Chang-Jiang Dynasty
Essai
18 septembre 2021
Honda PCX 125 2021
Essai
11 septembre 2021
Sym Jet X 125
Essai
28 août 2021
BMW S 1000 R 2021
Essai
07 août 2021
Yamaha XSR125
Essai
31 juillet 2021
Nipponia Volty
Essai
24 juillet 2021
Suzuki SV 650 Euro 5 2021
Essai
17 juillet 2021
Piaggio MP3 400 HPE
Essai
10 juillet 2021
Zontes 125 Urban
Essai
26 juin 2021
NIU MQi GT
Essai
12 juin 2021

BMW R 1250 RT 2021

Les photos de l'essai

, publié le 22 mai

L’iconique Reise Tourer (RT) à l'Hélice nous revient dans une nouvelle génération Euro 5 au contenu technologique dernier cri. Mieux dotée d’origine, la voyageuse de Munich arbore également une toute nouvelle face avant dont nous avons mis l’éclairage à l’épreuve lors de ce premier essai, un beau roadtrip entre Sète, les Causses et le Puy de Dôme. A deux qui plus est ! On vous emmène ?

Le tourer BMW né en 1978 sous la dénomination R 100 RT est le plus ancien modèle de la gamme allemande. Septième vente mondiale BMW, troisième au niveau français, celle qui représentait 8 % des ventes du constructeur en France l'an passé (avec 1506 unités) devrait reprendre des couleurs grâce à ses évolutions 2021. Au niveau du look, la nouvelle RT propose une toute nouvelle identité, à nos yeux plus sportive qu'elle ne l'a jamais été. Son faciès de hibou aux yeux ronds laisse en effet place à quelque chose de plus dynamique, des feux qui ne sont pas sans évoquer ceux de la sportive S1000RR, avec quatre projecteurs et un éclairage adaptatif leds placé en position centrale, juste au-dessus du nouveau capteur Bosch sur lequel s'appuie la fonction radar du régulateur de vitesse automatique. Cette impression est renforcée par le coloris Blue Metallic de notre modèle d'essai « style Sport » (+ 610 €) aux jantes noires et aux étriers dorés, une machine pouvant être équipée d'une bulle courte ou d'une bulle haute selon la demande du client. Coloris Alpine White, Manhattan Metallic (marron) ou Option 719 Mineral White, avec liseré apposé à la main dans la tradition du pinstriping, les nouvelles RT ne souffrent d'aucune critique au niveau de leur fabrication, haut de gamme il va de soi. On revient sur ce nouvel éclairage pour faire un point rapide sur la signature laissée par le feu diurne, plutôt valorisante, comme sur les voitures de la marque. Dans la nuit, et parfois sous la pluie lors de ce voyage, la puissance des projecteurs est apparue très bonne et la fonction éclairage en virage une aide précieuse à l'assaut des derniers lacets de montagne rencontrés avant arrêt. Le prisme est toutefois apparu un peu bas, parfois.

Bien installés

La position de conduite est inchangée sur la selle placée à 805 mm, pouvant d'origine être repositionnée 20 mm plus haut. La posture est typique du segment GT, avec le buste droit et les bras sensiblement écartés, détendus, les mains se positionnant sur un large guidon cintré. Mais les jambes de votre serviteur sont un poil trop repliées. Du haut de ses 183 cm il aurait donc dû rouler avec la selle d'origine en position haute, et peut-être qu'ainsi il aurait éprouvé moins de difficultés à poser pied à terre à l'arrêt. Car dans cette configuration l'habillage placé derrière les carters du flat le gênait ! Côté protection c'est le sans faute... ou presque ! Avec la bulle électrique, agrémentée de déflecteurs latéraux, qui monte toujours haut, casque, épaules et buste sont parfaitement préservés. Les mains sont protégées, comme les cuisses, bien planquées dans les renflements du réservoir, ou les tibias placés derrière les cylindres. En revanche pieds et chevilles subissent quelques remontées d'air frais et de pluie. Sur la RT le passager est choyé comme un VIP, d'autant plus sur notre machine du jour équipée du top-case avec dosseret et de la selle chauffante à commande indépendante (des options). Notre passagère est également satisfaite du positionnement de ses jambes sur la moto, mais elle se plaint d'une trop grande proximité des pieds pilote/passager. A noter que 80 % du confort est assuré par la qualité des suspensions BMW, ici toujours dotées des systèmes Telelever et Paralever. Avec l'ESA Dynamic proposé de série, deux types de réaction sont proposées, Road ou Dynamic. Les lois d'amortissement sont orientées vers beaucoup de souplesse en Road, un plus lorsque l'on roule en configuration voyage à deux, sur autoroute en particulier, mais la machine a tendance à s'écraser sur les grosses compressions puis rebondir lorsque les ressorts se détendent. L'ESA Dynamic propose dorénavant une compensation de charge automatique : fini les réglages avant départ ! 

