Piaggio MP3 500 HPE Sport
Essai
10 novembre 2018
Bmw F 750 GS
Essai
03 novembre 2018
Kawasaki Ninja 400
Essai
20 octobre 2018
Lambretta V125 Special
Essai
13 octobre 2018
Ducati Scrambler 1100 Sport
Essai
06 octobre 2018
SWM Gran Turismo 440 2019
Essai
29 septembre 2018
Honda Forza 125 2019
Essai
22 septembre 2018
Yamaha Niken
Essai
15 septembre 2018
Keeway K-Light 125
Essai
08 septembre 2018
Bmw K 1600 Grand America
Essai
01 septembre 2018
Piaggio MP3 350
Essai
25 août 2018
Suzuki SV 650 X
Essai
18 août 2018
TGB Blade 1000 LT EPS Luxe
Essai
11 août 2018

Ducati Scrambler 1100 Sport

Les photos de l'essai

publié le 6 octobre

Après les Scrambler 800, Sixty-2, Café Racer et Desert Sled, Ducati continue son offensive auprès des amateurs de motos néo-rétros en lançant la Scrambler 1100. Une moto dont le design réalisé par le français Jérémy Faraud réinterprète élégamment les codes des années 60, sans faire l'impasse sur les standards actuels en matière de confort et de sécurité. De quoi gonfler encore la part des motos lifestyle qui s'élèvent déjà à plus de 30% du total des ventes chez Ducati ?

Elle a le sens de l'accueil

La Scrambler 1100 est de celles qui devraient faire tourner les têtes. Le noir mat, les bande jaunes. Quand l'oeil s'attarde sur l'éclairage, notamment le phare (l'arrière est connu) tout simplement magnifique avec son feu de jour à leds circulaires et son habillage interne en X très évocateur, mais aussi le choix des matériaux - l'alu est omniprésent contrairement au plastique qui joue pratiquement les absents - et surtout la qualité des finitions, on est conquis. Il n'y a finalement que les deux silencieux d'échappement autour de la selle qui pourraient dénoter sur un Scrambler où l'on s'attend plutôt à voir une double sortie latérale. L'une des bonnes surprises, c'est la position de conduite, très agréable malgré la largeur du guidon. On est légèrement basculé vers l'avant par la position assez reculée des repose-pieds mais pas au point d'être en appui sur les poignets. La selle n'est pas fine mais comme elle n'est pas très haute (810 mm, c'est 20 de plus que le Scrambler 800), on pose les pieds au sol sans trop de problème et surtout, c'est du moelleux. Quant au réservoir, sa grande finesse permet de le serrer facilement. L'intégration des radiateurs qui ne dépassent pas du bicylindre extrêmement compact est impressionnante. C'est très réussi et cela permet de bien anticiper où l'on va poser le pied. En revanche, la largeur du guidon pourrait constituer un handicap pour les petits gabarits. La Scrambler 1100 Sport est dotée d'une fourche et d'un amortisseur Ohlins aussi confortables qu'efficaces en usage normal. Le début de course des deux éléments absorbe très correctement les petites irrégularités comme les grosses compressions. En revanche, sur de grosses irrégularités, ça peut cogner un peu. Surtout la fourche. Mais tout cela est réglable. Quant à la protection, si elle est inexistante au niveau des genoux et qu'en cas de pluie, il y a fort à parier pour que de belles gerbes d'eau maculent le dos du pilote, étonnamment, on ne ressent pas trop la pression du vent sur le casque en raison de la position de conduite. Le poste de pilotage est agréable à l'oeil malgré (ou grâce à) son dénuement. Contrairement à ce que l'on pourrait penser de prime abord, la Scrambler 1100 n'est pas pourvu de deux écrans LCD mais d'un seul. C'est le dessin du cerclage qui fait illusion. C'est très réussi à tout point de vue. Esthétiquement, il surprend mais en matière de lisibilité et d'information aussi. C'est très complet et surtout très lisible. En revanche, se balader dans les menus n'est pas très intuitif. A revoir d'urgence ! Régler les assistances depuis le comodo gauche peut agacer. Du moins à l'arrêt, parce qu'en roulant, c'est quasiment mission impossible.

