Piaggio Medley 125 2020
Essai
27 juin 2020
Zontes 310 V
Essai
20 juin 2020
Cineco City Slicker
Essai
16 juin 2020
Suzuki V-Strom 1050
Essai
06 juin 2020
Kawasaki Z900 2020
Essai
23 mai 2020
MagPower Legenders 125
Essai
16 mai 2020
EcCity Model 3
Essai
09 mai 2020
Bmw F 900 R
Essai
02 mai 2020
Voge 300 AC
Essai
25 avril 2020
Kymco MXU 300i T3B
Essai
18 avril 2020
Orcal ecooter E2 R
Essai
11 avril 2020

Cineco City Slicker

Les photos de l'essai

publié le 16 juin

La Cineco City Slicker reprend à l'identique le look agressif de la Cyclone Breakout 125. Animée par un petit moteur électrique de 1,9 kW entièrement développé par Cineco équivalent au 50 cm3, elle promet un maximum de fun avec zéro émission. Cineco, sous l'égide de Zongshen, un des plus grands fabricants chinois de deux roues qui possède 4 immenses usines de production en Chine, voilà qui est rassurant.

Gabarit de poche et accès facile ! 

La Cineco City Slicker affiche un look agressif de petite moto vraiment réussi. Entre la petite tête de fourche suspendue, le gros réservoir, les tubes treillis apparents et la coque arrière pointue en lévitation, le style roadster est clairement marqué. Dans le détail, on apprécie la signature lumineuse du train avant, le feu arrière ainsi que les clignotants qui sont illuminés par des Leds ou bien encore les coutures rouges de la selle et les maître-cylindres bleus translucides. Côté accueil, les 765 mm de hauteur de selle facilitent l'accès et le guidon placé bas se saisit sans difficulté. Le confort de l'assise est bon et la fourche inversée est plutôt onctueuse. En revanche le dessin du réservoir n'épousera correctement les plus grosses cuisses et il va de soit qu'elle sera déconseillée aux plus grands pilotes.

Pratique et moderne

100% digitale l'instrumentation affiche un rétroéclairage blanc sur fond noir. Le menu est relativement complet car on peut lire le niveau de la batterie avec pourcentage et graduations, la température moteur, la vitesse numérique, un trip ainsi que l'odomètre, trip. Les commodos sont eux aussi bien fournis puisqu'on trouve une commande parking, les feux de détresse ainsi que l'appel de phare. En outre, la City Slicker possède une commande de marche arrière qui pourra s'avérer pratique pour les pilotes les moins à l'aise lors des manoeuvres mais également une béquille latérale pour un stationnement rapide ainsi qu'un "grand" coffre en lieu et place du réservoir. Enfin, bien qu'elle nécessite une clé plate (fournie) la batterie amovible est un véritable plus.

Boule de nerfs ! (Électriques)

Intégralement développé par Cineco (Zongshen), le moteur électrique brushless logé dans le châssis sous forme de moyeu développe 1900 W avec 4 kW en crête ! L'alimentation est fournie par une batterie Lithium Ion de 72 Volts qui consomme 26 Ah soit 1,9 kW/h.  Le temps de temps de charge total est de 5 heures mais on peut recharger environ 30% en 1 heure. La recharge se fait directement sur la moto via la prise dédiée placée sous le réservoir ou bien à domicile. La transmission est assurée par une courroie avec une grande couronne à l'arrière et deux modes de conduite sont proposés : Power et Eco. En mode Eco, la montée en régime est un peu moins vive, la vitesse maxi plafonne à 35 km/h environ et l'autonomie avoisine les 65 kilomètres. Le mode Power régale quant à lui avec des performances épatantes, un compteur qui bloque à 45 km/h et une autonomie qui ne dépasse pas les 50 kilomètres. Enfin, pour un usage privé en dehors de la voie publique, la City Slicker peut être débridée et on découvre alors une toute autre moto. Le couple est phénoménal, les reprises sont hallucinantes et la vitesse maxi dépasse le raisonnable. Dans cette configuration "piste", l'autonomie de la City Slicker descend à 40 kilomètres environ. Du point de vue comportemental, la suspension arrière apparaît un brin ferme, elle manque de progressivité et elle n'est pas réglable, dommage.  Pour sa part, le freinage couplé faisant travailler de concert deux disques de frein dont l'avant possède un étrier à deux pistons est efficace même si son feeling est perfectible alors que le frein arrière est un parfait mélange entre puissance et progressivité. La tenue de route des jantes 12 pouces est raisonnable mais les pneumatiques Kingstone ne sont pas très larges. Ils se révèlent efficaces sur le sec mais beaucoup moins sur route humide. Bien entendu la conduite en duo est possible puisque la City Slicker est homologuée deux places, néanmoins on ne va pas se mentir, elle a surtout été pensée pour le confort du pilote. Toutefois, le passager pourra profiter d'un petit bout de selle étroit mais agréable ainsi que de repose-pieds bien placés.

Avis de la rédaction sur Cineco City Slicker
15.2/20
À l'issue de cette essai, la Cineco City Slicker nous a réellement étonnés par ses capacités en terme de performances et d'autonomie. En effet d'une part on profite d'un véritable agrément moteur avec des accélérations puissantes et d'autre part on conserve une autonomie très acceptable comprise entre 50 et 65 kilomètres. En outre on profite d'un look tonitruant ainsi que d'une partie cycle appropriée, à laquelle on reprochera seulement le manque de réactivité du frein avant et l'amortissement un brin ferme. De petites entorses bénignes pour une moto électrique équivalent au 50 cm3 cantonnée à faire de la ville. La City Slicker, une moto facile, pratique et plutôt accessible puisqu'elle est proposée au tarif de 2 790 € et éligible à un bonus écologique de 100 €.
Gabarit compactPerformances moteurMarche arrrièreInstrumentation numérique
Pneumatiques sous la pluieDuo
Les chiffresPrix2 790 €Puissance1900 W kW0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis16/20Look20/20Prix12/20Equipements12/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.