Brixton Felsberg 125 XC
Essai
16 octobre 2021
Sym Joymax Z+ 125
Essai
09 octobre 2021
Suzuki GSX-S 1000 2021
Essai
02 octobre 2021
Voge 300 DS
Essai
25 septembre 2021
Chang-Jiang Dynasty
Essai
18 septembre 2021
Honda PCX 125 2021
Essai
11 septembre 2021
Sym Jet X 125
Essai
28 août 2021
BMW S 1000 R 2021
Essai
07 août 2021
Yamaha XSR125
Essai
31 juillet 2021
Nipponia Volty
Essai
24 juillet 2021

Mondial 125 Flat Track

Les photos de l'essai

publié le 19 décembre

Après le roadster néo-rétro Hipster (HPS) 125 et la sport classique Pagani 125, FB Mondial lance la Flat Track 125. Voilà une moto de caractère dont l'approche technique rappelle la célèbre discipline américaine des ovales sur terre battue, de quoi satisfaire les fans de glisse dans la poussière comme les amateurs de deux-roues tendance. Mais que donne-t-elle en dynamique ?

Avant de répondre à cette question, faisons le tour en statique de cette belle 8e de litre accessible aux permis B/A1. Les plus observateurs noteront que sur cette nouvelle FB l'éclairage leds prend place sous la plaque numérotée 57, en hommage aux quatre titres de champion du monde décrochés par la marque en 1957, tandis que la machine s'habille d'un coloris noir mat unique dénommé Total Black. Des stickers mêlant gris foncé et rouge, un réservoir sculpté semblable à ceux des Pagani et HPS, des jantes à rayons de 19 pouces, des disques wave et une nouvelle double sorties d'échappement complètent son look très compétition. Élément intéressant, FB Mondial conserve le bras oscillant connu sur la gamme tout en équipant cette Flat Track d'un mono amortisseur réglable plus adapté aux sorties hors de la route. Cette machine dessinée en Italie, mais assemblée bien plus loin du côté de l'Asie, propose un beau cadre en acier à double berceau et ne présente finalement aucun défaut d'assemblage. Détail amusant : l'insert ajouré situé entre le réservoir et l'échappement est en aluminium quand d'autres optent pour du plastique. Déception en revanche du côté du capot de selle amovible. Les quatre vis peu pratiques déjà vues sur la Pagani sont toujours de la partie. Il faudra donc une clé BTR pour l'ôter avant d'accueillir un passager.

Atypique aussi au niveau de la position de conduite 

Lire 843 mm de hauteur de selle sur la fiche technique annonce de prime abord une installation périlleuse pour les plus petits. En réalité il n'en est rien. La forme de la selle et le réservoir creusé sur les flancs permettent en effet une installation aisée. L'appui aux niveaux des poignets n'est pas prononcé sur l'avant. Un point indispensable pour se mettre debout lors des (rares !) évolutions sur la terre. En ville, se redresser n'implique pas d'effort tandis que le petit gabarit de cette FB Mondial aide à l'exécution de virages rapides "la patte dehors" ou en mode attaque. Du côté des jambes le tableau est moins bon. Les reposes-pied hauts sont - comme de coutume hélas chez la firme italienne - de la partie. Ces derniers sont néanmoins un peu plus bas et plus en avant que sur les HPS et Pagani. Cette position de conduite assez spéciale pénalisera les plus grands. La Flat Track est agréablement suspendue lorsque le revêtement est régulier. Sur route dégradée, les irrégularités de la chaussée remontent néanmoins dans la selle, qui au passage offre un confort très relatif. L'équipe de sa conception a vraisemblablement consacré plus d'énergie à son design et ses superbes surpiqûres qu'à son rembourrage. Peu perceptible les premiers kilomètres, sa dureté ennuiera sur les longs trajets. . L'accueil d'un passager est ici bien plus agréable que sur les autres modèles de la marque. Le dessin de l'assise comprend une plateforme en bout de selle contrairement aux simples triangles en pente des HPS et Pagani. N'allez pas pour autant programmer un roadtrip en couple, car là encore, la dureté de la selle sanctionnera le séant sur les longs transferts. Enfin, bon point du côté des remontées de chaleur de la mécanique : le moteur ne chauffe pas les jambes

