Nipponia Volty
Essai
24 juillet 2021
Suzuki SV 650 Euro 5 2021
Essai
17 juillet 2021
Piaggio MP3 400 HPE
Essai
10 juillet 2021
Zontes 125 Urban
Essai
26 juin 2021
NIU MQi GT
Essai
12 juin 2021
Aprilia Tuono 660
Essai
05 juin 2021
Honda Forza 125 2021
Essai
29 mai 2021
BMW R 1250 RT 2021
Essai
22 mai 2021
Pink Mobility Fly
Essai
15 mai 2021
Sym Maxsym 400 Euro 5
Essai
08 mai 2021
Moto Guzzi V7 850
Essai
01 mai 2021
Suzuki V-Strom 1050
Essai
24 avril 2021

BMW R NineT Pure A2 2021

Les photos de l'essai

, publié le 6 mars

BMW Motorrad renforce son offre haut de gamme pour les permis A2 avec la R Nine T Pure, une machine qui permet aux nouveaux motards qui n'ont pas envie de faire abstinence pendant 2 ans de rouler en flat-twin 1200. Est-ce la vraie classe ? Ou un simple coup marketing pour vendre plus de Pure ?

Un Boxer 1200 bridé à 47 ch ? Certains crient déjà à l'hérésie ! Pourtant l'histoire de BMW ne manque pas de flat-twin développant une puissance modeste. On se souvient notamment de la R75/5 des années 70 avec ses 745 cm3 et ses 50 ch. Cela tombe bien car la R nine T Pure fait partie de la gamme héritage et joue la carte du rétro à fond au niveau du style. Mais une moto pour les A2 à 13 500 € n'est-ce pas un peu déraisonnable ? Au diable la raison nous dit-on en Bavière ! Tous les A2 ne sont pas des vingtenaires sans le sous. Cette moto s'adresse donc aux jeunes permis déjà dans l'âge de la maturité et avec les poches bien fournies. Ceux qui veulent s'acheter une vraie belle moto dès le début et qui font fi de l'apprentissage par la souffrance. Mais du coup, est-ce une bonne moto pour débuter ? Avant de répondre à cette question cruciale, observons-la de plus prêt. Tout est beau, tout est à sa place. Les matériaux utilisés sont d'excellente facture, pas de câbles qui seraient cachés "à l'arrache", chez BM' on ne rigole pas sur le haut de gamme. La Pure est une R nine T épurée. Less is better. Un roadster trapu qui se veut agressif, avec un centre de gravité bas. Un peu ostentatoire avec ses gros cylindres et ses collecteurs bien dessinés. La R nine T ne passe pas inaperçue. On appreciera particulièrement son beau réservoir, bien dessiné, et le soin du détail comme le guidon en alu brossé ou encore les repose-pieds. Nous avons à l'essai une très coquette "option 719", le programme de personnalisation de BMW qui permet de choisir les moindres détails de sa monture. Ici nous avons droit aux jantes à rayons, à une peinture spéciale et à un échappement Akrapovic.

L'accueil germanique

La selle à 805 mm est accessible ! Après pour relevé les 219 kg de la béquille, c'est une autre histoire. Pour votre serviteur, avec mon 1,82 m je me sens à l'aise dessus, je n'ai pas les repose-pieds dans les jambes et je suis bien équilibré à l'arrêt. En roulant, la position roadster se fait sentir, accentuée par un guidon très large, j'ai les bras déjà bien tendus. Alors certes, le look est "badass", avec les bras bien écartés et les épaules en avant. Mais je fatigue un peu vite sur les poignées et le bas du dos. Les jambes sont plus naturellement positionnées. Les repose-pieds là où il faut, le sélecteur et la pédale de frein accessibles. On enserre le beau réservoir bien rond et voluptueux, et c'est très valorisant. La selle qui n'a pas l'air très épaisse est finalement confortable. On n'a pas la sensation d'être sur un bout de bois. Mais plutôt sur un cuir de qualité. Côté moteur, le Boxer de 1170 cm3 a été bien bridé. Et pour être franc, c'est probablement l'un des moteurs les plus agréables que j'ai roulé en A2, en dehors des natives bien entendu. Alors oui, il y a des différences avec un "boxer" classique. Les connaisseurs et les plus expérimentés ressentiront le manque d'allonge du flat-twin bridé et seront frustrés. Mais n'oubliez pas que cette bécane est faite pour des A2 qui n'en ont jamais conduit, des flat-twins. Ils ne ressentiront donc pas de frustration mais plutôt la douce joie de la découverte de ce bicylindre à plat. De toute façon, sans compte-tours, on n'aura pas non plus la frustration de voir plafonner le compteur. On aura l'impression de tirer la quintessence de l'engin. Souple à bas régime, il vous pardonne en ville si vous êtes un rapport trop haut. Vous pouvez rouler calmement en quatrième, voire en cinquième, sans sentir le monstre hoqueter. Un moteur qui reste joueur dès qu'il peut dégourdir ses pistons. BMW a surtout mit l'accent sur le couple à mi-régime. Sortir du permis et avoir ce moteur entre les jambes, c'est la classe. Quand le moteur s'ébroue au démarrage, le couple de renversement vous secoue gentiment pour vous signaler sa présence, le moteur fait un joli bruit grave et profond. La boîte de vitesse et la transmission par cardan se sont montrés douces.  

