Harley-Davidson FXDR 114
Essai
08 décembre 2018
Orcal Sirio
Essai
01 décembre 2018
Honda Monkey
Essai
24 novembre 2018
Triumph Street Triple 765 S
Essai
17 novembre 2018
Piaggio MP3 500 HPE Sport
Essai
10 novembre 2018
Bmw F 750 GS
Essai
03 novembre 2018
Kawasaki Ninja 400
Essai
20 octobre 2018
Lambretta V125 Special
Essai
13 octobre 2018
Ducati Scrambler 1100 Sport
Essai
06 octobre 2018
SWM Gran Turismo 440 2019
Essai
29 septembre 2018
Honda Forza 125 2019
Essai
22 septembre 2018
Yamaha Niken
Essai
15 septembre 2018
Keeway K-Light 125
Essai
08 septembre 2018

Kymco X-Town 300

Les photos de l'essai
Kymco X-Town 300
20

publié le 26 mai

Kymco lance une alternative bon marché aux ténors de la catégories des scooters 300cc en France, un GT baptisé X-Town 300. Essai. 

Il s'est fait attendre puisqu'il est commercialisé depuis deux ans en Italie : le X-Town 300 signé Kymco est enfin disponible en France. A l'instar du 125 qui a fait disparaitre le Dink Street 125 en 2016, le X-Town 300 pousse vers la sortie le Dink Street 300 avec de solides arguments. Situé sous le Downtown 350 dans la gamme Kymco, le X-Town 300 semble réunir toutes les qualités du maxi GT accessible. Nous avons voulu vérifier.

Un vrai GT

Si vous aimez le X-Town 125 qui parcoure nos rues depuis deux bonnes année maintenant, vous ne pourrez qu'être séduit par ce X-Town 300 puisque c'est son clone en plus puissant. Il ne révolutionne pas la catégorie avec son design discret mais il a tout de même plutôt fière allure. Son gabarit en impose, ses plastiques semblent de qualité et la peinture de bonne facture. La position est assez conventionnelle pour un scooter même si son origine Taïwanaise ne fait aucun doute. On est plus assis dans le scooter que dessus. Lorsque l'on met les pieds en avant (un vrai plus), on se croirait presque au guidon d'un Custom. La selle est moelleuse à souhait et ça tombe bien car la suspension est plutôt rigide. Quant au pare-brise, il n'est pas réglable mais remplit parfaitement son rôle protecteur. Contrairement à ce que l'on trouve chez Yamaha, le X-Town 300 ne dispose pas d'un traction control et en matière de freinage, il doit se satisfaire d'un simple disque de 260 mm, étrier 3 pistons à l'avant et d'un simple disque 240 mm, étrier 2 pistons à l'arrière. Les deux systèmes sont bien sûr pourvu d'un système anti-blocage ABS. Un bon point, les leviers sont tous les deux réglables en écartement. Les petites mains apprécieront. Le X-Town 300 dispose d'un coffre bien dessiné qui peut facilement accueillir deux casques intégraux sans les massacrer lorsque l'on rabat la selle dessus. En revanche, il faudra, comme souvent, faire attention à la forme du plastique sous la selle qui comporte des pleins et des creux qui pourrait empêcher la fermeture en appuyant sur des objets trop volumineux. Un petit vide-poche au bouton d'ouverture un peu cheap et non verrouillable abrite une prise USB bien pratique. Quant à la béquille latérale, elle est secondée par une centrale qui n'a rien d'un luxe.

