Honda Forza 125 2019
Essai
22 septembre 2018
Yamaha Niken
Essai
15 septembre 2018
Keeway K-Light 125
Essai
08 septembre 2018
Bmw K 1600 Grand America
Essai
01 septembre 2018
Piaggio MP3 350
Essai
25 août 2018
Suzuki SV 650 X
Essai
18 août 2018
TGB Blade 1000 LT EPS Luxe
Essai
11 août 2018
Cyclone Z2 125
Essai
04 août 2018
Yamaha Tracer 900 GT 2018
Essai
28 juillet 2018
Kawasaki Z900 RS Café
Essai
14 juillet 2018
Benelli Leoncino
Essai
07 juillet 2018
Kymco Super 8 50 Euro4
Essai
30 juin 2018

Honda CB125R 2018

Les photos de l'essai

publié le 12 mai

Pour 2018, Honda frappe un grand coup sur le segment des roadsters huitième-de-litre accessibles avec un simple permis B ou A1. Le style ravageur et le beau gabarit de cette CB125R aujourd'hui à l'essai devraient déjà à eux seuls lui assurer le succès, mais ce n'est pas tout !

Ce fut une des belles surprises du dernier salon de Milan : la fournée des nouvelles Honda CB 2018 a ravi à peu près l'ensemble du public européen, d'emblée séduit par ce design baptisé « Neo Sports Cafe ». De plus, ces CB1000R, CB300R et CB125R viennent chacune à point nommé pour combler les lacunes de la gamme Honda dans chaque catégorie. Et du côté des motos 125, à part la valeureuse mais utilitaire basique CB125F, rien à se mettre sous la dent chez Honda...jusqu'à aujourd'hui ! 

Du style et un bon accueil !

D'emblée, l'optique avant ronde cerclée façon alu brossé donne le ton : il y a du rétro dans cette CB ! Pourtant, cela reste subtil et l'ensemble offre tout compte fait une allure très moderne. La fintion est agréable, comme l'ergonomie. Avec sa selle culminant tout de même à 816 mm, et une arcade plutôt large, la CB125R autorise en effet les petits gabarits à poser les deux demi-pointes de pied au sol, pas plus, mais vu le poids de l'engin (126 kg TPF), on peut tout à fait s'en contenter. Jambes peu repliées, pieds légèrement en arrière, bras tout juste fléchis au-dessus du guidon assez large et plat, la position est dynamique, sans être exigeante, parfaite pour les pilotes entre 1,60 et 1,75 m : de quoi prendre en main cette CB aisément et être à l'aise en toute circonstance. Les grands sont davantage étriqués, mais sans en souffrir plus que cela. Quelque soit leur taille, les pilotes apprécieront le confort de cette CB dont les amortisseurs, de qualité, offrent une bonne souplesse. 

Un moteur éprouvé

Du côté mécanique rien de nouveau. Il s'agit du mono 124,7 cm3 à 2 soupapes simple ACT et refroidi par eau bien sûr de la CBR125 sortie en 2011 et repartie fin 2016. Il a toutefois été optimisé, notamment au niveau de l'injection pour une réponse immédiate et une conso réduite. Avec des cotes super carrées identiques (58 x 47,2 mm) à celles d'une KTM Duke 125 et une transmission revue pour favoriser la réactivité sur les premiers rapports, il est volubile à bas et mi-régime (avec une sonorité très sympa, sans être trop bruyant), tout en conservant une très bonne allonge. Et si il ne développe « que » 9,8 kW (à 10 000 tr/min) là où la législation en autorise 11 (pour 10 Nm à 8000 tr/min), ce n'est pas bien grave : on atteint et on conserve 120 km/h compteur sur le plat, 130 en descente. Et n'a englouti que 2,6 l/100 km en moyenne lors de cet essai, pour une autonomie de presque 400 km avec les 10 l du réservoir. Qui dit mieux ? Embrayage souple à souhait, boîte docile, point mort sans souci : la transmission brille par sa transparence. Les 4 premiers rapports assez courts favorisent les mi-régimes, en revanche 5 et 6 sont plus longs, et l'on a besoin de tomber un ou deux rapports pour obtenir de bonnes relances entre 7000 et 9000 tours.

Citadine née et sportive en herbe !

Avec son centre de gravité bas et une répartition des masses av-ar de 51,6 % et 48,4 %, son poids contenu grâce à un châssis allégé au maximum, la CB125R est très agile dans les petits coins, facile à basse vitesse en manœuvres en toute circonstance, avec un rayon de braquage riquiqui. En plus, si le guidon est un peu large, ses rétros sont bien placés, juste au-dessus de ceux de la plupart des voitures. Le moteur se montre assez élastique pour ne pas passer son temps sur la boîte, mais il vaut mieux le solliciter après 4000 tours si l'on veut jouer au gardon dans les embouteillages. Les pneus Dunlop sont rassurants sur la route et son comportement se caractérise par une certaine neutralité bienveillante, de quoi transformer cette CB125R en vrai petit roadster sportif ! Si l'on sent parfois l'arrière gigoter un peu, la fourche en revanche accuse bien les freinages. En même temps le frein avant ne la malmène pas trop : alors que la pédale gérant l'arrière offre un excellent feeling et procure une efficacité très appréciable, devant l'étrier radial Nissin est un peu décevant du point de vue du mordant et de la précision du dosage. De plus, le levier, bien écarté et non réglable, est un peu spongieux à l'attaque. On a vu mieux chez Honda, toutefois c'est peut-être mieux ainsi pour les novices. Le principal est que l'ensemble avant/arrière soit satisfaisant, avec l'ABS relié à une centrale inertielle à un axe (calcul de la plongée) qui veille en cas de souci!

Honda CB125R 2018 : un must ?

Quand Honda associe sa légendaire rationalité à l'expérience technique de ses ingénieurs sportifs et au talent des designers de son bureau d'étude italien, difficile de trouver à redire... Cette CB125R, comme les 300 et 1000 à venir, en est le fruit presque parfait : pour le tarif de 4499 €, on pourrait juste chipoter sur le frein avant (et encore...), ou encore l'absence de port USB (plus utile qu'un chrono sur le tableau de bord !), et de réglage de précontrainte de l'amortisseur. La Yamaha MT-125 a du souci à se faire, avec son tarif de 4999 €, mais le comparatif avec la KTM Duke 125, au même prix, va être à couteaux tirés !

Avis de la rédaction sur Honda CB125R 2018
18.4/20
Quand Honda associe sa légendaire rationalité à l'expérience technique de ses ingénieurs sportifs et au talent des designers de son bureau d'étude italien, difficile de trouver à redire... Cette CB125R, comme les 300 et 1000 à venir, en est le fruit presque parfait : pour le tarif de 4499 €, on pourrait juste chipoter sur le frein avant (et encore...), ou encore l'absence de port USB (plus utile qu'un chrono sur le tableau de bord !), et de réglage de précontrainte de l'amortisseur. La Yamaha MT-125 a du souci à se faire, avec son tarif de 4999 €, mais le comparatif avec la KTM Duke 125, au même prix, va être à couteaux tirés !
Style et finitionsGabarit valorisantPoids légerPerformances moteurComportementFrein arrièreConfortConso réduite
Prix assez élevéPas de prise USBPas de poignée passagerPas de warningAmortisseur non réglable
Les chiffresPrix4 499 €Puissance9,8 kW à 10000 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur20/20Chassis20/20Look20/20Prix12/20Equipements20/20

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU