Kawasaki Ninja H2 SX SE
Essai
01 octobre 2022
Ray Motors 7.7
Essai
24 septembre 2022
Motron Nomad
Essai
17 septembre 2022
Suzuki Katana 2022
Essai
11 septembre 2022
Piaggio MP3 530 HPE Exclusive
Essai
03 septembre 2022
Benelli Leoncino 800
Essai
20 août 2022
NIU MQi GT Evo
Essai
13 août 2022
Triumph Tiger 1200 2022
Essai
08 août 2022
Keeway Superlight 125 Euro5
Essai
30 juillet 2022
CFMOTO 800 MT Sport
Essai
23 juillet 2022
Kymco CV3
Essai
16 juillet 2022
BMW K 1600 GT 2017
Essai
09 juillet 2022

Benelli Leoncino 800

Les photos de l'essai

, publié le 20 août

La famille Leoncino s’agrandit encore un peu plus en 2022. Après la 125 cm3, le lion italo-chinois s’énerve et nous pond une version 800 cm3 ! Voici la plus féroce des néo-rétros de la filiale de Qianjiang : la Leoncino 800.

Animée par le même bicylindre en ligne que la méconnue 752 S sortie en 2020, la Leoncino 800 est finalement une version de ce roadster parée d'une jolie crinière propre à cette gamme, puisqu'elle reprend les même bases techniques avec quelques changements. Même moteur twin donc mais aussi même partie cycle à quelques éléments près. Alors voyons maintenant voir si cette Leoncino 800 peut revendiquer son titre de roi de la faune néo-rétro ou non ! 

Honneur aux scramblers ! 

Elle attire l'œil cette Benelli, elle est suffisamment bien dessinée pour dire qu'elle possède une identité qui lui est propre. Elle arbore des petits détails et des petites finitions qui font qu'on peut aisément la distinguer. Elle est dotée d'une signature lumineuse très réussie qui donne un réel aspect haut de gamme à la moto. Bref, elle est valorisante ! La Leoncino 800 fait ici honneur à son identité scrambler. Un guidon soit bien cintré et qui remonte bien haut, un réservoir de 15 litres qui s'étend sur la longueur,et un selle qui, en plus d'être jolie, est confortable. Sa hauteur excède les 800 mm mais cela reste malgré tout accessible. Du haut de mes 1,73 m je pose les pieds à plat par terre sans problème. Aux premiers abords, lorsqu'on observe la bête, la grosse fourche de 50 mm vous en met plein la vue, on se dit donc qu'elle va encaisser toutes les imperfections de la route. Pas vraiment, c'est beaucoup trop dur. Alors on se rassure en se disant qu'elle va faire preuve de rigueur dans les courbes. Pas vraiment non plus, car l'amortisseur ne suit pas le rythme quand on décide d'arriver un peu plus vite en courbe. Il va donc falloir se plonger dans les réglages pour ramollir quelque peu cette fourche fournie par Marzocchi. Ah mince ! Elle n'est pas réglable... Allez on se console avec cet amortisseur réglable en précharge et dont la mollette de réglage est parfaitement bien intégrée.

Un moteur à deux visages ! 

La meilleure partie de cette moto : ce bicylindre en ligne de 754 cm3, qui met à rude épreuve les clichés. Vous pensiez qu'un moteur de conception chinoise serait vide de toute sensation ? Détrompez-vous ! Ici, le moulin est plein à tous les étages. En plus il sonne grave ce bloc ! C'est Euro5 un truc comme ça ? Non c'est pas possible... Ça reprend assez bas dans les tours et c'est particulièrement pratique en milieu urbain où ça vous évitera d'avoir à jouer trop souvent du sélecteur. Mais ce moteur sait aussi bien cacher sa double personnalité. En effet, si vous allez chercher les 8 000 tr/min, vous allez alors découvrir une autre facette du bi qui va s'énerver d'un coup d'un seul et s'emballer jusqu'à la zone rouge atteinte à 10 000 tr/min. Pour la partie freinage, c'est un peu le même topo que pour les suspensions : en gros, c'est trop dur à l'avant et un peu trop mou à l'arrière. Le problème ici c'est qu'il faut vraiment appuyer comme un bûcheron sur ce frein de manière à pouvoir ressentir réellement l'efficacité des 2 gros étriers radiaux à 4 pistons. Pour le coup, vous vous douterez que l'ABS à l'avant est difficile à déclencher. À l'arrière cependant, c'est plus mou. Et à choisir entre les deux, c'est finalement le feeling un peu plus spongieux de la pédale de frein qu'on préfère. De plus l'ABS n'était pas aussi intrusif que sur certaines japonaises sur des petits freinages de l'arrière. Bien évidemment pas de miracle sur les rétrogradages où l'ABS avait tendance à entrer en action plus facilement que sur un freinage sans frein moteur.

Polyvalente partout ? 

Sur le secteur urbain, on va vous remarquer au guidon de cette Leoncino 800, de par sa bande son tout d'abord mais aussi de par son look original. En revanche, à cause de ces 222 kg TPF, il devient difficile de se mouvoir tel un lion dans la savane. Car oui, ses kilos se ressentent tout de même pas mal. Donc les slaloms en plein cœur de ville ne seront pas un exercice où elle aimera officier. D'autant plus que son rayon de braquage demeure assez limité. Heureusement, on pose assez facilement les pieds à terre. Pour ce qui est du réseau secondaire, la Leoncino 800 se prête tout à fait à ce jeu. Même sur les routes les plus sinueuses à condition de "cruiser" tranquillement. Vous me direz, une scrambler n'est pas vraiment faite pour l'arsouille et on vous répondrait que c'est pas forcément faux. Et sur autoroutes, et bien... la Léoncino n'est pas vraiment connue pour valoriser ses protections aérodynamique, bien au contraire, puisqu'elle n'en a tout simplement pas du tout. En revanche, avec son bicylindre malléable, la Leoncino serait amplement capable d'affronter les grands axes. Faudrait juste lui greffer un "joli" pare brise et ça serait déjà beaucoup plus envisageable.

Avis de la rédaction sur Benelli Leoncino 800
14.4/20
L’arrivée sur le marché de cette Leoncino 800 montre clairement le souhait de Benelli à vouloir continuer de développer cette gamme (en attendant la TRK 800). Même si la partie cycle de cette moto reste encore perfectible sur bien des points, on notera tout de même qu’elle possède un sacré potentiel qui pourrait amener le lion sur le trône de la scène néo-rétro si la filiale de Qianjiang venait à corriger ce qui lui fait défaut. Ce qu’elle peut conserver cependant, c’est son moteur, son look et son placement tarifaire. Accessible dès 8 699 € (8 899 € pour la trail), la Leoncino se place en-dessous de ses concurrentes directes : la Ducati Scrambler Icon affiché à 9 790 € ou encore la Triumph Street Twin à 9 690 €. Seule une japonaise comme la Kawasaki Z 650 RS pourrait offrir une légère alternative budgétaire à ces "européennes" (la Triumph est assemblée en Thaïlande, tout comme une partie des Ducati Scrambler) puisqu’elle s’échange contre la somme de 8 249 €.
De belles finitionsMoteur très sympa en fullCommodos simples et efficaces
Fourche en bétonLevier de frein trop durSensation de lourdeur à basse vitesse
Les chiffresPrix8 699 €Puissance56 kW à 9000 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur20/20Chassis12/20Look16/20Prix12/20Equipements12/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.