Harley-Davidson FXDR 114
Essai
08 décembre 2018
Orcal Sirio
Essai
01 décembre 2018
Honda Monkey
Essai
24 novembre 2018
Triumph Street Triple 765 S
Essai
17 novembre 2018
Piaggio MP3 500 HPE Sport
Essai
10 novembre 2018
Bmw F 750 GS
Essai
03 novembre 2018
Kawasaki Ninja 400
Essai
20 octobre 2018
Lambretta V125 Special
Essai
13 octobre 2018
Ducati Scrambler 1100 Sport
Essai
06 octobre 2018
SWM Gran Turismo 440 2019
Essai
29 septembre 2018
Honda Forza 125 2019
Essai
22 septembre 2018
Yamaha Niken
Essai
15 septembre 2018
Keeway K-Light 125
Essai
08 septembre 2018

Kawasaki Z900 RS Café

Les photos de l'essai

publié le 14 juillet

Comme son nom l'indique la Z900RS Café est la version café racer de la Z900RS. On remarque d'emblée sa couleur très Godier Genoud, sa selle inspirée du monde de la course, son guidon bas,mais surtout sa bulle très seventies dans l'âme. 

La Café, comme la Z900RS, est une Z900 au cadre revu mais qui bénéficie en outre de suspensions plus évoluées, d'un freinage plus performant et d'un traction control réglable et déconnectable. Il reprend les réglages moteur de la RS qui renforcent les bas et mi-régime par rapport à une Z900. Enfin, la sonorité à l'échappement a été très travaillée, une première dans l'histoire de Kawasaki. 

Un confort surprenant

C'est la très bonne surprise réservée par la Café : malgré son style sportif, elle est confortable. Cela tient principalement à deux choses, une position de conduite proche de celle d'un roadster (comme sur une Ninja 400), pas trop basculée en avant, et un amortissement full réglable upragdé par rapport à la Z900 traditionnel. En effet, la fourche inversée agit sur trois palier offrant de quoi effacer les petites irrégularités et dans le même temps, offrir un bon maintien à l'attaque. Le mono amortisseur type Back Link monté quasiment à l'horizontal sur une biellette agît de concert. C'est vraiment bon, sans être trop sportif.

Un bloc vaillant tempéré par un excellent freinage

Quel poussée entre 3000 et 6000 ! Le travail effectué sur la cartographie a rendu le bloc très sportif de la Z900 beaucoup plus rond, et prompt à repartir sans broncher dès les très bas régime. Il faut même se méfier des deux premiers rapports qui ont du caractère à revendre. Un bon point, la boite de vitesse est docile et le levier d'embrayage offre un bon feeling. En revanche, hormis un traction control, dont ne bénéficie pas le roadster Z900, la Café est chiche en assistance. Côté freinage, rien à dire. Avec deux disques de 300 mm pincés par des étriers radiaux à 4 pistons à l'avant, elle ne manque pas de mordant. C'est d'autant plus vrai que le feeling est bon. En revanche, le disque de 250 mm, étrier 1 piston, qui déclenche très rapidement l'ABS. La monte pneumatique n'y est certainement pas étrangère.

Une moto pour tous les jours

Elle n'est pas légère mais elle se manie pratiquement comme une 125. Résultat, on n'hésite pas une seconde à la prendre en ville. D'autant que la position de conduite n'a rien de rédhibitoire à basse vitesse. Mais c'est évidemment une fois sorti du monde urbain que l'on découvre ce pourquoi elle est vraiment faite. La bonne balade du week-end. Elle passe d'un angle à l'autre sans difficulté mais avec une agréable retenue. Elle n'est pas trop vive. Le moteur peut s'exprimer pleinement et on profite alors sans retenue de la sonorité effectivement bien travaillée de l'échappement et de l'admission d'air. Il ne reste plus qu'à trouver le bon réglage de la fourche pour se faire vraiment plaisir dans le sinueux. En revanche, une fois sur autoroute, on prend cruellement conscience de l'inefficacité de la bulle qui n'apporte pratiquement aucune protection à moins de vraiment venir coller son casque au compteur de vitesse. Heureusement que l'assise et la position de conduite sont très confortables. Cela rend les voyages aussi acceptables que sur un roadster avec un saute-vent.

KAWASAKI Z900RS Café : très sympa mais pas donnée

Avec un style soigné, une motorisation de caractère, un comportement efficace et un confort surprenant, la Z900 RS Café est une vraie réussite. Mais Kawasaki le fait payer relativement cher puisque le constructeur en réclame 12.499 € soit 3.400 € de plus qu'une Z900. Un tarif qui s'approche dangereusement de celui d'une BMW R NineT Racer.

Avis de la rédaction sur Kawasaki Z900 RS Café
16/20
On peut le dire sans fioriture : la Z900 RS Café est une réussite. Son style soigné n'a rien de surfait. La motorisation est en adéquation avec l'esprit café racer. Le châssis suit et le confort est étonnamment au rendez-vous. Reste son prix qui pourrait constituer un frein car elle réclame tout de même 12.499 €. Si cela ne représente que 500 € de plus que la Z900RS, c'est tout de même 3.400 € de plus qu'une Z900. Et 1400 de moins qu'une R NineT Racer de BMW.
Look dévastateurMoteur réjouissantSonorité enthousiasmante
Look très marquéManque de gripTarif élevé
Les chiffresPrix12 499 €Puissance82 kW à 8500 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur20/20Chassis16/20Look20/20Prix12/20Equipements12/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.