Vespa Elettrica
Essai
25 mai 2019
Zontes 310 X
Essai
18 mai 2019
Ducati Diavel 1260
Essai
13 mai 2019
Yamaha YZF-R125 2019
Essai
04 mai 2019
Triumph Speed Twin 1200
Essai
20 avril 2019
Honda CB 650 R
Essai
13 avril 2019
MagPower Bombers 125
Essai
06 avril 2019
Bmw C 400 X
Essai
16 mars 2019
Masai Furious
Essai
09 mars 2019
Mondial Hps 300
Essai
02 mars 2019

Kawasaki Versys 1000 & SE 2019

Les photos de l'essai

publié le 30 mars

On aime ou pas son look singulier, mais passée cette notion subjective et relative à l'usage, que valent par exemple les nouvelles suspensions aux réglages électroniques de la Versys 1000 2019, parmi toutes les évolutions qu'elle étrenne cette année ? Lanzarote, Fuerteventura : cap sur les Îles Canaries pour un « essai court longue durée » !

Centrale inertielle IMU à 6 axes (donc assistance active au freinage en courbe), accélérateur électronique, optimisation de la protection avec une nouvelle proue et une nouvelle bulle, étriers et maître-cylindre avant radiaux, pneus sport Bridgestone T31, application Rideology et suspensions à gestion électronique pour la SE, qui accueille également une instrumentation TFT couleur, l'éclairage en courbe et un quickshifter, on sent déjà que pour sa troisième génération la nouvelle routière des Verts est aujourd'hui bien plus aboutie ! Toutefois, la nouvelle identité de sa face avant fait débat. En même temps, cette Versys est loin d'être la première Kawasaki à bouleverser les codes esthétiques de son segment avec son style affirmé. Plus sportive, elle est l'œuvre d'une designer d'origine coréenne, Jiwon Seo, celle-là même qui a dicté les formes de la dernière mouture de la Z1000SX. En revanche au niveau de la qualité perçue tout le monde s'accordera à dire que cette Versys est un produit haut de gamme. Notez que sur les SE Kawasaki innove en proposant une peinture auto réparatrice. Il s'agit d'un procédé qui permettrait d'éliminer certaines rayures au bout d'une dizaine de jours. Côté confort et protection c'est le top, quant à l'ergonomie, sur la nouvelle Versys on est installé comme sur l'ancienne : relax ! Le buste est droit, les bras sont écartés mais pas du tout à l'excès et comme il y a une bonne distance entre la selle et les repose-pieds, les jambes sont naturellement repliées. Cependant, comme l'assise est placée à 840 mm du plancher des vaches espagnoles, les moins d'1,70 m devront jouer des pointes.

Souple et vigoureux

Vive les gros 4 cylindres japonais, comme ce 1043 cm³ dont nous louons la souplesse et la vigeur. Grâce à l'accélérateur électronique hyper bien fait, la réponse instantanée est suave et dénuée d'à-coup. Sur le plan sportif, ses envolées sont sensationnelles dans les tours, « ambiancées » par les bruits d'aspiration de la boîte à air et du son de l'échappement. Ce moteur dispose également d'un bon frein moteur. Sur les 4 premiers rapports nous ne lui avons pas trouvé de baisse de forme, en revanche sur les deux derniers un petit trou est à signaler entre 4 000 et 5 000 tours. Mais pas de quoi flageller à l'ortie sauvage le motoriste nippon ! Nous n'avons pas vraiment traversé de grandes villes lors de ce road trip sur les îles des Canaries, plutôt des villages à la circulation fluide. A l'approche des feux, en remontant les files de voitures arrêtées nous avons pu prendre la mesure du guidon placé à bonne hauteur pour ne pas être gêné par les rétroviseurs des automobilistes. Et dans les enchevêtrements de ruelles, le bon rayon de braquage aide à la manœuvre. Enfin, si on oublie vite le poids de cette machine dès qu'elle est en mouvement, à l'arrêt il faut toutefois rester vigilant. Une fois la moto stationnée, la présence des deux béquilles est pratique, d'autant plus que la mise sur centrale ne révèle pas de difficulté.

La route est à elle !

