Kymco Visar
Essai
14 avril 2018
Yamaha MT-07 2018
Essai
07 avril 2018
Kawasaki Ninja H2 SX SE
Essai
24 mars 2018
SWM Superdual T
Essai
17 mars 2018
Sym Jet 14 125 LC
Essai
10 mars 2018
Royal Enfield Himalayan
Essai
24 février 2018
Orcal NK01
Essai
17 février 2018
Yamaha X-Max 400  ABS-TCS 2018
Essai
03 février 2018
SWM Gran Turismo 440 2018
Essai
27 janvier 2018

Ducati Scrambler Icon

Ducati Scrambler Icon

Les photos de l'essai

publié le 4 juin

Présenté au salon de Milan en novembre 2014, le Scrambler Ducati a jeté un pavé dans la mare du petit monde de la moto néo-rétro, à grand renfort de marketing folklorique saveur sixties. Héritier du modèle éponyme sorti en 1962, le Scrambler 2015 met en valeur son minimalisme et son potentiel fun, aux antipodes de l'utilitarisme contemporain.Ici présentée dans sa version d'entrée de gamme Icon, le Scrambler est par ailleurs proposé en 3 autres déclinaisons : Urban Enduro, Full Throttle et Classic. Signalons que notre Icon est en l'occurence dotée d'une multitude d'accessoires : guidon du Full Throttle, jantes à rayons, décos de réservoir, amortisseur Öhlins, garde-boue avant carbone, rétroviseurs, support de plaque... Il y en a pour plus de 3000 €

ABS déconnectable, mais pas d'antipatinage

Le modèle standard offre une finition tout à fait correcte et de jolis éléments tels les feux à leds avant et arrière. Au rayon pratique, notez juste la prise USB sous la selle. Si elle est confiée à un simple cadran rond décentré vers la gauche, l'instrumentation fait appel à la modernité avec un écran tout numérique fourmillant d'informations, pas toujours très lisibles. On peut gérer quelques paramètres comme l'unité pour la distance et la vitesse en miles/hour ou en km/h grâce à deux boutons à main gauche. C'est ici d'ailleurs que l'on peut déconnecter l'ABS, ce qui peut servir dans le cadre d'un usage tout-chemin. Car si le Scrambler fait l'impasse sur l'antipatinage, alors qu'il aurait pu y être utile, difficile de couper à l'antiblocage, qui va devenir de toutes façons obligatoire. Signalons d'ailleurs que le Scrambler est n'est pas encore homologué Euro4.

Petit gabarit

On est tout de suite frappé par le gabarit du Scrambler, à peine plus volumineux que celui d'une VanVan 125 auquel elle fait immédiatement penser, les gros pneus mixtes Pirelli MT 60 RS n'y étant pas pour rien. Hauteur de selle à 790 mm, poids de seulement 170 kg à sec : elle n'a rien d'impressionnant. Les plus petits gabarits n'ont pas de problèmes pour poser les deux pieds à plat au sol, mais c'est la largeur du guidon qui pourra les pénaliser au niveau des bras, surtout avec le guidon du Full Throttle, bien moins cintré que celui du Icon standard (bien large aussi mais revenant davantage vers le pilote). Il faut prendre ses marques lors des évolutions interfiles. Pour attraper les leviers, il faudra avoir les doigts longs tant ils sont écartés, et celui du frein, réglable, même en position la plus rapprochée, reste lointain.

Un twin mi-figue, mi-raisin

Sur la fiche technique non plus, pas de quoi s'effrayer : le bicylindre en L de 803 cm3 refroidi par air à distribution desmodromique affiche une puissance raisonnable de 55 kW à 8250 tr/min, pour un couple de 68 Nm à 5750 tr/min. Il est associé à une boîte 6 rapports assez ferme où l'on note quelques faux points morts. Embrayage peu progressif, démultiplication courte, poignée de gaz réactive : le gros du couple arrive vite et un peu brutalement, et si l'on n'est pas débordé par la puissance, on aurait apprécié l'antipatinage dans les conditions où l'adhérence devient critique, les pneus n'aidant pas. Une fois compris cela, on se prend vite à jouer peut-être plus qu'il n'en faudrait au cœur d'une plage idéale située entre 3000 et 6000 tr/min. En deçà, le twin renâcle un peu, au-delà, bien qu'il fasse preuve d'une allonge intéressante, ce n'est clairement pas là que l'on en profite le plus. A 90 km/h en 6è, on croise à 4000 tr/min, et les reprises sont convaincantes.