Bonne dynamique

Une silhouette fluette, un bon rayon de braquage, une commande d'embrayage directe, un poids mesuré : voici la liste des éléments permettant de se faufiler aisément dans le paysage urbain. La Flat Track est prévisible et facile en ville même lorsque la circulation se densifie aux heures de pointe. Les rétroviseurs ne viendront pas percuter ceux des voitures lors des remontées de files. Il faudra néanmoins faire preuve d'une certaine prudence : l'échappement silencieux ne prévient pas les automobilistes trop habitués à entendre les deux-roues avant de les voir. Sur la route, FB Mondial a réussi à lui donner une identité unique avec son mono amortisseur et ses roues de 19 pouces. L'inscription demande, conformément à ce diamètre supérieur, un effort supplémentaire pour prendre les courbes. La Flat Track est par la suite calée sur ses appuis, preuve d'une belle stabilité. Les changements d'angle ne sont pas vifs. Sur l'autoroute l'absence de bulle invite à revenir sur le réseau secondaire. Côté moteur, ce modèle inaugure le monocylindre d'origine Piaggio à refroidissement liquide en configuration Euro 5. Ce bloc offrant 15 chevaux pour 12,3 Nm de couple en Euro 4 sur la Pagani 125 ne délivre ici plus que 13,6 chevaux pour 10,5 Nm de couple. Une injection Dell'Orto promet, pour compenser cela, plus de souplesse au détriment de l'allonge. Dans le réel, le comportement est finalement assez similaire aux autres versions de ce moteur. La zone située sous les 4000 se montre rugueuse, la plage suivante jusqu'à 7000 tours offre une poussée plus convaincante tandis que la partie supérieure allant de 8000 tours jusqu'au rupteur propulse la Flat Track au maximum de la capacité de sa mécanique. La vitesse maximale s'établissait lors de notre essai à 120 km/h compteur au rupteur. La consommation atteignait quant à elle sur notre parcours composé essentiellement de routes secondaires 3,5l/100 km.

Rassurante pour les débutants 

La transmission est parfaite. Les six vitesses de la boîte s'enchainent avec une grande facilité. Les quatre premiers rapports offrent un bon compromis pour la lancer sans arriver trop rapidement en zone rouge. Les étagements des rapports cinq et six sont quant à eux beaucoup plus courts pour garantir une reprise convenable à vitesse élevée. Les débutants apprécieront particulièrement la commande d'embrayage avec sa prise très directe. De quoi réduire sensiblement le risque de calage en ville aux intersections lorsqu'il faut s'insérer dans la circulation. Prendre les freins n'a rien d'intimidant. Le levier de l'avant ne surprend pas lors des premiers arrêts ou ralentissements. L'étrier radial quatre pistons mord le disque wave de 280 mm avec une belle force et de la régularité. Le dosage se montre facile. La pédale de l'arrière mérite de renvoyer un peu plus d'informations au pilote même si la puissance de son action et le fonctionnement de l'ABS ne se parasitent pas. Côté équipements, cette Flat Track 125 reçoit un écran TFT numérique affichant, via deux interfaces soignées, de nombreuses informations liées à la conduite : trip, horloge, indicateur de rapport engagé, odomètre, compte-tours, température moteur et niveau d'essence sont lisibles en un coup d'oeil. Faire le plein est d'ailleurs un exercice de routine grâce au bouchon de réservoir monté sur charnière, tout comme accéder à la batterie grâce à la serrure latérale permettant de décapsuler la selle. Embarquer un passager demande néanmoins de l'anticipation pour retirer les quatre vis du capot arrière à l'aide d'une clé BTR.

Avis de la rédaction sur Mondial 125 Flat Track
16.8/20
Voici une nouvelle fois une FB Mondial très lookée qui est agréable à mener. Malgré sa présentation évoquant la compétition, les débutants seront à l'aise à son guidon avec ses points forts hérités en partie de la Pagani et de la HPS. La Flat Track se démarque cependant de ces dernières par une position moins radicale que la sport classique, un comportement plus amusant que celui du roadster néo-rétro et un moteur homologué Euro 5 raisonnablement assagi. Seuls ses pneumatiques CST animeront le débat concernant ses prestations dynamiques. La FB Mondial est du côté des prix placée dans le haut du tableau par rapport à ses concurrentes à 4 485 €. De quoi la glisser entre l'onéreuse Fantic Caballero Flat Track 125 (5 190 €) et la très rétro Bullit Hero 125 (2 899 €). Une position tarifaire conforme à sa dotation et sa personnalité bien trempée.
Comportement facileMoteur amusant dans les toursCapot de selle amovible pour un duo correctInstrumentation TFT complète et lisibleLook ravageur
Sonorité et puissance : la norme Euro 5 est passée par là !Reposes-pied placés hautSelle dureRéservoir trop petit
Les chiffresPrix4 485 €Puissance10 kW à 9750 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis16/20Look20/20Prix16/20Equipements16/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.