Ovaobike MCR-S
Essai
02 juillet 2022
Benelli Leoncino 125
Essai
25 juin 2022
Yamaha Neo's
Essai
11 juin 2022
BMW R 18 B
Essai
04 juin 2022
Silence S01 plus
Essai
21 mai 2022
MagPower Avengers 125
Essai
14 mai 2022
Yamaha MT-10 Euro5 2022
Essai
07 mai 2022
Aprilia SR GT 125
Essai
30 avril 2022
Yamaha Tmax 560 Euro5 2022
Essai
16 avril 2022
Husqvarna Norden 901
Essai
09 avril 2022

Harley-Davidson Nightster

Les photos de l'essai

, publié le 28 mai

Harley renouvelle son Nightster en 2022. Dans les rues de la capitale française et sur les petites routes de Chevreuse dans les Yvelines, le constructeur américain a décidé de nous faire découvrir son nouveau Sportster d’entrée de gamme.

De loin tout va bien. Observer la Nightster reste agréable, particulièrement la nuit. La signature lumineuse attire l'œil assez rapidement. On note également que Harley a fait l'effort de conserver un couvercle de boite à air à l'apparence d'un réservoir "Walnut", histoire de garder une certaine filiation esthétique avec l'ancienne génération du Nightster 1200. Quand on se rapproche en revanche, on se rend compte petit à petit que les finitions n’auront rien à voir avec les précédentes versions de Sportster. Ne serait-ce qu’au niveau du moteur. Fini les refroidissements à air, place à un bloc qui transpire la sportivité mais qui casse un peu les codes esthétiques brut de décoffrage propres aux machines du Wisconsin. Seule l’architecture en V de ce moulin vient vous rappeler que vous êtes bien en train de regarder une Harley-Davidson. L’intégration de tout le circuit de refroidissement mais aussi de tout l’électronique embarquée contribuent à l'apparition d’un surplus de câbles un peu partout sur la moto. On sent que les usines américaines et thailandaises ont fait le maximum pour les cacher mais il reste encore du travail à faire sur ce plan là. 

Un classique du genre 

Puisque Harley a voulu rendre cette moto la plus accessible possible, la marque a donc veillé à ce que la selle soit la plus basse possible. C'est une mission accomplie car avec 705 mm de hauteur, autant vous dire que n'importe quel gabarit arrivera à poser aisément ses deux pieds à plat par terre. De plus, cette selle est assez accueillante. Plutôt bien dessinée, votre postérieur sera facilement calé une fois dessus. Néanmoins elle gagnerait à être un peu plus moelleuse. Au niveau des jambes, nous nous attendions à avoir les repose-pieds placés beaucoup plus loin. Et au final, on a les genoux bien repliés. Cela ne sera pas gênant si vous ne dépassez pas le mètre 80. Passez cette taille, on vous conseille d'opter pour un kit de commandes avancées. Pour ce qui est du guidon en revanche, c'est un peu le contraire. Il est placé un poil loin pour les moins d'un mètre 75. Lorsqu'il faudra braquer, vous pourrez d'autant plus le constater. Coté confort, on a roulé plus de 200 km sur la Nightster et nous aurions pensé être beaucoup plus fracassés après une telle journée à son guidon. Sur ce modèle, Harley a finalement privilégié un setting de suspension ferme à l’avant comme à l’arrière. Alors lorsque vous sillonnerez les rues de votre ville, vous ressentirez et encaisserez rapidement le moindre dos d'âne ou petites imperfections de la route. Ça reste donc un poil tape cul tout de même. Mais on s’en doutait un peu. Un Sportster n’est pas connu pour avoir un grand débattement de toute manière. Cependant, si cette fermeté de suspension dessert le confort en utilisation urbaine, elle procure une agilité surprenante sur les petites routes départementales.

Il est top ce nouveau moteur ! 