Machine à sensations 

Dans un usage quotidien la R nine T Pure n'est pas aussi radicale que son look le laisse penser. Les Bavarois nous apportent une nouvelle fois la preuve de leur savoir-vivre avec une moto douce au quotidien, réactive et suffisamment maniable pour vous emmener au travail dans le trafic parisien (ou niçois, ou ...). La moto possède cependant quelques défauts mineurs. Un angle de braquage limité pour les demi-tours, un guidon très large et des rétroviseurs qui ne passent pas facilement entre les voitures. Enfin un poids conséquent avec une grosse masse qui pend des deux côtés de la moto et qui se fait ressentir au ralenti et à l'arrêt. A peine engagé dans la bretelle d'autoroute, le moteur donne de la voix, les rapports se passent sans sourciller dans un bel exemple d'équilibre entre punch et linéarité façon BMW. On se retrouve rapidement au-délà des limites autorisées si on ne surveille pas le compteur. Seule la position de conduite qui offre une prise au vent importante vous perturbera le reste du temps. Choisissez bien votre casque, car ça peut secouer ! Sur les petites routes de Chevreuse, la boîte de vitesses a démontré sa polyvalence et ses qualités. Facile à manier, on passe les rapports à la volée, et l'on rétrograde tout en vivacité sans pour autant secouer l'arrière. On préférera rester sur des rapports inférieurs pour garder le punch du "mid-range" vers 3500 tr/min. Dans les enchainements des "17 tournants" près de Dampierre-en-Yvelines, la moto a démontré qu'elle valait son pesant de cacahuètes pour A2 : elle est facile à emmener, on ne ressent pas son poids grâce à son centre de gravité très bas. Le châssis est rigide, bien accompagné par les suspensions. La moto est saine et prévisible, même pour un débutant. On prend beaucoup de plaisir sans se faire peur, et on a de bonnes sensations avec les pneus Michelin Road 5, progressifs, ils travaillent bien avec cette moto. Avec des Brembo 4 pistons et un double-disque de 320 mm, même si ce ne sont pas des étriers radiaux, il y a quoi arrêter les 219 kg (à sec) de la bête pendant une balade sportive.

Entre tradition et modernité 

Les Allemands savent vous faire voyager en première classe. Vous retrouvez les commodos BMW, bien placés avec des plastiques cossus. Un sentiment de qualité générale se dégage. La navigation dans les menus se fait via un bouton à main gauche, comme le régulateur de vitesse si vous avez pris l'option. Les modes de conduite sont à main droite, comme les poignées chauffantes ! Oui car en Bavière, on n'est pas des sauvages, on a des poignées chauffantes (en option certes). Sous les yeux, le plaisir du classicisme selon BMW : un beau compteur rond, simple, avec une aiguille solitaire pour indiquer la vitesse, très lisible avec ses écritures blanches sur fond noir, c'est élégant et cela vous plonge dans l'ambiance rétro chic de la gamme Héritage. Mais ils ont aussi pensé à la modernité avec un petit LCD pour l'ordinateur de bord et les différentes informations (température extérieure, moteur, heure, kilomètrage, modes de conduite, etc.). Le classicisme c'est aussi dans l'approche de la moto, façon vieille école: pas de rapport engagé et surtout pas de compte-tours. Il va falloir travailler ses passages de rapport à l'anciennne ! Mais cette absence a une vertu : bridé en A2 vous n'atteindrez jamais les 10 000 tr/min. Autant ne pas se faire de mal et ne pas découvrir qu'à 6500 tr/min, on est déjà presque au bout... En revanche il y a un port USB. Finalement, nous sommes entre tradition et modernité ! Enfin notez que sur le plan des équipements l'ABS Pro est de série, comme le DBC, dynamic brake control, un système de freinage intelligent, voire pas bête du tout, qui vous permet de freiner bien qu'en étant déjà sur l'angle en virage, en ajustant la répartition de votre freinage en fonction de l'inclinaison. Idéal pour les motards peu expérimentés qui ont tendance à freiner trop tard ou justement pendant que ça tourne, pour se rassurer. Un vrai élément de sécurité sur une moto A2 !

Avis de la rédaction sur BMW R NineT Pure A2 2021
16.8/20
C'est un très beau package que propose cette R nine T Pure. De beaux équipements, un beau design et une vraie machine plaisir pour esthète de la moto. Elle a beaucoup à offrir pour les jeunes permis qui souhaitent immédiatement avoir un bel objet entre les jambes et une moto digne de ce nom. Car oui, on peut être A2 et faire péter la banque ! BMW a pris au sérieux les novices avec une vraie R nine T et en respectant la tradition du "boxer" un peu moins puissant comme la R75/5. Surtout que, fidèle à ses habitudes, BMW propose beaucoup, beaucoup d'options et de pack pour adapter la moto à vos goûts. Le programme "Option 719" à l'essai est même personnalisable jusqu'au bout des jantes à rayons et des repose-pieds en aluminium fraisé ! Le secret sera de ne pas commettre de faute de goût dans vos choix !
Style et finitionBridage du moteur réussiFlat-twin en A2Équipements de sérieComportement facile et équilibréCentre de gravité très basOptions de personnalisation
Pas de jauge à essencePas de rapport engagéPas de compte-toursPas de poignées passagerSonorité moteur (Euro5)Votre PEL vide après l'achat
Les chiffresPrix13 500 €Puissance35 kW à nc tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis20/20Look20/20Prix12/20Equipements16/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.