Harley-Davidson Livewire
Essai
07 septembre 2019
CFMoto UForce 1000 EPS 4x4
Essai
10 août 2019
Yamaha Ténéré 700
Essai
27 juillet 2019
SWM 125 Ace of Spades
Essai
20 juillet 2019
Piaggio MP3 300 HPE
Essai
13 juillet 2019
Suzuki Katana
Essai
06 juillet 2019
Kawasaki Z 400
Essai
29 juin 2019
Sym Joymax Z 125 2019
Essai
14 juin 2019
Bmw R 1250 RT 2019
Essai
08 juin 2019

Keeway RKF 125

Les photos de l'essai
Keeway RKF 125
20

publié le 29 décembre

Qianjiang envoie maintenant du lourd ! Avec sa nouvelle RKF, sous la marque Keeway le constructeur chinois s'installe sur le segment des 125 hyper naked performantes. Une moto permis B/A1 au look très inspiré par une certaine Duke 125, et que nous venons d'essayer. A bien des égards, elle mérite toute votre attention !

Cette année, la gamme moto Keeway s'est refait une beauté. Du côté des machines de caractère tout d'abord, avec la K-Light 125 qui rafraîchit grandement sa famille custom représentée jusqu'alors par la Superlight. Sur le segment roadster aussi, où au-dessus de l'increvable RKV 125 on trouve maintenant une RKF125 en phase avec les attentes du jeune public. En effet, alors que la RKV présente le même style racé et sobre depuis 2011, cette nouvelle RKF expose un look résolument dynamique. Oui mais voilà, la RKF 125 se mérite ! Placée à 780 mm du sol sa selle est accessible, en revanche une fois en place le pilote est d'abord étonné par l'éloignement des repose-pieds, hauts et très reculés. S'il est grand, tel votre serviteur de 183 cm, il se sentira également confiné entre le réservoir et le retour de la selle passager. Heureusement les jambes épousent sans difficulté les flancs creusés du réservoir, alors que le haut du corps adopte une position bien droite, grâce au positionnement du guidon droit, lui aussi, et pas trop large, sensiblement basculé vers le pilote. Les suspensions de la RKF sont souples : leur capacité d'amortissement sur les petites bosses est donc bonne et elle est même encore impressionnante sur les plus grosses saignées. En outre, la selle s'avère moelleuse et la position de conduite préserve le haut du corps.

Moteur ? Ça tourne !

L'inédit monocylindre Keeway de 124,8 cm3 à refroidissement liquide est un chouette coeur. Nous lui avons trouvé une très bonne vigueur, malgré ces 12,2 chevaux sur le papier. Il se réveille assez facilement vers 3 500/4000, mais c'est dans le haut du compte-tours qu'il est le plus expressif, jusqu'à l'entrée de la zone rouge placée avant les 10 000 tours. Bon, il n'a pas une sonorité mémorable, en revanche sa consommation est apparue raisonnable dans le cadre (sportif!) de cet essai : 3,05 l/100 km, ce qui, avec le réservoir de 10 litres, assure une autonomie de 300 km. L'allonge est convaincante, quand à la vitesse maximale établie à 109 km/h au GPS (120 compteur), elle demeure bien suffisante pour évoluer sur les voix rapides.

La roadster sportif permis B facile !

Parfaite maitrise de la direction grâce à la position de conduite qui porte sur l'avant, poids des plus légers, très bon rayon de braquage, cette 125 s'émancipe du trafic assez facilement. Grâce à la vigueur de ses premiers rapports et à sa transmission directe, elle sera également d'une aide précieuse pour réaliser le Holeshot aux feux. Certes, le positionnement et la largeur (pourtant contenue!) de son guidon incitent à la méfiance lors des remontées de files, mais exception faite de cela, en ville la RKF est une véritable ballerine. Dont les escarpins sont quand même bien affûtés sur la route ! En effet, nous lui avons trouvé beaucoup de sportivité dans sa capacité à enchainer les petits virages. Quel châssis ! D'autant plus que la garde au sol est très bonne et que les pneumatiques Cordial proposent un profil et un grip convaincants. Très vive, facile à placer, en mode sport il n'y a finalement que sa rigueur qui mériterait optimisation, ses suspensions, et sa fourche en particulier, manquent en effet sensiblement de fermeté. Dans ce contexte dynamique nous apprécions aussi son poids plume, plus que jamais même, alors qu'à rythme plus reposé c'est sa tenue de route qui rassure.

Freinage costaud, mais pas trop !

Un manque de consistance est à signaler à l'avant, du moins en conduite soutenue où l'étrier trois pistons affiche rapidement ses limites. Ce qui n'est peut-être pas un mal finalement, car déjà dans l'état la fourche inversée, dont le premier tiers de course est souple, a tendance à plonger. Au moins le maintien en ligne est irréprochable et on trouve beaucoup de sérieux au frein arrière accessible, progressif et qui ne bloque pas rapidement, en raison d'une bonne répartition du système CBS. Les pneumatiques de la marque Cordial n'ont pas défailli sur les routes sèches, en revanche nous ne les avons pas testés sur chaussées mouillées. Avec 100 mm de largeur à l'avant et 130 à l'arrière, ils participent grandement à la vivacité de cette moto dynamique. Ne cherchez pas d'ampoule sur la RKF125, le nouveau roadster naked est entièrement équipé de Leds et cela se voit, que se soit en termes de luminosité ou de distinction. Le feu diurne permanent du phare n'est pas très puissant, il s'appréciera davantage dans la pénombre ou de nuit, en revanche les feux de croisement projettent très bien. Nous apprécions également l'intensité (et le look !) des trois Leds installées dans chaque clignotant. Derrière aussi, la signature lumineuse rectiligne est bien visible, mais ressemblant trop à celle de la MT125, elle manque un peu d'originalité à notre goût. Comme votre serviteur, qui découvrit la RKF la première fois, que ceux qui ont repéré comme une ligne de Leds en bordure d'écope se ravisent : ce petit bout de plastique translucide n'est qu'un élément de finition.

Avis de la rédaction sur Keeway RKF 125
16/20
Cette nouvelle Keeway RKF remplie sa fonction de roadster naked avec brio : déjà elle présente bien, mais surtout, elle est résolument fun à piloter. Dommage seulement qu'elle ne soit pas aussi rigoureuse que la RKV, qui bénéficient de suspensions plus fermes mais qui est aujourd'hui un peu datée. Côté fiabilité, la marque chinoise n'a peut-être pas l'aura des constructeurs nippons ou européens, néanmoins depuis plus d'une décennie qu'elle officie en France (alors qu'elle est distribuée dans une cinquantaine de pays), elle a depuis prouvé son sérieux, tant en termes de fabrication que de SAV, via l'importateur DIP. Bref tous les voyants sont au vert, et le prix de vente attractif : 2 965 €.
DesignÉquipementsCaractère moteurVivacitéRapport prix/performances
Puissance du frein avantPieds trop reculésPneus Cordial sur le mouillé ?1 seule couleur !
Les chiffresPrix2 €Puissance9 kW à 9500 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis16/20Look20/20Prix16/20Equipements12/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.