NIU NQi GTS Sport
Essai
17 octobre 2020
Yamaha Tricity 300
Essai
09 octobre 2020
Kymco X-Town CiTy 125
Essai
26 septembre 2020
Aprilia RSV4 1100 2019
Essai
19 septembre 2020
Silence S01
Essai
12 septembre 2020
Moto Guzzi V85 TT Travel
Essai
05 septembre 2020
Honda SH 125i 2020
Essai
29 août 2020
Kawasaki Z 1000 H2
Essai
22 août 2020
Voge 500 DS
Essai
15 août 2020
Bmw F 900 XR
Essai
01 août 2020
Ducati Streetfighter V4
Essai
25 juillet 2020

Kymco X-Town CiTy 125

Les photos de l'essai

publié le 26 septembre

Un engin atypique est aujourd'hui à l'essai : le CT125, dernier né du constructeur Kymco, un « citycruiser » au gabarit de GT présentant un plancher plat. L'arme ultime du quotidien ?

Dans la gamme scooter du constructeur taïwanais Kymco, le best-seller 2017 (945 immatriculations), 2018 (899) et 2019 (894) est le X-Town 125. Remplaçant du célèbre Dink Street 125 en 2016, ce GT plus compact (mais pas trop !) que les stars du marché permis B/A1 a indéniablement trouvé son public, grâce à ses qualités et malgré ses quelques défauts (allonge, confort...), et grâce aussi à son tarif pour le moins abordable de 3 699 €. Le nouveau CT125 est dérivé de ce modèle. Par rapport à son mentor, le cadre a évolué pour qu'il entre dans la catégorie plancher plat, une famille de scooters où l'on trouve plutôt des petits modèles, à l'exception de quelques engins aux accents GT, tels les Sym Jet14 125 LC ou Peugeot Citystar 125. Par ailleurs, la base mécanique et la transmission ont reçu quelques changements, et les roues sont toutes deux en 13 pouces. Quant à son look et ses équipements, ils n'ont plus rien à voir. On voit en effet d'emblée les quatre années qui séparent nos deux engins signés Kymco par la qualité des peintures et des plastiques. Certes sur certains points encore les GT japonais stars du marché proposent de plus belles textures, toutefois le City n'a plus à rougir des pièces qui habillent sa planche de bord, des garnitures de son tablier, de l'habillage de son guidon, du travail effectué au niveau des carénages latéraux, sur le bas de caisse en particulier, ou du splendide bleu mat de monture de test. Il est plus valorisant que son grand frère, d'autant plus que son look moderne, guidé par ses nouvelles optiques entièrement à leds, accroche le regard. Le bloc arrière en particulier.

De la place pour tous

Avec une assise placée à seulement 765 mm du sol (2 cm de moins que sur le X-Town), le CT125 joue la carte de l'accessibilité universelle. Avec de bons appuis on se sent rapidement en confiance au guidon, un cintre que nous avons toutefois trouvé un peu bas mais qui du coup permet de bien relâcher les bras. On se maintient buste droit, bien maintenu par le retour de selle passager, quant aux jambes elles sont un peu repliées pour l'essayeur d'1,83 m (l'axe formé par les genoux se retrouve au-dessus de l'axe du bassin). Ce n'est pas vraiment dérangeant. Il trouve en outre pleine satisfaction avec la place dont il dispose au plancher comme au niveau de ses genoux qui possèdent une bonne marge de 10 cm avant de venir à l'encontre du tablier. D'ordinaire les scooters à plancher plat sont de petits engins, privilégiés par la gent féminine ou les petits gabarits, ce qui finalement n'est pas du tout le cas du X-Town City 125 dont les mensurations sont aussi adaptées aux pilotes de grande taille. La posture est donc reposante, néanmoins le système de suspensions brille davantage par sa fermeté que sa souplesse. Nous sommes du coup heureux de trouver une selle mœlleuse afin de compenser cette rigueur. Comme tout engin à variateur, la cité est le domaine de prédilection du bien nommé City 125, modèle qui se distingue par les services que son plancher parfaitement plat peut y rendre, sans oublier ses roues de 13 pouces qui lui donnent une très bonne agilité. Avec une position de conduite moins allongée également, on a le sentiment de mieux le gérer dans les petites évolutions, alors que son poids de 179 kg, élevé sur le papier, ne se fait pas du tout ressentir. Il est équilibré. On apprécie son très bon rayon de braquage, sa maniabilité à faible vitesse comme à l'arrêt, l'aspect rassurant de son freinage aussi, ainsi que sa stabilité. 

