Sym Maxsym TL 500
Essai
07 décembre 2019
Orcal Cavaro 4T
Essai
16 novembre 2019
Harley-Davidson Low Rider S 114
Essai
09 novembre 2019
KTM 790 Adventure
Essai
04 novembre 2019
CFMoto MT 650
Essai
26 octobre 2019
Bmw C 400 GT
Essai
12 octobre 2019
Indian FTR 1200
Essai
05 octobre 2019
Mondial Pagani 125
Essai
28 septembre 2019
Benelli 502 C
Essai
21 septembre 2019

Harley-Davidson Low Rider S 114

Les photos de l'essai

publié le 9 novembre

Harley-Davidson explore de nouvelles voies : en un laps de temps très court, la vénérable marque de Milwaukee a sorti une machine 100 % électrique (la Livewire), puis va entrer sur deux créneaux où l'on ne l'attend pas forcément, celui des roadsters un rien sportifs avec la Bronx 975 puis celui des gros trails aventureux, avec la Pan America 1250. Voilà de quoi décontenancer un peu les fans historiques : qu'ils se rassurent, ceux-ci ne sont pas oubliés, en témoigne les nouveautés 2020, parmi lesquelles cette Low Rider S 114, une machine qui privilégie le plaisir de conduite en répondant à une équation simple mais ô combien efficace, celle d'installer un gros moteur dans un châssis relativement compact et efficace. 

Harley-Davidson Low Rider S 114 : présentation

Petit rappel historique : la Low Rider S, on connait déjà : une moto portant ce nom a été commercialisé en 2016 et 2017, et malgré cette courte durée de vie au catalogue, elle fait déjà partie de la légende Harley-Davidson. Avec sa peinture noire, ses roues dorées (un rappel des roues en magnesium des autos Nascar ou F1 des années 70), son petit tête de fourche et son filtre à air déporté, elle avait une sacré allure. Le modèle 2020 en reprend les grandes lignes, à détail près : entre temps, la famille des Dyna a disparu pour laisser celle des Softail s'émanciper. Si cette cuisine interne aux Harleyistes vous dépasse, regardez donc le train arrière : les beaux amortisseurs d'antan ont disparu, un élément unique est désormais placé sous la selle. Pour le reste, la Low Rider S 114 est désormais disponible dans un autre coloris, gris, et la qualité des composants et de la finition mérite plutôt des éloges. Plus moderne que sa devancière, elle peut aussi compter sur des éclairages à LEDs. 

Harley-Davidson Low Rider S 114 : technique

On a déjà parlé de l'évolution du châssis : à l'avant, cela s'améliore avec la présence d'une fourche inversée, mais pas de freins radiaux, en dépit du positionnement un peu sportif de la machine. Outre les feux à LEDs, on apprécie le démarrage sans clé, la présence d'un gros compte-tours (hélas, peu lisible, car installé sur la bande centrale du réservoir). Le moteur est donc passé de 110 à 114, soit, en centimètres cubes, de 1801 à 1870 cm3, pour des valeurs de puissance et de couple relativement identiques, car entre temps, de nouvelles normes anti-pollution sont passées par là (en gros, on est toujours à 94 ch, le couple est passé de 156 à 155 Nm, et le poids est passé de 293 à 295 kilos à sec). Du kif, donc ? Pas tout à fait, car entre temps, le moteur est passé de 2 à 4 soupapes, le 114 faisant partie de la dernière génération des blocs "Milwaukee Eight". Le caractère moteur est différent, un peu plus "râpeux" et expressif sur le 110, un peu plus vif sur le 114 ; chacun aura ses préférences. 

Harley-Davidson Low Rider S 114 : comportement

Autre nouveauté d'importance : une belle amélioration de la garde au sol : le Low Rider S 110 autorisait une prise d'angle de 29,5° à droite et 30,5° à gauche. La nouvelle autorise 33,1° avant de poser les pots en courbe. Moins de 4° d'écart, cela parait peu, mais pourtant, à condition d'avoir une conduite propre et enroulée, il est possible de se faire plaisir avec cette machine sur route sinueuse car elle dévoile des qualités de rigueur et de précision que peu de gens associent spontanément à une Harley-Davidson ; il y a toutefois un revers, c'est que pour gagner en prise d'angle, la position des repise-pieds a été remontée et les grands gabarits se retrouvent avec les jambes un peu repliées. L'amortissement est de bonne qualité, suffisamment progressif, et le confort est de bon niveau. La Low Rider S répond donc à plein d'usages, du cruising confortable aux séances de conduite un peu plus dynamiques ! 

Avis de la rédaction sur Harley-Davidson Low Rider S 114
16.8/20
Quand on décortique les chiffres, on voit bien que le 114 n'apporte quasiment pas d'évolution par rapport au 110. Mais peu importe, car les fans de la Low Rider S ne demandaient pas une meilleure Low Rider S, ils voulaient tout simplement son retour. Voilà qui est fait, avec une augmentation de la garde au sol de 3° et du tarif de 700 euros au passage. On avait adoré l'ancienne, il n'y a donc pas de raisons de ne pas tomber sous le charme de la nouvelle même si, personnellement, j'étais attaché au look avec les deux gros et beaux amortisseurs, ainsi qu'au filtre à air déporté et à la teinte magnésium, un peu plus profonde. Mais il faut vivre avec son époque et tant que Harley, malgré sa politique de diversification, sait encore répondre à ceux qui pensent que le plaisir à moto, ça reste deux roues, un (gros) moteur et basta, on va continuer à s'entendre ! Car la Low Rider S reste une machine essentielle : simple, brute, avec une agressivité contenue, capable de vous coller la banane en permanence. Reste à trancher une question : en noir ? Ou en gris ?
Look toujours styléPlaisir de conduite en nombreuses circonstancesAgilitéMoteur 114 vraiment coolChâssis efficaceConfort très correctPhilosophie : du darkDu cm3 !
Pas de contrôle de traction ni de RDRSPosition des jambes pour les grandsLook un poil moins "bad ass" que la LRS 110Duo délicat en l'étatInstrumentation peu lisible en roulant
Les chiffresPrix19 990 €Puissance69 kW à 5020 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur20/20Chassis20/20Look16/20Prix16/20Equipements12/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.