Une GT à sensations

Des RT on en voit plein en ville ! Et c'est bien normal, car cette moto statutaire est également très facile à faible vitesse, grâce à son centre de gravité bas et son équilibre instantané. On en oublierait presque son poids, de 279 kg tout de même avec les pleins ! Reste que son encombrement incite à la plus grande vigilance à l'heure de remonter les files de voitures, sachant qu'il y a quasiment 1 mètre entre la pointe des deux rétroviseurs. Machine à vocation routière, elle bénéficie d'une tenue de route cinq étoiles, même sur le bitume accidenté des plateaux lozérois sur lesquels nous l'avons emmenée. La stabilité est de mise, ce qui assure énormément de quiétude à l'équipage en balade. Des sorties qui peuvent aussi être musclées. Dans ce contexte la voyageuse devient crapuleuse grâce au caractère de son moteur et de sa très solide partie cycle. Oui, elle est un peu empruntée à l'heure de virer rapidement dans les petits enchainements, néanmoins elle surprendrait plus d'un sportif dans une montée de col. Maintien sur les grosses prises de frein, rigueur sur l'angle (dans les courbes pas trop rapides toutefois), garde au sol (faut y aller pour faire frotter la centrale !), relances appuyées... bien menée elle peut devenir une bonne machine à sensations. Il faut dire que le Boxer de 1254 cm3 à distribution variable « Euro 5 ready » conserve l'intégralité de ses performances, avec ses 136 chevaux et ses 143 Nm de couple. C'est un élastique ! Il accepte en effet d'évoluer sans à-coup sous les 3000 tours et propose des envolées sensationnelles jusqu'à sa zone rouge placée au-dessus des 9000. Niveau consommation, nous constatons, sur les 1000 km de notre roulage, une moyenne de 6,4 l/100 km sur des terrains variés, ce qui, avec le réservoir de 25 litres, nous a permis d'espacer les stations services de 350 km minimum.

Le top des équipements ! 

Côté freinage l'ABS Full Integral Pro se base sur un système combiné avant/arrière dont la répartition est intéressante. En outre il prend en compte l'inclinaison de la moto dans ses calculs de répartition. C'est d'une efficacité redoutable. Quant aux Michelin Road 5 version GT de notre « rêve bleu », eux aussi ont été appréciés. Comme l'instrumentation TFT de 10,25 pouces d'ailleurs, qui offre une définition parfaite quelle que soit l'inclinaison des rayons du soleil. On apprécie la possibilité de passer d'un affichage 2/3 - 1/3 à une configuration plein écran d'un simple clic sur le multicontrôleur (la fameuse molette) disposé à main gauche. Elle est connectée en Bluetooth au smartphone, un smartphone qui s'installe dorénavant dans la boîte à gants de droite. Là son rechargement s'effectue via un port USB ou tout simplement par induction. De série on bénéficie aussi du Dynamic Cruise Control DCC, le régulateur de vitesse à fonction virage, de l'aide au démarrage en côte HSC, de valves implantées dans les rayons, des deux béquilles, des feux de détresse, de la prise 12V disposée sur le retour de carénage droit... Et d'une belle capacité d'emport avec les deux boîtes à gants de la planche de bord, verrouillables, qui secondent parfaitement les deux latérales suffisamment vastes pour y ranger un casque modulable. Le top-case est en option : deux casques s'installent sur la moquette de cet accessoire doté d'un puissant éclairage interne à leds. En option également, le nouveau régulateur de vitesse automatique (ACC) avec son radar intégré d'une portée maximale de 120 mètres. Actif entre 30 et 160 km/h il se règle sur trois niveaux via une commande dédiée, installée sur le commodo gauche. Et il dispose de deux logiques de fonctionnement, confortable ou dynamique, avec une réponse plus ou moins douce à l'accélération comme à la décélération. Un gadget électronique de plus ? Peut-être, oui... toujours est-il que sur voies rapides il apporte encore un peu plus de sérénité pour celui qui le désire, un pilote s'étant par exemple déjà fait surprendre par une voiture qui doublait un camion au dernier moment...

Avis de la rédaction sur BMW R 1250 RT 2021
15.2/20
Quel que soit le terrain de jeu (ville, campagne), ou l’usage (quotidien, balade, voyage), ce nouveau millésime de la RT ne fait pas mieux que le précédent, dans la mesure où moteur et partie cycle sont identiques. Mais avec ses équipements et sa nouvelle planche de bord, distillant la navigation via la nouvelle application BMW Motorrad Connect, elle vaut le détour. A voir suivant votre usage pour le régulateur de vitesse automatique, néanmoins pour notre part nous avons apprécié son efficacité. Et nous sommes fans de cette nouvelle identité visuelle, comme nous adorons le caractère de ce tourer « multipass », aussi à l’aise en mode tranquille qu’avec du rythme dans la conduite. Parlons tarif maintenant. Alors oui la dotation de série est plus conséquente qu’auparavant, avec Full Integral ABS Pro, régulateur de vitesse dynamique, ESA Dynamic, Hill Start Control Pro, appel d'urgence en cas d’accident… Mais BMW ne l’offre pas, bien évidemment : 22 490 € en prix de base alors que l’ancienne était affichée à 19 700 €. Bon après on le sait bien chez ce constructeur, peu de machines partent en version standard. Toutefois maintenant si vous rajouter les packs options, vous pouvez vite vous retrouver à un tarif proche des 28 000 €, le prix de notre modèle de test !
La nouvelle instrumentationProtection du busteConfortCaractère moteurQualités dynamiquesChargeur à induction et port USBPlus d’équipements d’origine…
…mais un tarif encore plus élitiste !Protection des piedsBulle qui déformeSon entêtant à 130 km/h au régulateur
Les chiffresPrix22 490 €Puissance100 kW à 7750 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur20/20Chassis16/20Look16/20Prix8/20Equipements16/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.