Cette nouvelle Nightster s'illustre surtout par son bloc moteur. Ce v-twin à refroidissement liquide pourrait vous paraître familier. C'est normal. Ce nouveau de bloc de 975 cm3 est un "Revolution Max", tout comme ceux de la Pan America et de la Sportster 1200. Cette appellation caractérise les nouvelles générations de moteur de l'usine de Milwaukee. Si en apparence ils "japanisent" les Harley d'aujourd'hui, on peut néanmoins vous garantir qu'ils sont tout aussi riches en sensation. À partir de 4500 - 5000 tours, ce moulin est rageur au possible et cela jusqu'à 7500 - 8000 tours. Ça tire long et fort. Et pourtant lorsqu'on regarde la fiche technique, la puissance max n'est pas si fulgurante. En effet, 89 chevaux c'est plutôt contenu mais les ingénieurs américains ont fait ça intelligemment. Grâce à cette puissance déjà, les permis A2 pourront se vanter d'avoir une Harley-Davidson à leur catalogue. Concernant la Nightster full maintenant, ce moteur fait état d'une grande sportivité qu'on aimerait pouvoir découvrir à l'intérieur d'un roadster made in Harley. N'en déplaise aux fans des anciens Sportster, ce Revolution Max 975T vibre aussi beaucoup moins que les blocs 883 et 1200 refroidi par air propre à cette gamme jusqu'ici. En revanche la bande son est, à notre goût, digne d'une sonorité Harley : bien rauque lorsqu'on essore la poignée de gaz, grace à la boite à air est située juste en-dessous de votre tête. Car oui, le réservoir est logé sous la selle. La Nightster dispose aussi de 3 modes de conduite destinés à calmer (ou à booster) les ardeurs de la baroudeuse ténébreuse. La boite de vitesse est quant à elle légèrement dure. Ça se ressent d’ailleurs sur le sélecteur. Il ne faut pas hésiter à bien lever le sélecteur quand vous passez un rapport, notamment entre la première et la seconde. Autrement vous risqueriez de tomber à plusieurs reprises sur le point mort. Cette moto est équipée du TCS, qui n'est honnêtement pas de trop tant la pêche de ce moteur peut surprendre. Mais pas de réglage casse de tête concernant ce dernier : vous l'activez ou le désactivez à l'aide d'une simple pression sur un bouton destiné uniquement à cet usage.

Allo Milwaukee ? On voudrait freiner ! 

Considérant que cette nouvelle Nightster incite bien plus à l'attaque que ces aïeules, on aurait donc aimé que ce petit power cruiser dispose d'un mordant un peu plus prononcé, l'avant surtout. Même si on remarque que Milwaukee dote dorénavant ses véhicules d'éléments Brembo, un disque de plus ou un montage radial n'aurait pas été de trop ici. Surtout si, comme nous, vous êtes plus arsouille que balade pépère. En mode balade, il n'y aura aucun problème. Rien que la puissance du freinage avant sera amplement suffisante. L'arrière manquera de mordant en revanche dans tous les types d'utilisations. Et le placement de la pédale, dans le sens de la hauteur, est perfectible. Les pneumatiques, en plus de contribuer à l’esthétique de la moto, servent parfaitement les qualités dynamiques de la moto. On peut balancer la Nightster de manière assez vive sur l’angle sans qu’elle bronche. C’est assez appréciable et surtout ça vous met en confiance. Le duo est enfin un détail important à aborder puisque de prime abord, la Nightster n'est équipée ni de selle passager ni de repose-pieds passager. On est donc en mesure de se demander si elle est bien homologuée deux places ou non ! Et bien oui, elle l'est ! Seul hic dans l'histoire, le kit passager est en option au prix de 543 € (183 € de selle + 360 € de kit repose-pieds). Sacré business model...

Avis de la rédaction sur Harley-Davidson Nightster
13.6/20
La nouvelle Nightster représente la porte d’entrée dans l’univers Harley-Davidson pour les “petites bourses” et pour les permis A2. Mais le moins que l’on puisse dire c’est que le club Harley est un club plutôt select car le ticket d’entrée ne se négociera qu’à partir de 15 190 €. En 2012, les derniers Nightster s'échangeaient contre la modique somme de 9 995 €. L’inflation, ça fait mal… S'ajoutent à cela les frais de mise en circulation et d'éventuelles options. Si ce tarif peut paraître exorbitant, il est néanmoins en phase avec la concurrence. Aujourd’hui, si on regarde dans la cour des beaux cruiser pouvant rivaliser avec la Nightster, on retrouve la Indian Scout placée à 14 990 €, elle aussi accessible aux jeunes permis, mais aussi la Triumph Bobber affichée à partir de 14 995 €. La Honda Rebel 1100 vient proposer une alternative asiatique au capital fun pas ridicule non plus et surtout avec un tarif bien plus abordable de 10 849 €.
Moteur complet et pêcheRigueur de la partie cycleVie à bord intuitive
À-coups d’injection en mode SportCertaines finitions en retraitFeeling du frein arrière
Les chiffresPrix15 €Puissance66 kW à 7500 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur20/20Chassis16/20Look12/20Prix8/20Equipements12/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.