Scrambler sport ?

Mais l'on se dit aussi que la fourche inversée de 41 mm, et le gros disque avant de 330 mm pincé par un étrier Brembo radial à 4 pistons, doivent bien servir à quelque chose... La géométrie du Scrambler est beaucoup plus sportive que le style et l'ergonomie de la moto pourraient le laisser croire, avec une répartition des masses concentrée sur l'avant et un angle de colonne fermé de 24 °. Mais la jante avant en 18 pouces est là pour compenser, pour un bon compromis entre stabilité et agilité, sans alourdir la direction. Le grand guidon a cela de bien qu'il offre un bon bras de levier et favorise la maniabilité, on enchaîne les virages sans presque y penser, en bénéficiant d'une bonne précision à l'avant. Les suspensions offrent un bon compromis entre rigueur et confort, ici avec un Öhlins à l'arrière rappelons-le. Leur débattement est suffisant pour faire joujou en tout-chemin, mais enfin, ce n'est pas un trail. Il s'agira surtout d'aller faire des vagues dans la poussière, où après avoir déconnecté l'ABS on bloquera gaillardement l'arrière pour partir en glisse. Car le frein n'y fait pas de la figuration, et l'on s'en sert volontiers, l'avant étant suffisant, sans plus, et n'offrant pas un feeling très précis.

Elle cache bien son jeu

Sous ses dehors de petite moto facile et accessible, le Scrambler révèle un caractère bien plus viril. Cela reste une Ducati, avec les qualités et les défauts qui font que certains adorent, et que d'autres détestent. Symbole ultime de la moto plaisir, il offre en conséquence une polyvalence limitée. Aucune protection, aucun aspect pratique, équipements réduits au minimum, moteur à l'ancienne... A 8 990 € en version de base, le Scrambler fait payer assez cher ses services.

Avis de la rédaction sur Ducati Scrambler Icon
12.8/20
Sous ses dehors de petite moto facile et accessible, le Scrambler révèle un caractère bien plus viril. Cela reste une Ducati, avec les qualités et les défauts qui font que certains adorent, et que d'autres détestent. Symbole ultime de la moto plaisir, il offre en conséquence une polyvalence limitée. Aucune protection, aucun aspect pratique, équipements réduits au minimum, moteur à l'ancienne... A 8 990 € en version de base, le Scrambler fait payer assez cher ses services. Plus accessible pour les novices, le Scrambler Sixty2 arrive en février 2016, mais à seulement 1000 € de moins (7 999 €).
Look réussiGabarit compactComportementMoteur exploitableJoujou sur la terreABS déconnectable
Pas d'antipatinageUsage restreintSonorité d'origine un peu fadePrix
Les chiffresPrix8 890 €Puissance55 kW kW à 8250 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis16/20Look16/20Prix8/20Equipements8/20

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
2 commentaires - Ducati Scrambler Icon
  • avatar
    fabrizio -

    superbe comme toutes les Ducati , décidément ils savent faire aussi des belles choses ( motos , voitures ) entre autre !!!

  • avatar
    fred-bear -

    Superbe moto avec une puissance catalogue suffisante. Dans les faits elle développe 53 chevaux au Vilo soit environ 45 à la roue. Mais est ce le plus important?

    avatar
    mtm -

    non mais vingt de plus n aurait pas nuit ....je l ai essaye elle est sympa mais manque un peu de gniak quand meme ... ca reste ceci dit une moto sympa ... qui est plus destine a parader qu a rouler ... dans l ere du temps quoi ...