Triumph Tiger 1200 2022
Essai
08 août 2022
Keeway Superlight 125 Euro5
Essai
30 juillet 2022
CFMOTO 800 MT Sport
Essai
23 juillet 2022
Kymco CV3
Essai
16 juillet 2022
BMW K 1600 GT 2017
Essai
09 juillet 2022
Ovaobike MCR-S
Essai
02 juillet 2022
Benelli Leoncino 125
Essai
25 juin 2022
Yamaha Neo's
Essai
11 juin 2022
BMW R 18 B
Essai
04 juin 2022
Silence S01 plus
Essai
21 mai 2022
MagPower Avengers 125
Essai
14 mai 2022

Keeway Superlight 125 Euro5

Les photos de l'essai

, publié le 30 juillet

Sur le segment des petites motos 125 cm3 accessibles aux automobilistes et aux détenteurs du permis A1, Keeway propose toujours son modèle Superlight. Nous l'avons connu avec ses carbus, compatibles avec les différentes normes qui se sont succédées et en 2022 estampillée Euro5. Née à une époque où grâce à leur équivalence tous les permis B voulaient un custom 125 - comme depuis quelques années ils ont jeté leur dévolu sur le genre néo-rétro - est-elle encore pertinente aujourd'hui ?

Amateurs de Custum bonjour !

Les amateurs du genre « old school » ne seront pas déçu, force est de reconnaitre que la Superlight fait dans l'authenticité. Avec ses gros pneus, de 16 pouces à l'avant et 15 pouces à l'arrière, ses quelques chromes qui ressortent, son poste de pilotage avec ses deux compteurs ronds, ses marche-pieds et sa double sortie latérale d'échappement. Sur le plan de la fabrication nous décernons la mention « correcte » dans la mesure ou cette 125 présente bien, mais elle apparait assez basique. On regrette l'emploi de nombreuses pièces en plastique, au niveau de l'habillage et des garde-boues, quelques fils apparents, des jantes en tôle pas spécialement « waouw »... Mais bon, pour cette moto singulière tout ceci est à mettre en rapport avec son prix d'achat. Point fort de cette « customette » : son accessibilité. En effet, avec sa selle perchée à seulement 730 mm du sol tout le monde disposera de parfaits appuis. Une fois à bord, c'est l'Amérique : la position de conduite est typique du genre, avec les pieds en avant, mais pas trop, le buste bien droit et les bras détendus en la présence d'un guidon pas trop large, très légèrement relevé et bien cintré. Pour ce qui est du confort par contre RAS : la selle bien enveloppante et qui maintient bien propose une belle largeur d'assise et une texture moelleuse. Une prévenance secondée par un système de suspensions souples.

Superlight, même dans les perfs !

On ne recherchera bien évidemment pas les performances avec ce petit moulin 4T qui développe 10,2 ch à 8500 tours et dont la valeur de couple maxi est annoncée à seulement 8,5 Nm. Il est basique, toutefois il tracte gentiment les 134 kg en ordre de marche, avec la possibilité d'atteindre un 105 km/h compteur afin de s'octroyer quelques transferts sur voix rapides. Il est associé à une boite de vitesses à 5 rapports que nous avons trouvé perfectible. Le point de patinage est placé assez haut et nombre de fois nous sommes tombés sur quelques faux point-morts entre 1 et 2. Il faut dire qu'avec la longueur de nos jambes et la disposition du marche-pied à gauche, relever la pointe pour empiler les rapports ne fut pas aisé. Pas d'ABS ici, mais un système de freinage couplé efficace. Il repose sur un étrier avant à trois pistons secondé par un étrier double piston arrière. Géométrie custom oblige, la plupart du temps on ralentit cette Superlight avec le pied droit, et cela marche parfaitement bien tant la capacité de ralentissement est convaincante. On peut encore agir sur l'avant seul, il est bien mordant. En ce qui concerne les pneumatiques Cordial, nous les avons trouvé bien adapté à cette machine. Ils accrochent en effet sur le sec. Nous ne les avons pas testé sur surfaces mouillées.

Elle nous emmène partout ?

Ce mini-custom est indéniablement dans son élément en ville. Parce qu'il propose une prise en main naturelle et instantanée, mais aussi parce qu'il est facile à faire évoluer entre les difficultés de la circulation. La Superlight braque superbement bien également, quand à sa garde au sol, annoncée à 120 mm, elle permet de grimper sur la plupart des trottoirs. Pas de mauvaise surprise au niveau des pneumatiques, ni au niveau du freinage, cette Superlight est bien urbaine. La route oui, plutôt que l'autoroute où on se sentira un peu seul limité par la vitesse maximale. Sur le réseau secondaire donc, on profite d'une bonne tenue, rassurante, et d'une certaine rigueur sur l'angle. Le degré d'inclinaison est limité, certes, toutefois nous trouvons qu'il y a quand même de la marge avant de frotter. De toute façon sur la Superlight toute notion de performances est à banir, compte tenu des performances de la mécanique et de l'architecture purement custom, pour autant c'est une petite moto saine sans mauvaise surprise.

Avis de la rédaction sur Keeway Superlight 125 Euro5
12.8/20
La Superlight 125 est une moto simple qui séduira un permis B qui rêve d’une Harley. Pas certain qu’elle attire les jeunes pilotes en revanche, son look et son concept sont trop à l’ancienne pour un « biker » éclairé qui, dans la gamme Keeway, jettera davantage son dévolu sur la K-Light 125. Sans mauvaise surprise au niveau de sa partie cycle, c’est une moto rassurante qui séduira autant le passager, choyé. Côté finances, son tarif apparait accessible, car affiché à seulement 2695 €, et 2795 € notre modèle d’essai équipé du pare-brise et des sacoches.
Prise en mainsCustom permis BHauteur de selleFrein arrière combinéConfortTarif
Boite de vitessesBeaucoup de plastiquesMoteur basique
Les chiffresPrix2 895 €Puissance7,5 kW à 8500 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur8/20Chassis16/20Look12/20Prix12/20Equipements16/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.