Sur le réseau secondaire nous louons la stabilité de cette Versys. Ses suspensions électroniques de qualité assurent une tenue de route difficile (voire impossible !) à mettre en défaut. Calées sur le mode Road, elles absorbent avec brio les revêtements plissés et accidentés sur lesquels Kawasaki nous a parfois emmenés, des routes qui auraient pu transformer la balade en calvaire sur d'autres montures. L'effet rebond est limité, du moins sur ce mode de conduite car si l'on opte pour la cartographie Rain les réactions des suspensions, beaucoup plus souples, provoquent ici d'avantage de mouvements verticaux (cœurs sensibles s'abstenir !). Moto versatile, maintenant à l'attaque elle ne déçoit pas : en mode Sport la fermeté accrue des suspattes limite les transferts au freinage, pourtant les débattements fixés à 150 mm sur le papier sont conséquents. Jantes de 17 pouces, pneumatiques au profil sportif, géométrie presque comparable à celle d'un gros roadster, ce trail singulier est d'une efficacité redoutable dans les parties sinueuses. Ses mises sur l'angle sont instantanées, le maintien de cap est optimal et l'inertie s'avère limitée dans les enchainements rapides. Pourtant nos valises sont bien remplies ! Et côté garde au sol il y a de quoi faire, les repose-pieds se mettant en moyenne à racler vers 48° d'angle (inclinaison gauche ou droite visible au tableau de bord, comme sur les H2). Côté autonomie, les pompistes vont la détester : car si nous annonçons 6 l/100 km de moyenne sur cet essai, à vitesse constante à 130 km/h l'ordinateur de bord nous indiquait plutôt une consommation avoisinant les 5 litres ce qui, avec les 21 litres de contenance du réservoir, permettrait d'espacer les stations-services de plus de 400 km.

Plus techno que jamais 

De nouveaux étriers monoblocs radiaux à l'avant, actionnés par un maître-cylindre lui aussi à montage radial, confèrent une puissance de freinage redoutable à cette Versys 2019, sans que l'attaque soit trop violente. La qualité des penumatiques n'affolent pas le système ABS, quant à l'antipatinage à 3 niveaux, calibré selon les 3 modes de conduite, s'il ne prend pas en compte l'inclinaison de la moto, contrairement à l'ABS, il n'en demeure pas moins efficace. Nouvelle preuve que ce trail routier - ou Sport-Gt sur talonnettes ! - est un modèle dynamique dans l'esprit des Verts : un shifter fonctionnant à la montée comme à la descente fait partie de la dotation de série de la SE (en option sur l'entrée de gamme). Et il fonctionne parfaitement ! Aussi sur cette Versys on dispose du régulateur de vitesses, d'une prise 12V à gauche de la planche de bord, des leviers réglables et d'une béquille centrale de série. Via ses deux molettes latérales la nouvelle bulle est réglable manuellement, et non électriquement. Le parémétrage de la précharge des suspensions électroniques est aisé : au tableau de bord il suffit de choisir entre pilote seul, pilote et bagages ou pilote, bagage et passager. Ce modèle dispose en outre des poignées chauffantes de série et d'un système de navigation dans le menu qui s'avère très intuitif. Notre modèle d'essai disposait des valises Kawasaki en option (signées Givi, leur volume de 28 litres chacune permet d'embarquer un casque intégral). Enfin avec cette nouvelle Versys Kawasaki lance une nouvelle application dénommée Rideology (uniquement disponible sur iPhone pour le moment), qui permet, via Bluetooth, de notamment régler ses suspensions avant départ et de disposer des informations liées au smartphone.

Avis de la rédaction sur Kawasaki Versys 1000 & SE 2019
16/20
450 km au compteur pour découvrir cette nouvelle mouture du trail routier des Verts sur les routes variées des Iles des Canaries : il est rare que nous fassions autant de bornes sur une présentation presse ! Au-delà des apparences..., Kawasaki était donc sûr de son coup quand à la mise au point de cette troisième version de la Versys 1000, certainement celle de la maturité. Cette voyageuse aux suspensions hautes et à grands débattements nous a en effet comblés pendant une journée et demi, surpris par la qualité de son amortissement placé sous surveillance électronique, sa protection et son confort en mode balade. Mister Hyde n'étant jamais très loin du Docteur Jekyll, à l'attaque sa partie cycle et sa mécanique ont par la suite apporté leur lot de sensations. Pour une machine de sa catégorie, elle propose un impressionnant toucher de route, de la précision et une parfaite rigueur sur l'angle. C'est donc une très bonne Sport-GT montée sur échasses ! Reste son look, spécial, et son tarif dans cette version SE, loin de l'offre spéciale : 16 899 € (13 499 € pour la version standard), quasiment le prix d'une Allemande. Cela fait réfléchir, d'autant plus que la Bavaroise a le potentiel pour s'aventurer hors des sentiers battus, elle. Mais ce que perd cette Versys dans ce registre, elle le gagne indiscutablement sur la route.
Finesse de réaction des suspensions électroniquesConfortProtectionCaractère moteurSportivité du trail routierQualité des pneumatiques
Prix de cette SEFeeling du frein arrièreLook ?
Les chiffresPrix13 499 €Puissance88,2 (120 ch) kW à 9000 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur20/20Chassis20/20Look12/20Prix12/20Equipements16/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.