Moto Guzzi V100 Mandello
Essai
03 décembre 2022
Yamaha XSR 900
Essai
26 novembre 2022
Zero Motorcycles DSR X
Essai
19 novembre 2022
Zontes 125 GK
Essai
07 novembre 2022
Orcal Ecooter E5-R
Essai
29 octobre 2022
Ducati DesertX
Essai
22 octobre 2022
Zontes 310 M
Essai
15 octobre 2022
Fantic Caballero Explorer 500
Essai
08 octobre 2022
Kawasaki Ninja H2 SX SE
Essai
01 octobre 2022
Ray Motors 7.7
Essai
24 septembre 2022
Motron Nomad
Essai
17 septembre 2022
Suzuki Katana 2022
Essai
11 septembre 2022

Harley-Davidson Low Rider ST 117

Les photos de l'essai

, publié le 12 novembre

Milwaukee a voulu mélanger inspiration des vieilles FXRT des années 80 et le style des baggers musclés de la King of Baggers. Ainsi naquit la Low Rider ST, un cruiser badass qui vous ferait passer pour un vrai Son of Anarchy. Imaginez la meilleure vente Harley-Davidson 2021, la Sport Glide (849 unités écoulées en 2021), avec une motorisation plus énervée et une partie cycle plus rigoureuse ça donne la Low Rider ST. Cette dernière est finalement une Low Rider S dont le succès commercial était un peu plus en demi-teinte comparé à la Sport Glide (328 modèles vendus en 2021). Mais la particularité de cette nouveauté 2022, c'est qu'elle est coiffée d'une tête de fourche de bagger.

Les USA en Thailande

La première chose qu'on regarde sur une Harley, c'est son moteur. Les blocs v-twin prennent tellement de place dans la silhouette des machines américaines que c'est impossible de ne pas les contempler aux premiers abords. Ici, le nouveau twin Milwaukee-Eight 117 reste fidèle à l'identité classique des Harley. Tout du moins en apparence. Les ailettes et le cornet d'admission Heavy Breather contribuent aussi à l'image générale de cette moto. Au niveau de la carrosserie, on peut remarquer que la peinture est toujours un domaine que les américains maîtrisent. La tête de fourche est particulièrement belle et lui donne une allure toute particulière. Dans l'ensemble, cette Low Rider ST est une moto belle moto globalement bien finie même si la plaque "made in Thailand" pourra faire frémir les plus puristes de la marque. L'ergonomie ne change pas des masses par rapport à la S. La selle est perchée relativement bas. Elle est certes placée un tout petit peu plus haut que sur le reste de la gamme cruiser (histoire de revendiquer un minimum de sportivité) mais elle reste quoi qu'il arrive accessible à tous les gabarits. D'autant plus qu'elle est relativement accueillante. Vous serez bien calé une fois assis(e) dessus. les petit(e)s vont être content(e)s. Le fait d'être assis dans une cuvette vous abritera plus facilement derrière cette tête de fourche exclusive. Mais le rôle de cette dernière n'est pas réellement de vous offrir une protection aérodynamique.

Couple de tracteur 

La ST reçoit le nouveau Milwaukee-Eight 117. Et ce qui caractérise ce gros twin de 1923 cm3, c'est son couple et non ses chevaux. quand on a l'habitude d'autres motorisations, qu'elles soient japonaises ou européennes, c'est que ce moteur tourne très bas dans les tours au ralenti. Quand on entend le ralenti à 850-900 tr/min, on se dit qu'il va finir par caler. Mais non ! Et en plus, ça ne vibre pas tant que ça. Ça cogne un peu mais ça ne fait rien car c'est aussi ça le charme des américaines. À partir de 3 500 tr/min, le cornet d'admission devient gourmand en air. Cet appétit donne une sonorité caverneuse jouissive à ce bicylindre pourtant Euro5. En revanche, comme vous avez pu le constater, nous avons le terme "dans les tours" entre guillemets car si vous aimez piloter votre monture haut dans les tours comme un vieux quatre cylindres en ligne, il faudra passer votre chemin. Il ne sera jamais nécessaire de batailler avec son sélecteur pour évoluer à son bord. Cette caractéristique aura une utilité majeure en zone urbaine essentiellement. On pourrait presque partir en 6ème. Le feeling au niveau du sélecteur n'est pas des plus plaisant par contre. Par exemple, lorsqu'on passe la première on a tendance à trop ressentir le claquement dans le sélecteur. Les premières impressions du freinage de cette Low Rider ST vous font clairement sentir que ça manque de mordant, notamment à l'arrière. Mais finalement quand on considère les plus de 300 kg de la machine, on relativise et on se dit qu'il est finalement bien proportionné.

Cruise Control only 

On rentre dans la partie "techno simpliste" de la Low Rider ST. Car oui, elle se contente du strict minimum mais c'est ça qui est bon justement. Le petit tableau de bord est pensé super intelligemment. Intégré dans les pontets, l'affichage digital reste très lisible dans un espace très restreint. Pour ce qui est des commandes, ça reste également très épuré, esthétique et surtout très fonctionnel. Les gros boutons de chaque côté de la moto pour actionner les clignotants ça n’a rien d’original chez Harley Davidson mais si c’est votre première fois sur une américaine alors vous risquez d’aimer ça. Mis à part à l'ABS, la ST est une moto de couillu(e)s. Pas de traction control ni de cartographie sélectionnable, on régule tout soi-même à l'accélération. En ville, la Low Rider ST se faufile super bien. Elle braque aussi plutôt bien. Sur autoroute, le confort et l'agrément du moteur de ce cruiser sont de bons alliés. Elle ne vibre pas et rouler à une vitesse de croisière de 130 km/h se fait sans forcer à son bord. D'autant plus que la tâche vous sera facilité par une régulateur de vitesse présent de série sur cette Low Rider. La Low Rider ST c'est aussi une moto fun et attaquer les petites routes sinueuses du réseau secondaire est une chose qui pourra s'envisager sans aucun souci. Alors oui, vous pourriez racler du repose-pieds, de la béquille et de la protection d'échappement assez rapidement si vous aimez mettre de l'angle dans les virolos. Mais c'est normal, vous êtes sur une Harley. Ce cruiser encore un peu plus énervé que la Low Rider S, est une moto qui n'incite pas au partage puisqu'elle n'est pas livrée avec une selle passager de série. 

Avis de la rédaction sur Harley-Davidson Low Rider ST 117
15.2/20
Comme le disait la vieille pub Morpion de la FDJ : "seul grattage, seul package". Un slogan égoïste qui pourrait parfaitement au credo de cette Low Rider ST car oui, ce cruiser encore un peu plus énervé que la Low Rider S est une moto qui n'incite pas au partage puisqu'elle n'est pas livrée avec une selle passager de série. Disponible à partir de 22 790 €, il va justement falloir en gratter quelqu'uns des tickets de Morpion. Mais finalement pas autant que si vous optiez pour certains autres modèles dans le catalogue Harley-Davidson. Mais la concurrence vous fera relativiser quant à son tarif. Une Indian Super Chief par exemple, un poil plus technologique mais moins rigoureuse, se monnaie à 23 090 €. Du coté des européens, la R18 Classic pourrait aussi faire office de rivale à 23 990 €.
Couple de folleSonorité passé les 3500 toursConfort de l'amortisseurABS discret
Quelques petites finitions en retraitsSelle passager en optionCoupure à 6000 toursConsommation quand on tourne la poignée
Les chiffresPrix22 790 €Puissance105 kW à 5020 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis16/20Look20/20Prix12/20Equipements12/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.