Un équipement suffisant

Le tableau de bord du X-Town 300 est strictement identique à celui du 125. Deux compteurs, vitesse et compte-tours, encadre un écran LCD réunissant les infos essentielles. On pourra juste regretter l'absence de la consommation moyenne mais pour le reste, il s'en sort bien même si d'aucun trouveront l'ensemble un peu daté. C'est vrai qu'il ne fait pas dans le bling-bling avec ses infos en blanc sur fond noir mais ça a le mérite d'être lisible et indémodable. Les comodos ne souffrent d'aucun défauts particuliers. Tout tombe correctement sous les doigts. Le tableau de bord du X-Town 300 est strictement identique à celui du 125. Deux compteurs, vitesse et compte-tours, encadre un écran LCD réunissant les infos essentielles. On pourra juste regretter l'absence de la consommation moyenne mais pour le reste, il s'en sort bien même si d'aucun trouveront l'ensemble un peu daté. C'est vrai qu'il ne fait pas dans le bling-bling avec ses infos en blanc sur fond noir mais ça a le mérite d'être lisible et indémodable. Les comodos ne souffrent d'aucun défauts particuliers. Tout tombe correctement sous les doigts.

Il fait le job sans exceller 

On retrouve le bloc de feu le G-Dink 300 revu et corrigé pour obtenir plus de puissance (24,4 ch à 7.240 tr/mn) et de couple (25 Nm à 6.500 tr/mn) tout en répondant aux normes Euro4. Dommage qu'il n'égale pas les performances de la référence du marché. En effet, le Yamaha Xmax 300 fait un peu mieux. Quant à la transmission, elle est bien sûr confiée à traditionnel couple variateur-courroie.  De même gabarit que le 125, imposant mais pas démesuré, il se faufile aisément. D'autant plus que son moteur réagit correctement aux sollicitations jusqu'à 50 km/h. En revanche, l'ABS se déclenche un peu facilement à l'arrière. La selle n'est pas haute, cela permet de poser facilement pied à terre au feu rouge ou lors de manoeuvre à l'arrêt. Ce que l'on ressent fortement sur les chaussées dégradées rencontrées dans la plupart des villes d'Ile-de-France ou jonchées de dos d'âne, gendarmes couchés et autres coussin berlinois ne s'atténue malheureusement pas hors agglomérations où l'on slalome entre les radars et les nids de poule, la suspension est dure et secoue bien la monture. Heureusement que la selle est vraiment confortable et que le bloc moteur se régale entre 50 et 90 km/h. Le monocylindre est plus linéaire passé 90 km/h mais il n'en reste pas moins capable d''atteindre aisément les 130 km/h (et plus sur circuit) sans donner l'impression qu'il va rendre l'âme. La protection offerte par le carénage et le pare-brise est très bonne et la bonne stabilité en courbe ressentie sur les routes à 90 ne se dément pas sur l'autoroute. Si l'on a de la place pour deux sur la selle du X-Town 300, le passager qui peut facilement se maintenir en selle grâce aux large poignées de maintien ressent lui aussi beaucoup la raideur de l'amortissement sur les aspérités de la route. Un peu d'empathie s'impose. 

Son tarif canon peut faire oublier ses imperfections

S'il ne peut pas rivaliser en terme de performance avec un Xmax 300, le X-Town 300 n'en reste pas moins un scooter offrant une position conduite agréable et accessible aux petits gabarits, une bonne protection et surtout un prix imbattable : 4 499 €. C'est 1400 € de moins que le Xmax 300. Et même 500 € de moins que le Xmax 125. Un tarif canon qui peut largement faire oublier ses défauts.

Avis de la rédaction sur Kymco X-Town 300
16/20
S'il ne peut pas rivaliser en terme de performance avec un Xmax 300, le X-Town 300 n'en reste pas moins un scooter offrant une position conduite agréable et accessible aux petits gabarits, une bonne protection, un moteur sympa et surtout un prix imbattable : 4.499 €. C'est 1400 € de moins que le Xmax 300. Et même 500 € de moins que le Xmax 125. Un tarif canon qui peut largement faire oublier ses suspensions fermes.
Design sobre mais chicProtectionTarif
Suspension raide
Les chiffresPrix4 499 €Puissance18 kW à 7250 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis12/20Look16/20Prix20/20Equipements16/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.