lors du premier grognement de la bête, les regards sont aimantés par la sculpturale MV...

Des performances stratosphériques

Que dire ensuite de ses performances ? À l'évidence, un tel moteur vous bouscule les neurones, mais la sensation de contrôle est très présente grâce à une dotation électronique si exhaustive qu'elle surclasse aisément la majorité de la concurrence. Entre autres, on bénéficie ici du FLC (Front Lift Control) et d'un Launch Control en tous points semblables à ceux qu'utilisent les pilotes en MotoGP et en Superbike. Pour bien l'utiliser, le mode d'emploi est simple : à l'arrêt, on ouvre les gaz à fond et puis seulement on relâche l'embrayage. C'est comme si on était catapulté d'un porte-avions, mais en toute sécurité ; l'impression de confiance qui se dégage de l'expérience est source de sérénité et de plaisir, car, comme on le dit chez MV : « Les vitesses élevées sont illégales, mais heureusement, les accélérations ne le sont pas ! » Et celles d'une Brutale 1000 sont stratosphériques...

Sentir la route

Comme nous le disions plus haut, les suspensions pilotées made in Sweden sont délaissées au profit d'un couple classique dépourvu de servomoteurs. La principale différence ressentie à l'usage entre une RR et une RS ne réside pas dans une perte d'efficacité du comportement routier, mais plutôt dans un confort en retrait par rapport aux éléments Öhlins semi-actifs. Malgré le rembourrage plus moelleux de sa nouvelle sellerie, la RS vous fait davantage profiter des irrégularités du bitume. Mais dans la mesure où l'on est clairement sur une sportive déshabillée, ça reste acceptable.

Ayez confiance !

Nuance subtile, le FLC (Front Lift Control, d'ailleurs débrayable) n'est pas un anti-wheeling, car il se contente de gérer le décollement de la roue avant de manière à maximiser la prise de vitesse ; il intervient juste ce qu'il faut pour que le pilote ne soit pas tenté de couper les gaz. Encore un élément qui concourt à renforcer la confiance de l'utilisateur. De l'émotion à profusion et de la maîtrise, telle est donc la Brutale 1000 RS.

Avis de la rédaction sur MV Agusta Brutale 1000 RS
16.4/20
Déjantée mais rationnelle, cette version RS de la Brutale 1000 coche à quelques exceptions près les mêmes cases que sa plus radicale grande sœur RR. Mais avec un prix inférieur de 8 000€, la RS rend la radicalité et la sportivité accessible à un plus grand nombre. Un délice sur la route.
Mécanique et performancesPackage électroniqueExclusivitéPosition naturelle
Creux à bas régimeTarif rédhibitoire
Les chiffresPrix28 500 €Puissance208 ch (153 kW) à 13000 tr/min
Notes de la rédactionMoteur18/20Chassis18/20Look16/20Prix14/20Equipements16/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.