Yamaha Niken
Essai
15 septembre 2018
Keeway K-Light 125
Essai
08 septembre 2018
Bmw K 1600 Grand America
Essai
01 septembre 2018
Piaggio MP3 350
Essai
25 août 2018
Suzuki SV 650 X
Essai
18 août 2018
TGB Blade 1000 LT EPS Luxe
Essai
11 août 2018
Cyclone Z2 125
Essai
04 août 2018
Yamaha Tracer 900 GT 2018
Essai
28 juillet 2018
Kawasaki Z900 RS Café
Essai
14 juillet 2018
Benelli Leoncino
Essai
07 juillet 2018
Kymco Super 8 50 Euro4
Essai
30 juin 2018
Honda CB1000R 2018
Essai
23 juin 2018

Honda GL1800 Goldwing 2018

Les photos de l'essai

publié le 3 mars

Considérée, depuis 1975, comme la Rolls des motos, la Goldwing 2018 débarque sur nos routes dès le mois d'avril et cette 6e génération à de quoi surprendre.

Cela fait maintenant 43 ans qu'Honda peaufine son vaisseau amiral. Autant dire que la 6e génération est plus attendue au tournant. Et c'est bien normal, au regard du de la somme très élitiste, encore en hausse, réclamée par le constructeur nippon.

Les Etats-uniens étant très friands de cette moto, c'est dans la région d'Austin, dans le sud du Texas que nous nous sommes rendus pour essayer le nouveau flagship de Honda.

Le confort est toujours au rendez-vous

La nouvelle gold offre une position de conduite différente. C'est moins relax, plus sportif avec le buste légèrement basculé vers l'avant comparativement à l'ancienne. Les bras sont plus tendu, le fessier plus près du train avant. C'est plus tonique. Un dynamisme renforcé par la suspension pilotée et notamment la nouvelle fourche à double triangulation et mono-amortisseur type Duolever BMW qui filtre particulièrement bien les irrégularités de la route. En revanche, la protection est moins efficace. Le pare-brise maintenant électrique protège bien la tête et le buste mais le carénage plus étroit expose plus les épaules, les genoux et pieds mais aussi les mains.

Le moteur revu préfère la boite robotisée DCT 

Doté d'une boite traditionnelle, le 6 cylindres de 1800 maintenant 24 soupapes semble étouffé malgré la hausse de 8,2 ch et 3 Nm. On exploite mieux ses 126,5 ch à 5.500 tr/mn et 170 Nm de couple à 4.500 tr/mn avec la DCT. En fonction du mode cartographique choisi, il peut maintenant devenir presque sportif. On imagine aisément que ce sera le choix de la grande majorité des futurs acquéreur tant la DCT lui va bien. On pourrait se passer du mode Rain pour ne conserver que le mode Eco mais le mode Sport n'est pas inutile pour seconder le mode Tour. D'autant que cela ne joue pas seulement sur la cartographie moteur mais aussi sur la suspension pilotée.

La sécurité et l'équipement monte d'un cran 

Double disque de 320 mm étriers radiaux 6 pistons à l'avant et d'un disque de 316 mm étrier 3 pistons à l'arrière : ça freine ! D'autant mieux d'ailleurs que le tout est système Dual-CBS qui gère le freinage avant-arrière en fonction du mode cartographique choisi. C'est aussi le cas de l'ABS et du Traction control, qui fait son apparition cette année. Comme l'écran TFT couleur de 7 pouces est encadré par un compteur de vitesse et un compte-tours cerclé de métal brossé. C'est très premium. Honda en a profité pour simplifier les commandes. Il reste encore pas mal de boutons partout mais au moins on n'en trouve plus sous les genoux. On les trouve principalement sur le réservoir et aux comodos et ils permettent de naviguer plutôt intuitivement dans l'ordinateur de bord et le système multimédia-GPS intégré.

Une Goldwing dynamique !

