Harley-Davidson FXDR 114
Essai
08 décembre 2018
Orcal Sirio
Essai
01 décembre 2018
Honda Monkey
Essai
24 novembre 2018
Triumph Street Triple 765 S
Essai
17 novembre 2018
Piaggio MP3 500 HPE Sport
Essai
10 novembre 2018
Bmw F 750 GS
Essai
03 novembre 2018
Kawasaki Ninja 400
Essai
20 octobre 2018
Lambretta V125 Special
Essai
13 octobre 2018
Ducati Scrambler 1100 Sport
Essai
06 octobre 2018
SWM Gran Turismo 440 2019
Essai
29 septembre 2018
Honda Forza 125 2019
Essai
22 septembre 2018
Yamaha Niken
Essai
15 septembre 2018
Keeway K-Light 125
Essai
08 septembre 2018

Honda Monkey

Les photos de l'essai
Honda Monkey
20
Diaporama

publié le 24 novembre

Le Monkey est de retour en version 125 cm3 depuis juillet 2018 en France. Difficile de résister à l'envie d'essayer ce qui s'annonce d'ores et déjà comme un beau succès pour Honda. 

Honda fête cette année les 50 ans de la Z50, qui hérita du surnom Monkey parce qu'en selle, on ressemblait à un singe sur un vélo, en en proposant une version néo-rétro qu'il semble difficile de ne pas trouver irrésistible tant on on dirait une version idéalisée de nos souvenirs d'enfance. C'est un peut la Fiat 500 de la moto en quelque sorte.

Plus confortable qu'il n'y parait

D'un point de vue ergonomie, c'est plutôt du côté de la Smart qu'il faut se tourner. Une fois au guidon, on n'a pas du tout l'impression d'être sur une petite. La selle est plus haute que celle d'un PCX (on voit donc plus loin), le guidon est assez large et le réservoir repousse la selle large et bien molletonnée en arrière. Résultat, le triangle mains-bassin-pieds est très proche de celui d'une moto de plus grand gabarit et le confort est au rendez-vous. En revanche, si l'amortissement composé d'une fourche inversée et d'un double amortisseur réglable sur deux positions à l'arrière conviendra très bien à des pilotes jusqu'à 80 kilos, ils seront à la peine au delà.

Très bien équipée pour une petite

S'il reprend beaucoup de codes vintages particulièrement bien réinterprétés, on regrettera l présence de caches plastiques font un peu tâche ça et là. En revanche, vintage ne veut pas dire daté et il n'oublie pas la modernité pour autant. Ainsi, le phare, le feu arrière et les clignotants sont full led. Et ne parlons pas du design de cet éléments, plus que réussi. Il est aussi équipée de série d'un tableau de bord LCD qui affiche les données essentielles (vitesse, trip total et partiel, jauge à carburant). Enfin, mention spéciale au porte clé Honda qui permet de faire clignoter la moto à distance (raisonnable) pour la retrouver facilement dans l'obscurité par exemple et à la pseudo alarme qui sonne (pas très fort) lorsque l'on relève la moto. De quoi peut-être calmer les ardeurs des curieux. Coté freinage, ce n'est pas mal non plus puisque s'il doit se satisfaire d'un étrier 2 pistons à l'avant, il est équipé d'un ABS géré par une centrale inertielle. Bonne nouvelle pour les plus joueurs, le frein arrière, lui, ne dispose pas d'ABS.

Absolument pas sous-motorisé

Au regard de ses valeurs de puissance et de couple a motorisation (6,9 kW (9,4 ch) à 7000 tr/min et 11 Nm à 5250 tr/min), on aura tôt fait de ranger ce mono cylindre de 124,7 cm3 dans la catégorie des poumons. Mais c'est sans compter sur le poids ridicule de la machine qui toute mouillée ne dépasse pas les 107 kilos et sur sa boite de vitesse à 4 rapports bien étagée. On peut tirer sur la première jusqu'à 50 km/h avant d'enchainer jusqu'à flirter avec les 110 km/h compteur soit environ 100 km/h réels. On a aussi le droit de ne pas autant solliciter les rapports pour protéger le moteur. Ajoutez à cela une maniabilité déconcertante et une fois dans le flot de la circulation en ville, c'est à se demander pourquoi, on ne circule pas tous avec un engin comme ça. C'est nerveux, agile. Ça passe partout. C'est fun. Et quand on s'arrête au feu, on déclenche des sourires. Et dès lors que l'on sort de la ville, il se transforme. Ou plutôt, on se transforme. On pourrait même avoir tendance à retomber en enfance et rouler façon Mario Kart ! C'est tellement drôle, déconnecté de la production mainstream. Et le pire, c'est qu'elle ne s'en sort pas plus mal que nombre de 125 traditionnelles. Même ses pneus Vee Rubber typés mixtes savent mettre en confiance sur le sec. Résultat, on peut être tenté par l'aventure, l'autoroute. Et là encore, elle ne fait pas pire que beaucoup d'autres et bien mieux que certaines qui plafonnent à 90 km/h quand elle tutoie les 110 compteur, ce qui fait un bon 100 km/h au GPS. Ça gigote forcément plus qu'une 125 à grande roue mais ce n'est pas pire qu'avec une Honda CRF 250 L, pour rester dans la même famille. Et d'ailleurs, si l'envie vous prend de gouter au hors piste, sachez qu'elle en est tout a fait capable. Evidemment, ne vous attendez pas à faire le Dakar mais pour une balade bucolique, elle fera très bien l'affaire.

Une usine à sourire

Vous vous souvenez des premières fois où vos parents vous ont laissé retrouvez vos copains dehors, de vos premières virées en bicloune, de la boule au ventre quand vous voyiez l'heure fatidique approcher, celle qu'il ne fallait pas dépasser avant de rentrer sous peine de ne pas pouvoir ressortir le lendemain ? Et bien, c'est tout ça et plus encore qui vous inonde le cerveau aux bout de quelques mètres au guidon d'un Monkey : un sentiment d'insouciance et de liberté que bien souvent on ne retrouve jamais une fois adulte. Reste à savoir si cela mérite de dépenser 4.099 €. Au regard du succès en concession, manifestement pour beaucoup de gens, la réponse est oui.

Avis de la rédaction sur Honda Monkey
16/20
Le Monkey n'est peut-être pas un foudre de guerre (même s'il est plutôt vif) mais il ne lui a pas fallu plus de 10 secondes pour me téléporter 40 ans en arrière. Pas à sa grande époque mais à la mienne. Celle où je commençais à sortir retrouver mes premiers copains dans l'impasse où je vivais. On sortait les biclounes, on se construisait des tremplins ou on s'éclatait sur « la butte », un gros tas de terre, vestige des travaux de terrassement des maisons alentours, laissé là par les ouvriers. On ne se posait pas de question. On fonçait. On tombait. On s'écorchait les genoux. On étaient libres. 4.099 € pour revivre ça, ça ne me semble pas injustifié. D'autant que si cette petite moto n'est pas la reine de la polyvalence (on ne peut même pas rouler à deux), elle a un design craquant, une finition digne d'une grande (et surtout à des années-lumière de nombre de 125 (vintage ou pas) qui se vendent pourtant très bien) et un équipement très convenable. D'ailleurs, je ne dois pas être le seul à le penser puisque les 800 premiers modèles importés en France ont pratiquement tous été vendus. En à peine trois mois.
Bouille d'enferBelle finitionSonoritéPoids
MonoplaceProtectionPrix ?
Les chiffresPrix4 099 €Puissance6,9 kW à 7000 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis12/20Look20/20Prix16/20Equipements16/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.