Kawasaki Z900 RS Café
Essai
14 juillet 2018
Benelli Leoncino
Essai
07 juillet 2018
Kymco Super 8 50 Euro4
Essai
30 juin 2018
Honda CB1000R 2018
Essai
23 juin 2018
Masai Grey Stone 125
Essai
16 juin 2018
CFMoto CForce 850
Essai
09 juin 2018
Husqvarna Svartpilen 401
Essai
02 juin 2018
Kymco X-Town 300
Essai
26 mai 2018
Bmw F 850 GS
Essai
21 mai 2018
Honda CB125R 2018
Essai
12 mai 2018
KTM 790 Duke
Essai
05 mai 2018

Honda CB 1100 RS Euro4

Les photos de l'essai

publié le 18 novembre

Sortie en 2013, revue en 2014, la Honda CB 1100 est désormais disponible en une version RS plus dynamique aux côtés de la classique déclinaison EX.

Cette RS se distingue par des jantes de 17 pouces au lieu de 18 sur la EX, des suspensions Showa avec une fourche standard SDBV, réglable en précharge comme les deux amortisseurs arborant fièrement leur bonbonne séparée, ainsi qu'une géométrie et un système de freinage spécifique. 

Style intemporel

Toutes deux adoptent un nouveau réservoir aux formes galbées, qui perd au passage presque 1 l de contenance, à 16,8 litres. La RS se distingue par ses éléments noirs tels les ailettes des cylindres, le garde-boue avant ou le bloc compteur, quand la selle arbore un revêtement satiné et que les clignotants héritent de leds comme les feux avant et arrière. Très peu de plastiques, une qualité de finition irréprochable, un style intemporel, bref, la classe. Le guidon est positionné plus sur l'avant que sur le modèle précédent, ce qui offre une ergonomie plus dynamique, sans pour autant être exclusive. La hauteur de selle ne pénalise personne, l'arcade ayant par ailleurs été affinée, et la position des jambes est parfaitement naturelle. La prise en mains est instinctive.

Roadster confort

Rarement un roadster nous aura semblé si confortable, grâce à cette ergonomie naturelle, au moelleux de la selle qui plus est bien dessinée et aux suspensions de très bonne facture. La selle passager est accueillante, les repose-pieds sont bien positionnés. Reste une poignée de maintien arrière un peu lointaine qui oblige à garder les mains derrière le dos, position que l'on ne peut pas tenir très longtemps. Sous les yeux toujours deux compteurs analogiques pour la vitesse et le compte-tours, aux graphismes retouchés avec un écran numérique pour le rapport engagé, les trips, la jauge de réservoir, les consos moyenne et instantanée, l'horloge, des infos complètes mais peu lisibles sous le soleil. Pas de chichi aux poignées, et c'est bien ce que l'on attend d'un roadster « classique ».

La force tranquille

Le 4-cylindres refroidi par air et huile est passé à Euro4 sans perte de puissance et pour optimiser sa réactivité à bas et mi-régime, les deux silencieux ont été raccourcis, affinés, et placés plus haut pour améliorer garde au sol. L'oreille profite d'une sonorité valorisée et l'embrayage à commande hydraulique est désormais assisté. Un régal ce 4 pattes ! Rond, souple, toujours dispo, c'est un gros chat au ronronnement profond, régulier, et calorifique ! On profite du gros du couple sur la première partie du compte-tours et quel que soit le rapport, sans démonstration inutile mais avec poigne et constance, du moins jusqu'à ce qu'il s'essouffle vers 8000 tours. L'étagement de la boîte privilégie l'agrément à mi-régime, la 6è overdrive est appréciable pour cruiser tranquille. Nous avons relevé 6,7 l/100 km en usage mixte, offrant une autonomie de 250 km.

Stabilité royale

Malgré son poids conséquent de 252 kg tous pleins faits, la CB 1100 RS reste maniable en ville. Bon, les manœuvres à l'arrêt demandent tout de même de la poigne. Le train avant n'est pas lourd et l'on évolue sereinement entre les files. Ici l'élasticité du moteur fait merveille. En revanche, en été, suées assurées...On apprécie une partie cycle plus joueuse que celle de la EX, et une garde au sol améliorée, ainsi que la géométrie à l'encan. La vivacité est cependant compensée par la dimension supérieure des pneus, surtout que ce n'est pas une sylphide. On arrondit les trajectoires dans les enchainements pour hausser le rythme, et l'on profite de sa stabilité royale une fois sur l'angle. Grâce à la rigueur des suspensions Showa, sérénité et confiance dominent. Sur autoroute, 300 km d'affilée et c'est mal aux cervicales et aux trapèzes assurés, avec fourmis dans les mains. Question freinage, difficile de faire mieux, tant pour la puissance que pour le mordant, le dosage et le feeling, à l'avant bien sûr où le radial ne fait pas de la figuration, qu'à l'arrière, très bon ralentisseur. On ne regrette pas le C-ABS de la première version de 2013, l'antiblocage actuel étant parfaitement calibré.

Une RS pertinente

Très classique dans l'âme, voire un peu "vieillot" pour certains, le modèle profite tout de même d'évolutions bienvenues cette année, et la version RS est tout à fait pertinente d'un point de vue dynamique. Le tarif est élevé certes, comme son poids, mais la qualité de finition, les équipements et les performances de cette néo-rétro le justifient, surtout qu'en 4-cylindres elle n'a plus de concurrente.

Avis de la rédaction sur Honda CB 1100 RS Euro4
16/20
Honda n'a pas forcé plus le trait "vintage néo-rétro" pour la CB 1100 2017 qu'il ne l'avait fait en 2013 : la "hipster mania" ne passera pas par moi ! Et c'est tant mieux. Très classique dans l'âme, voire un peu "vieillot" pour certains, le modèle profite tout de même d'évolutions bienvenues cette année, et la version RS est tout à fait pertinente d'un point de vue dynamique. A 12 999 € (12 499 € pour la EX), le tarif est élevé certes, comme son poids, mais la qualité de finition, les équipements et les performances de cette néo-rétro le justifient, surtout qu'en 4-cylindres elle n'a plus de concurrente.
Une CB 1100 SportFinitions amélioréesConfort et accessibilitéEmbrayage assistéSensations moteur à airComportement irréprochable
Poids à l'arrêtStyle trop vieillot ?
Les chiffresPrix12 999 €Puissance66 kW à 7500 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis20/20Look16/20Prix12/20Equipements16/20

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU