Lambretta V125 Special
Essai
13 octobre 2018
Ducati Scrambler 1100 Sport
Essai
06 octobre 2018
SWM Gran Turismo 440 2019
Essai
29 septembre 2018
Honda Forza 125 2019
Essai
22 septembre 2018
Yamaha Niken
Essai
15 septembre 2018
Keeway K-Light 125
Essai
08 septembre 2018
Bmw K 1600 Grand America
Essai
01 septembre 2018
Piaggio MP3 350
Essai
25 août 2018
Suzuki SV 650 X
Essai
18 août 2018
TGB Blade 1000 LT EPS Luxe
Essai
11 août 2018
Cyclone Z2 125
Essai
04 août 2018
Yamaha Tracer 900 GT 2018
Essai
28 juillet 2018

Kawasaki Ninja H2R

Les photos de l'essai

publié le 26 décembre

Kawasaki avait déjà créé la moto la plus rapide en 1971 avec la H2. Moteur 3-cylindres, 2-temps, 750 cm3, 74 ch et 220 km/h. Aujourd'hui, en 2015, Kawasaki remet le couvert avec la H2. Moteur 4-temps cette fois, 4-cylindres, 998 cm3 et 326 chevaux avec un petit élément rouge... Un compresseur !

Autant dire qu'il fallait une piste à la mesure de cette H2R et seul le circuit Paul Ricard dans le Var peut proposer une ligne droite de 1,8 km. Mais il fallait aussi un pilote d'exception et nous avons recruté pour la circonstance Philippe Monneret. Action !

Compresseur volumétrique

La marque japonaise a mis toutes les entités du groupe à contribution pour élaborer cette nouvelle moto, articulée autour d'un concept inédit et capable d'accélérations inconnues à ce jour. Si l'architecture semble classique avec son 4-cylindres 4 temps de 998 cm3, à culasse double arbre et 4 soupapes par cylindre, refroidissement liquide, injection et admission dynamique, un petit élément peint en rouge va changer la donne. La H2, millésime 2015 reçoit un compresseur volumétrique... et ainsi la H2R s'affiche avec 326 chevaux dans la musette ! 

Tenue carbone

Dans sa livrée carbone, avec ses ailerons, la H2R passe pour un Objet roulant non identifié. En collaboration avec sa division Aérospatiale, Kawasaki a créé une enveloppe aérodynamique sculptée pour assurer un maximum d'efficience aérodynamique. La face avant avale l'air et le propulse dans un conduit jusqu'au compresseur, situé derrière le rang de cylindres. Pas de carénage intégral du reste, pour que l'on voie les entrailles de la bête. 

Cadre tubulaire

Pas de coque alu, mais un treillis tubulaire en acier façon Ducati, peint en vert. Normal ! Le reste de l'équipement est classique d'une hypersport avec fourche inversée entièrement réglable depuis le bouchon supérieur. Sur le té supérieur prend place un amortisseur de direction électronique Öhlins qui se durcit en fonction de la vitesse. A l'arrière le mono-amortisseur Kayaba à bonbonne séparée dispose d'une molette externe de réglage pour la précontrainte. Côté poids, la H2R est annoncé à 217 kg, tous pleins faits, avec donc 17 litres de carburant.

Bruit assourdissant

Autant le dire tout de suite, si vous êtes venu pour rouler incognito, c'est foutu ! Vous serez immédiatement repéré ! Le 4-cylindres diffuse directement dans un 4-en-1 sans silencieux. S'en dégage un son très rauque et caverneux digne d'une moto de GP. Le ton est donné et on ne peut que partir avec une certaine appréhension...

Un nouveau monde

On ouvre à peine les gaz que la H2R vous propulse dans des accélérations inconnues. Le moteur cafouille un peu à bas régime et ne facilite pas les évolutions sur un filet de gaz. Mais ensuite ça grimpe comme c'est pas possible et l'on sent les bienfaits des assistances électroniques : anti-wheeling, contrôle de traction.... Départ arrêté, on est à plus de 300 km/h au bout de 1000 m et l'on arrive à 357 km/h au rupteur avant même la fin de la ligne droite du Mistral... Fabuleux !

Ailerons stabilisateurs

A cette vitesse, on sent les effets des ailerons disposés de chaque coté de la moto. Ils écrasent la fourche qui vient en butée et stabiisent la moto. Au-dessus de 300 km/h, il vaut mieux ne pas sortir la tête du carénage ! Dans ces conditions, à 357 km/h, il faut avoir de bons freins pour prendre le virage de Signes à 150...  Et il ne faut pas sortir tout de suite de la bulle, sinon, on prend une claque. Il faut repasser sous les 300 km/h avant de sortir la tête ! Côté freins, c'est du solide, avec double disque avant de 330 mm avec étriers 4 pistons à montage radial Brembo. A l'arrière, un disque de 250 mm avec étrier double piston complète le freinage qui intègre un ABS déconnectable.

Unique et exclusive

En attendant la version homologuée H2 qui arrivera en janvier prochain avec ses 200 ch, la H2R se destine aux épicuriens amateurs de motos sportives. Certes à 50 000 €, la Kawasaki n'est pas à portée de toutes les bourses, mais elle propose des performances inconnues à ce jour, sauf sur une MotoGP. Elle ne sera peut être pas aussi rapide sur un tour chrono qu'une Superbike, mais elle enfume tout ce qui roule dans le moindre bout droit et c'est cela qui compte, avoir le sourire triomphant du doubleur...

Avis de la rédaction sur Kawasaki Ninja H2R
15.2/20
Voilà, si vous avez 50 000 €, vous pourrez être l'un des 20 heureux élus français qui disposeront de cette bête de technologie et de performances pour rouler sur piste, mais pas en compétition car aucun règlement ou catégorie n'accepte cet engin d'exception. Dommage et normal, vu que la Kawa déboîte tout ce qui roule. Une moto d'épicurien en quelque sorte ! Pour les autres, restera à attendre la version route à 25 000 €, avec 200 chevaux et une accélération qui va laisser toutes les hypersports derrière... Rendez-vous en janvier 2016 seulement !
PerformancesDesign uniqueStabilité à plus de 300 km/hLes assistancesFiabilité
Non homologuéeBruit assourdissantLe tarif ?
Les chiffresPrix50 000 €Puissance240 kW à 14000 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur20/20Chassis16/20Look20/20Prix8/20Equipements12/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.