Passons rapidement sur les évolutions citadines : si son gabarit plus filiforme lui permet d'y évoluer plus facilement, il faut quand même bien l'avoir dans l'oeil pour l'apprécier dans le trafic. Pour autant, on se perçoit le changement dès les basses vitesses. Et l'intuition devient certitude une fois sorti des trajets urbains. Honda a cherché à la rendre plus efficace et le pari est gagné. Sans être devenu une sportive, la nouvelle Goldwing jouit d'un comportement beaucoup plus dynamique que l'ancienne. Le train avant est rivé au sol et son régime minceur porte ses fruits. Elle est nettement plus agile. Sur des petites routes, en mode sport, elle surprend même. Quant à l'amortissement piloté, en plus d'une stabilité étonnante en courbe, il lui offre aussi plusieurs visages : tapis volant sur l'autoroute en mode Tour et nettement plus ferme en mode Sport. 

Des plus et des moins

Au sortir de cet essai, difficile de ne pas louer les nouvelles qualités dynamiques, nettement en hausse de la Goldwing 2018, surtout dans cette version Touring DCT/Airbag. Mais impossible de ne pas faire part de notre déception de voir sa protection et surtout son autonomie et sa capacité d'emport en baisse. En effet, dans sa chasse aux kilos superflus (34 kg de moins sur la balance), Honda a réduit de 3,9 litres (21,1 litres) son réservoir et de 40 litres la capacité d'emport des valises et top box. Argument invoqué : les américains mettent souvent les motos sur une remorque pour l'amener là où ils veulent rouler et l'équipement du pilote de plus en plus technique prend de moins en moins de place. OK. Pas sûr que les européens trouvent ça sympa, surtout au moment de signer un chèque de 35.999 € hors options pour s'offrir la version Touring DCT/Airbag !

25.999 € pour la version Goldwing (ex-F6B au pare-brise bas et sans traction control) et 32.999 € pour la version Goldwing Touring (sans DCT/Airbag).

Avis de la rédaction sur Honda GL1800 Goldwing 2018
16/20
Cela faisait plus de 40 ans que la Goldwing prenait des kilos. Un embonpoint que les petits génies de Honda réussissaient à nous faire oublier grâce à un équilibre qui semblait parfois relever de la magie tant il était facile de manier à 1 km/h, ce beau bébé de 413 kilos, et tout ça dans un confort princier. Seulement voilà, le poids c'est l'ennemi. Surtout quand tu dois satisfaire aux normes Euro4 qui en rajoutent tout en demandant de réduire les émissions de polluants, et que tu veux garder un airbag et ajouter une boîte DCT à 7 rapports. Honda a fait très fort puisque la Goldwing Touring DCT/Airbag perd 34 kilos par rapport à l'ancienne tout en étant mieux pourvue. Mais cela a imposé une chasse aux kilos superflus et c'est le réservoir (en baisse de 3,9 litres à 21,1 litres), le carénage et la bagagerie qui ont subi une cure d'amaigrissement qu'il sera peut-être difficile de faire accepter aux wingers attachés à l'extrême protection, à l'autonomie record et à la confortable capacité d'emport de leur actuelle Gold chérie. A moins qu'ils ne soient surtout sensibles aux progrès colossaux réalisés en matière de tenue de cap et de précision du train avant stupéfiant de rigueur dont elle peut se vanter maintenant. Ne restera plus alors début avril 2018 qu'une dernière pilule, amère, à faire avaler aux afficionados, comme aux éventuels nouveaux clients, une hausse tarifaire assez conséquente. Sans parler de la Goldwing « tout court », entendez par là la nouvelle F6B sans top case ni antipatinage et au pare-brise amputé à 25.999 €, la Goldwing Touring débute à 32.999 €, là où l'ancienne s'échangeait à partir de 30.699 €. Et que dire de la somme réclamée pour la version DCT/Airbag affichée à 35.999 € qui, de fait, va se retrouver face à une BMW K 1600 GTL toutes options ou presque (pas d'airbag et seulement un shifter) affichée à environ 30.000 €.
Accord parfait Moteur/DCTDynamisme en hausseAmortissement pilotéMode Manoeuvre avant-arrièreQualité perçue
Capacité d'emport en baisseProtection en baisseTarif en hausse
Les chiffresPrix32 999 €Puissance93 kW à 5500 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis16/20Look20/20Prix12/20Equipements16/20

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU