Yamaha XSR125
Essai
31 juillet 2021
Nipponia Volty
Essai
24 juillet 2021
Suzuki SV 650 Euro 5 2021
Essai
17 juillet 2021
Piaggio MP3 400 HPE
Essai
10 juillet 2021
Zontes 125 Urban
Essai
26 juin 2021
NIU MQi GT
Essai
12 juin 2021
Aprilia Tuono 660
Essai
05 juin 2021
Honda Forza 125 2021
Essai
29 mai 2021
BMW R 1250 RT 2021
Essai
22 mai 2021
Pink Mobility Fly
Essai
15 mai 2021
Sym Maxsym 400 Euro 5
Essai
08 mai 2021
Moto Guzzi V7 850
Essai
01 mai 2021

Bullit V-Bob 250

Les photos de l'essai
Bullit V-Bob 250
20

, publié le 23 janvier

La marque belge Bullit passe la seconde et propose désormais des 250. Dont cette V-Bob, qui reprend les codes du power cruiser à l'américaine, façon Harley Fat Bob, avec un V-twin bien entendu !

C'est assez rare pour être signalé : le constructeur chinois Longjia affiche son nom sur de nombreuses pièces de cette V-Bob : pédale de frein, feu arrière, pot d'échappement... Cette V-Bob est valorisante, fait de l'effet au point de faire illusion auprès du commun des mortels. Nous sommes plutôt agréablement surpris par la qualité globale des finitions sur cette moto neuve, ceci dit sans présager de leur durée dans le temps. Certes les pièces plastiques chromées ne font pas longtemps illusion, ni la fausse grille de radiateur, ni le bout de mousse thermique sur le dessus du cylindre arrière côté droit.

Un vrai cruiser

Pieds en avant, bras tendus sur le large guidon, fessier calé dans la selle creusée peu élevée : l'ergonomie du power cruiser est respectée. Sauf qu'ici le gabarit compact et le poids raisonnable rendent ce bobber très facile d'accès pour les petits. Seuls détails à noter : le levier de vitesses est assez éloigné du repose-pied en plus d'être positionné assez haut, et il faut se faire aux clignotants type Harley, avec un bouton de chaque côté. L'instrumentation est minimaliste, c'est un peu l'esprit qui veut ça, idem aux commandes, le strict minimum. Le contacteur est sur la colonne, à droite, où l'on trouve aussi le Neiman. Enfin, comme le veut la tradition US, la transmission par courroie dispense de l'entretien d'une chaîne. La jolie optique avant garnie de leds n'est pas exceptionnelle en terme d'éclairage, et pour la visibilité non plus, hormis le DRL qui fait son office. A contrario, mention spéciale aux clignotants, hyper visibles !

Par temps de pluie attendez-vous à être repeint aussi bien au niveau des jambes que dans le dos jusqu'au casque... Pour ce qui est du confort, il y a pire : si à l'arrière c'est plutôt ferme (amortisseurs réglables) en solo, cela ne se fait pas trop ressentir au niveau des lombaires, grâce à la selle bien moelleuse. Le passager sait ce qui l'attend en posant un œil sur le pouf qui lui est réservé, et ses repose-pieds haut placés. Toutefois il dispose de poignées, qui font aussi office de support pour des valises souples en option. 

V-twin style

Bicylindre en V de 249 cm3 Euro4, simple ACT, refroidi par air, cotes alésage x course 49 x 66 mm, puissance de 18,4 ch à 8500 tr/min et couple de 17 Nm à 5500 tr/min : on est bien proche des chiffres du 250 de la Yamaha Virago. Il est plutôt sympa dans le genre, avec un petit caractère bien marqué, et une double sortie d'échappement qui le fait savoir ! Les performances sont modestes mais suffisantes, pas la peine de le cravacher, on cruise sur le couple, comme sur tout bon v-twin, entre 4000 et 6000 tours. Lors de notre essai certes essentiellement urbain, la conso a grimpé jusqu'à 4,9 l/100 km, mais elle devrait être moindre pour un usage standard. Avec le gros réservoir de 20 l, cela vous offre déjà une belle autonomie de 410 km. Quant aux révisions, mais elles sont préconisées tous les 5000 km.

Le levier d'embrayage est bien souple, les premiers rapports tirent court, donc on a vite fait de les empiler et heureusement le twin est assez souple pour que l'on n'ait pas à tricoter de la boîte, notamment en ville. La 5 tire plus long, on arrive doucement à 130 km/h compteur, vers 8500 tours. Comme sur tout bon custom, le frein arrière est à privilégier. Il est suffisamment conséquent pour obtenir de bons ralentissements, mais l'ABS s'y déclenche volontiers, la faute aussi aux pneus Timsun, pas top sur le mouillé. Le frein avant offre un complément non négligeable, bien que peu puissant. 

Pour la ville et la balade

Cette V-Bob joue bien son rôle de faire-valoir, mais pas que : voici un petit cruiser tout à fait urbain, et qui non content de valoriser son propriétaire, lui permet de s'affranchir de toutes les contraintes des grandes cités. Son poids de 179 kg TPF ne se sent pas du tout : centre de gravité bas, masses bien réparties, rayon de braquage très correct et équilibre parfait. Le guidon n'est pas si large qu'il y parait, et les rétros ne gênent pas, tout en jouant bien leur rôle. En revanche ils vibrent ! Ce qui pourra gêner, en été, c'est la chaleur du cylindre arrière, et de la ligne d'échappement, côté droit, mais ça fait aussi partie du charme. On évolue sans souci à bas régime, ça reprend sans souci, et ça c'est plutôt cool. Hors les murs, la V-Bob vous emmènera pour des balades tranquilles, plutôt bucoliques que rythmées : la garde au sol n'incite pas à mettre beaucoup d'angle, les suspensions ne sont pas vraiment bien accordées (ferme à l'arrière, souple à l'avant), les pneus d'origine sont médiocres, et les performances comme le caractère du moteur encouragent à enrouler gentiment entre 70 et 90 km/h. Bien sûr les liaisons courtes sur voies rapides sont dans ses cordes, mais on évitera les autoroutes, pas agréable pour le pilote ni pour la mécanique. 

Avis de la rédaction sur Bullit V-Bob 250
14.4/20
Une bonne surprise, cette V-Bob ! D'une part, parmi la production exotique, elle se démarque par son style (même si celui-ci est éhontément copié, d'ailleurs on peut presque louer le respect des codes Harley) et par une qualité de fabrication tout à fait correcte. D'autre part, elle est bien agréable au quotidien, pour qui apprécie bien sûr ce genre, et on goûte à son guidon à l'esprit de « l'américain way of ride », tant esthétiquement que du point de vue moteur. En gardant bien à l'esprit d'où elle vient, cette V-Bob, bien sûr. Donc de ce point de vue, elle ne triche pas et réussit son pari, pour un tarif accessible que l'on aurait apprécié davantage à 200 € de moins, à cause des pneus qu'il faut changer pour être tranquille. Voire à 3999 € comme sa cousine la Bluroc 250... Mais bon, cette dernière est bien moins originale sur le segment !
Design qui fait de l'effetFacilité d'accèsPetit caractère moteurPrix accessibleContenance réservoirPrise USB
Sonorité moteur entêtanteConso un peu élevéeProtection inexistanteInstrumentation pauvrePneus
Les chiffresPrix4 399 €Puissance13,5 kW à 8500 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis12/20Look20/20Prix16/20Equipements8/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.