Triumph Street Triple 765 S
Essai
17 novembre 2018
Piaggio MP3 500 HPE Sport
Essai
10 novembre 2018
Bmw F 750 GS
Essai
03 novembre 2018
Kawasaki Ninja 400
Essai
20 octobre 2018
Lambretta V125 Special
Essai
13 octobre 2018
Ducati Scrambler 1100 Sport
Essai
06 octobre 2018
SWM Gran Turismo 440 2019
Essai
29 septembre 2018
Honda Forza 125 2019
Essai
22 septembre 2018
Yamaha Niken
Essai
15 septembre 2018
Keeway K-Light 125
Essai
08 septembre 2018
Bmw K 1600 Grand America
Essai
01 septembre 2018
Piaggio MP3 350
Essai
25 août 2018
Suzuki SV 650 X
Essai
18 août 2018

Keeway K-Light 125

Les photos de l'essai

publié le 8 septembre

Chez Keeway, la K-light au style Sportster bien inspiré est un néo-custom au look dynamique accessible aux permis B. Nous venons de l'essayer sur la côte méditerranéenne : effet garanti ! 

Un vent nouveau souffle sur le groupe Qianjiang ! En effet, après avoir entièrement repensé la gamme Benelli, l'immense constructeur chinois a récemment dévoilé une nouveauté des plus interessantes, au sein de sa marque Keeway cette fois : la K-light 125. Voilà une 125 qui apporte une certaine fraicheur sur le plan du design de cette marque d'origine chinoise, une moto au look bad boy plutôt réussi. De plus, placée au dessus du custom Superlight, la nouvelle K-light s'inscrit davantage dans la tendance.

Basse de selle = universelle !

C'est une évidence : avec seulement 715 mm de hauteur de selle et une belle finesse à l'arcade, tout le monde dispose de parfaits appuis sur la nouvelle K-light. Mais les grands machins - tel votre serviteur de 183 cm ! - éprouverons quelques difficultés avec leurs grandes jambes. En la présence de repose-pieds en avant, le fameux « feet forward », celles-ci ne sont pas du tout repliées. En revanche, comme la moto est compacte et que le guidon droit est sensiblement ramené vers le pilote, malgré sa hauteur parfaite les genoux viennent à la rencontre des masselottes sur les demi-tours. L'adoption d'un guidon « mini-hape » devrait palier à cela. Côté confort, la selle s'avère moelleuse, mais le combiné d'amortisseurs, intraitable sur les petites déformations, se révèle lui plus ferme, alors que la fourche est apparue plus progressive. Niveau protection, la proue épurée ne fait pas de miracle, pour autant avec la sensation d'être installé dans la moto et non pas sur la moto, on résiste facilement à la pression du flux.

Citadine agile

En ville les têtes se tournent au passage de la K-Light, qui ne fait certes pas longtemps illusion lorsque les badauds constatent qu'elle ne s'époumone pas comme une grosse cylindrées, néanmoins elle fait bien son petit effet. Grace à sa faible hauteur de selle et son bon rayon de braquage, pas de mauvaise surprise lors des manœuvres à basse vitesse et moteur éteint. Compacte, légère, elle ne pose finalement aucune difficulté en ville, toutefois ses pneus Cordial imposent une certaine vigilance lorsque la chaussée est glissante. Roue arrière de 15 pouces et empattement contenu, pour une néo-Sportster de 125 cm5 la K-light s'avère assez agile. Elle enchaine les virages avec progressivité et offre une rigueur des plus appréciables sur l'angle. On penche d'ailleurs beaucoup en virage, la partie cycle est saine pour une petite moto et la garde au sol impressionnante. Sur autoroutes elle n'accroche pas les 130 km/h, néanmoins elle n'est pas hors-sujet sur des petits transferts. Son réservoir de quasiment 12 litres permet d'espacer les stations de 400 km.   

Elle a de l'allonge

Le monocylindre 4T à air n'est pas un foudre de guerre. Il se réveille tardivement, vers 4000 tr/min et fait ensuite état d'une grande souplesse. Néanmoins, son coffre est intéressant jusqu'a 8 000 tours. Finalement, plus que sa nervosité c'est son allonge qui le singularise et qui lui permet d'offrir un agrément convaincant sur le réseau secondaire. Et même sur les voies rapides : car avec un 125 km/h observé au compteur, nous enregistrons 114 km/h au GPS. Sa consommation est raisonnable, mesurée à 2,9 l/100 km. Pour les démarrages en trombe façon Sons Of Anarchy, crachez-vous d'abord dans les gants. Servez-vous du kick (plus classe !), passez ensuite la première puis ouvrez en très grand et allez maintenant chercher le point de patinage très haut, c'est en effet là qu'il est placé !

Keeway K-light 125 : ça change des roadsters et des utilitaires !

Sur le segment 125 permis B/A1 cette K-light au look dark et dynamique, pleine d'éléments modernes et plutôt bien fabriquée, amène avec elle une certaine fraîcheur. Mini-sportster dans l'esprit, sa prise en mains est instantanée, d'ailleurs elle s'avère très rapidement rassurante quelque soit l'endroit où elle est emmenée. Et même si des grands pilotes tombent sous ses charmes, ils trouveront toujours moyen de l'adapter avec quelques accessoires bien choisis. A 2 595 € la moto, une petite rallonge de budget pour un guidon plus haut devrait en effet pourvoir s'envisager !

Avis de la rédaction sur Keeway K-Light 125
15.2/20
Sur le segment 125 permis B/A1 cette K-light au look dark et dynamique, pleine d'éléments modernes et plutôt bien fabriquée, amène avec elle une certaine fraîcheur. Mini-sportster dans l'esprit, sa prise en mains est instantanée, d'ailleurs elle s'avère très rapidement rassurante quelque soit l'endroit où elle est emmenée. Et même si des grands pilotes tombent sous ses charmes, ils trouveront toujours moyen de l'adapter avec quelques accessoires bien choisis. A 2 595 € la moto, une petite rallonge de budget pour un guidon plus haut devrait en effet pourvoir s'envisager !
Look mini-sportsterHauteur de selle et prise en mainRapport qualité/prixGarde au solInstrumentation digitale
Première vitesse longueConfort perfectible
Les chiffresPrix2 595 €Puissance7,8 kW à 9000 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis16/20Look16/20Prix16/20Equipements12/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.