Plus d'allonge 

Euro4, le bloc Kymco de 124,8 cm3 à injection et refroidissement liquide développe une puissance maximale de 12,9 chevaux à 8750 tours. Kymco n'informe pas quant à son couple maximal, toujours est-il qu'il affiche 0,2 chevaux de plus que l'actuel X-Town (dont le couple est de 11,2 Nm à 7000 tours). Guidon en mains nous lui trouvons un caractère différent, moins nerveux au démarrage, alors que la montée en régime est par la suite toute aussi convaincante et linéaire. La grosse différence se fait ressentir sur l'allonge. En effet, quand le X-Town 125 rend sa copie à l'approche des 115 km/h compteur, le City 125 lui continue d'avancer pour atteindre facilement les 120 km/h, puis 125 km/h avec un peu de patience. De quoi se retrouver plus à l'aise sur les voies rapides, à l'heure de doubler en particulier. Pour une consommation moyenne similaire, située aux alentours des 3,2 l/100 km sur notre essai. Côté freinage, bien entendu nous aurions apprécié trouver un système ABS sur ce scooter, toutefois on le sait, le coût de cette assistance se répercute forcément sur le prix. De toute façon, comme sur le grand frère X-Town, le freinage CBS du City 125 rassure largement. Car c'est un vrai freinage combiné, comprenez par là qu'il emploie un étrier avant trois pistons où l'élément central est directement relié à l'étrier double piston arrière. On ne bloque donc pas facilement la roue arrière, on dispose d'une bonne progressivité au levier. Quant à l'avant, nous l'avons trouvé mordant et dosable. 

Tout ce qu'il faut, là où il faut ! 

Sur ce citadin les Taïwanais n'ont a priori pas oublié grand chose ! On commence la revue des équipements pratiques par celui que l'on trouve au centre du guidon, en soulevant le capotage : la prise USB 5V 2A. On reste « focus » sur le cintre pour maintenant évoquer la présence de leviers réglables des deux côtés, alors que nous avons déjà parlé de la présence des warning au chapitre précédent. Plus bas, au niveau du tablier, le bouchon du réservoir d'essence est caché sous un capot qui se soulève au contacteur, et dont le bouchon est maintenu par une sangle plastique souple qui permet de ne pas le faire tomber. La vide-poches de gauche n'est pas très vaste, mais il repose sur une jolie charnière transparente en plastique. Sur le plancher plat, très spacieux, les sacs sont arrimés au crochet escamotable du tablier. Dans le coffre maintenant, la led éclaire un espace compartimenté capable d'accueillir un casque intégral ou un modulable, alors qu'il reste encore de la place pour un demi-jet ou quelques affaires dans la partie avant. La selle est maintenue par un vérin et on trouve également une prise 12V. Valves coudées, béquilles latérale et centrale complètent la belle dotation de ce scooter. Côté instrumentation c'est moins folichon ! Non pas que le bloc soit moche, incomplet ou illisible : c'est juste le même que sur le X-Town que l'on connait depuis 4 ans ! Dans la mesure où le scooter présente un look inédit, nous aurions donc apprécié une touche de nouveauté ici. On se console avec un pavé LCD de bonne dimension dans lequel on trouve le niveau de carburant par jauge, la température moteur et la température extérieure, l'heure, le voltage de la batterie et deux partiels, en plus de l'odomètre. Un compteur à droite renseigne sur le régime moteur, celui de gauche indique la vitesse. Au niveau des commandes pas de surprise là non plus, les commodos Kymco sont simples et ergonomiques, avec toujours la possibilité d'enclencher les feux de détresse à main droite.

Avis de la rédaction sur Kymco X-Town CiTy 125
16.8/20
On y va fort avec ce titre en conclusion de cet essai d'une semaine au guidon de la nouveauté 125 Kymco ! Mais c'est en toute franchise que nous l'affirmons, le CT 125 est une monture justement conçue pour affronter le quotidien, un utilitaire bien looké et bien équipé pour rendre service dans la vie de tous les jours. Certes, ce n'est pas un 15 chevaux comme les stars du marché GT permis B/A1, X-Max ou Forza bien entendu. Il est donc moins performant, au démarrage ou en vitesse de pointe, mais il n'est pas vendu le même prix non plus. Kymco demande en effet 3499 € en prix de lancement jusqu'au 31 octobre, ce qui nous semble être un tarif intéressant - qui le sera forcément moins au-delà de cette date où il sera affiché à 3799 €. Avec de surcroit la garantie portée à 5 ans sur l'ensemble des scooters de 125 cm3 et plus de la marque, cela fait encore plus réfléchir !
Agilité et maniabilitéLook et éclairagePrise en mainsPrix et garantie de 5 ansDuoÉquipements
Suspensions un peu fermesUn seul intégral dans le coffrePas d'ABS
Les chiffresPrix3 499 €Puissance9,5 kW à 8750 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis16/20Look20/20Prix16/20Equipements16/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.