Son moteur est une perle

Il n'y a pas, un bicylindre en L Desmodue à refroidissement par air et huile - celui que l'on trouvait sur le Monster 1100 soit-dit en passant - même amputé de quelques chevaux (86 ch à 7500 tr/mn et 88 Nm à 4750 tr/mn) par la norme Euro4 et les modifications qu'elle a imposée, ça en jette. Que ce soit en termes de sonorité (on se demande encore comment Ducati arrive a faire homologuer ces motos, mais tant mieux) ou de disponibilité, ce bloc est un régal. Le Scrambler 1100 est doté de plusieurs modes cartographiques (Active, Journey et City) qui permettent d'exploiter à fond ou de juguler les ardeurs du moteur, du traction control et de la réponse à l'accélérateur Ride-by-Wire. Il est possible de modifier l'intervention du traction control ensuite voire de le couper totalement. Ce qui n'est pas le cas de l'ABS dont on est heureux d'apprendre qu'il est actif en courbe parce qu'avec des Brembo M50, il y a de la puissance. Inutile d'écraser le levier de frein pour ralentir. L'attaque est franche mais reste très dosable. Et en l'occurence, on peut vraiment se servir du frein arrière sans déclencher l'ABS de façon intempestive. C'est très vintage dans l'âme, ça.

L'ensemble est vraiment très agréable

L'angle de braquage est très faible. Le Scrambler 1100 n'est donc pas le roi du demi-tour. Son guidon large est à double tranchant. Il permet d'avoir un bras de levier très important et facilite donc les changements d'angle mais il faut se méfier en Interfile. Pour autant, une fois le gabarit des rétros en tête, on se faufile avec d'autant plus d'aisance que son bicylindre reprend sans problème dès 2000 tr/mn (même en 4ème) et que la position de conduite n'est vraiment pas contraignante pour les cervicales. En revanche, le bloc dégage une chaleur importante. Les bouchons en plein été sont clairement à proscrire. D'ailleurs, comme pratiquement toutes les motos, cette Ducati offre tout son potentiel hors agglomération. On peut alors profiter pleinement de sa légèreté (à peine 20 kilos de plus que le 800, à 206 kilos) du bicylindre qui se révèle vraiment entre 4000 et 6000 tr/mn mais si en dessous et au dessus, il n'est pas mal non plus. En revanche, n'allez pas chercher de la sportivité. Le bloc est sympa mais entre les pneus mixtes et une légère propension à se tortiller sur les gros freinages. On revient vite à la raison et on retrouve les joies de la conduite enroulée. Ce qui lui va très bien. C'est surement difficile à croire mais la position est tellement bonne que l'on ne souffre pas de la pression de l'air lorsque l'on croise à 130 sur l'autoroute. Vu la monte pneumatique, des Pirelli MT60RS, on n'a qu'une envie : mettre ce Scrambler 1100 sans dessus dessous dans les chemins. A condition de rester assis, on peut sans problème se promener hors piste. En effet, la position plutôt reculée des repose-pieds (des pièges-à-loups recouvert d'une gomme amovible), impose une position trop penchée en avant pour être vraiment agréable. Les pneus s'en sortent pas mal même s'ils saturent rapidement et décrochent sec. En revanche, l'ABS n'est pas déconnectable. C'est un signe. Inutile d'espérer plus qu'une balade. La selle large et l'amortissement de qualité offrent de très belles prestations pour le duo. Il y a même des petites encoches pour se tenir sous la selle, à deux centimètres des silencieux qui dégage une chaleur plus qu'importante. Mais hormis ce défaut, on peut passer de très bons moments à deux sur cette moto dont la boite n'est pas rugueuse pour peu qu'on se modère au niveau du levier d'embrayage. 

Le meilleur des Scrambler Ducati

Les autres membres de la famille Scrambler Ducati ont tous un intérêt, mais celui-là place la barre très haut. A l'origine, un scrambler ce n'est pas qu'un style, c'est aussi des sensations. Alors certes, il n'est pas de ceux qui excellent hors des sentiers battus, mais il n'y est pas totalement ridicule et surtout, il s'offre un moteur bien rond comme on est en droit de l'espérer sur ce type de machine. Et quel design ! Reste qu'il fait payer plutôt cher son effet whaou sachant que Ducati n'en réclame pas moins de 14.990 €.

Avis de la rédaction sur Ducati Scrambler 1100 Sport
16/20
Les autres membres de la famille Scrambler Ducati ont tous un intérêt mais celui-là place la barre très haut. A l'origine, un scrambler ce n'est pas qu'un style, c'est aussi des sensations. Alors certes, il n'est pas de ceux qui excelle hors des sentiers battus mais il fait quand même le job et surtout, il s'offre un moteur bien rond comme on est en droit de l'espérer sur ce type de machine. Et bien quelle gueule quand même. Reste qu'il fait payer plutôt cher son effet whaou sachant que Ducati n'en réclame pas moins de 14.990 €, ce qui le place directement face à une BMW R1200 NineT Scrambler (13.850 €) aux suspensions de moins bonne qualité mais moins chère malgré son bicylindre plus puissant.
Moteur plein partoutSonorité réjouissanteDesign et finitionEquipement
Réglages des assistances difficilesChaleur du moteur et des pots
Les chiffresPrix14 990 €Puissance63 kW à 7500 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis16/20Look20/20Prix12/20Equipements16/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.