Doohan iTank DB45
Essai
15 décembre 2018
Harley-Davidson FXDR 114
Essai
08 décembre 2018
Orcal Sirio
Essai
01 décembre 2018
Honda Monkey
Essai
24 novembre 2018
Triumph Street Triple 765 S
Essai
17 novembre 2018
Piaggio MP3 500 HPE Sport
Essai
10 novembre 2018
Bmw F 750 GS
Essai
03 novembre 2018
Kawasaki Ninja 400
Essai
20 octobre 2018
Lambretta V125 Special
Essai
13 octobre 2018
Ducati Scrambler 1100 Sport
Essai
06 octobre 2018
SWM Gran Turismo 440 2019
Essai
29 septembre 2018
Honda Forza 125 2019
Essai
22 septembre 2018
Yamaha Niken
Essai
15 septembre 2018

Honda CB1000R 2018

Les photos de l'essai

publié le 23 juin

Honda revient aux affaires sur le segment des gros roadsters d'1 litre avec la toute nouvelle mouture de la CB1000R ! Nous le découvrons aujourd'hui en essai sur les routes de la région de Marbella, ainsi que sur le circuit d'Ascari. 

la nouvelle CB1000R semble bien armée : son moteur a gagné 20,4 chevaux (15 kW) et malgré l'adoption d'un cadre en acier (contre de l'aluminium sur l'ancienne version), elle a perdu 12 kg. En outre, elle s'appuie maintenant sur un accélérateur électronique, des modes de conduite, un antipatinage et un frein moteur réglables. Sans oublier sa belle fabrication et son style, "neo sport café" très tendance !

New look !

Ce style au parfum vintage apporte paradoxalement une certaine fraîcheur sur le segment des gros roadsters, encore trop mangas pour beaucoup. Il en ressort une moto plus simple et plus compacte qu'auparavant, qui ne manque toutefois pas d'éléments singuliers : son réservoir, son magnifique feu à leds, ses carters moteurs travaillés avec soin et sa boucle arrière (en aluminium) raccourcie. Nous ne sommes pas fans de la forme du pot, du support de plaque déporté partant de la roue arrière, ni de l'emplacement du vase d'expansion (au niveau de l'amortisseur). En revanche nous sommes heureux de retrouver le sublime monobras aluminium de l'ancienne mouture. Cette conception assure une vue imprenable sur la jante arrière. Quant à la finition, elle est quasi exemplaire ! La selle est haute, comme la partie arrière de notre version « + » équipée d'un capot de selle. Mais l'échancrure de l'accessoire est bien faite, atteste un collègue d'1,65 m qui assure avoir de bons appuis au sol. Quant à votre serviteur (1,83 m), il a trouvé une position de conduite peu contraignante. 

Roadster sportif, mais pas exclusif

Notre CB1000R d'essai répond avec fermeté au passage des déformations. Pour autant elle n'est pas du tout inconfortable, fourche et amortisseur réglables sont en effet de bonne facture et la selle s'avère moelleuse. La posture est gentiment sportive, avec en plus la possibilité de se reculer facilement. Quel bonheur de retrouver un 4-cylindres. Toutefois si ce bouilleur reprend la souplesse et l'allonge de ses aïeux, moderne, il se singularise par son caractère beaucoup moins linéaire. On est en effet agréablement surpris de découvrir une nouvelle hargne passé 6000 tours et dès 2000 tours, le bloc dérivé de la CBR1000RR de 2006 répond déjà présent. Au terme de notre roulage de 350 km, mélange de route et de circuit, une moyenne de 8,5 l/100 km s'affiche sur l'ordinateur de bord du roadster à l'Aile. La boite de vitesses est précise et les rapports vérrouillent bien. L'antidribble est irréprochable. Ce qui, au rétrogradage, renforce la sportivité de notre version « Plus » équipée du shifter up & down. Avec le développement des systèmes électroniques, trois modes de conduites sont maintenanrt proposés.

Une lame japonaise !

On apprécie la stabilité du roadster ainsi que son amortissement, des plus sérieux. On préfère toutefois bien évidemment quand la route tournicote, où la Néo Rétro révèle son caractère très sportif. Redescendu sur le troisième rapport, on enroule les lacets, profitant d'une partie avant très précise, particulièrement facile à placer. Mais également très agile dans les enchainements, parfois un peu trop même lorsque le bloc pousse copieusement au-dessus de 6 000. Et sur l'angle ? Un bonheur, tant le maintien de cap est peu critiquable et les trajectoires simples à corriger. Les sensations sont au rendez-vous ! Sur le circuit d'Ascari, mythique, on apprécie jouer du shifter pour des montées fulgurantes sur les trois premiers rapports, d'autant plus que l'antipatinage calé sur son premier niveau nous a convaincus dans ce contexte, pour les belles glisses qu'il autorise avant d'entrer en action, sans aucune brutalité. Maintien dans les courbes rapides à très haute vitesse, stabilité sur les freinages, qualité des relances, agilité, il n'y a finalement que la garde au sol qui nous a ici déçus. Quant au freinage, nous l'avons trouvé très sérieux. A l'avant, nous louons son attaque franche et le mordant assuré par les étriers radiaux. Il manque peut-être un peu de progressivité, mais nous apprécions de trouver un levier réglable. Le frein arrière est lui aussi efficace, avec sa pédale accessible et progressive qui permet d'affiner aisément ses trajectoires. 

Honda CB1000R 2018 : retour en grâce !

Vous l'aurez compris à la lecture de ces lignes, la nouvelle CB1000R nous a conquis ! C'est une bien bonne surprise en dynamique : elle envoie du lourd ! Bien motorisée, avec une certaine louche de caractère, dotée d'un superbe châssis et d'une position de conduite facile, elle est redoutable d'efficacité. Reste que le tarif de la nouvelle CB1000R n'est pas vraiment placé : 13199 €, et 14699 € pour notre version « + » de test. 

Avis de la rédaction sur Honda CB1000R 2018
16/20
Vous l'aurez compris à la lecture de ces lignes, la nouvelle CB1000R nous a conquis ! Pourtant, au départ, ça n'était pas gagné : pas fan du positionnement « Néo Rétro Sport Truc Machin... » avec son look très inspiré, et, remplis de préjugés quant au caractère linéaire d'une partie des dernières productions à l'Aile, nous pensions mettre un trait sur le tempérament sportif de la bête. Malgré, il est vrai, une fiche technique qui faisait déjà envie lorsqu'elle fut dévoilée à l'Ecima 2017, avec notamment un rapport poids/puissance largement revu à la hausse. Eh bien bonne surprise en dynamique : elle envoie du lourd ! Bien motorisée, avec une certaine louche de caractère, dotée d'un superbe châssis et d'une position de conduite facile, elle est redoutable d'efficacité. Et nous salivons déjà à l'idée d'organiser un prochain comparatif du segment, où les concurrentes ne manquent pas !
StyleCaractère moteurQualité des suspensionsFreinageInstrumentationPosition de conduite
ABS non déconnectableCreux à mi-régimePrix !Design du silencieux ?
Les chiffresPrix13 199 €Puissance107 kW à 10500 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis20/20Look16/20Prix12/20Equipements16/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.