Silence S01
Essai
12 septembre 2020
Moto Guzzi V85 TT Travel
Essai
05 septembre 2020
Honda SH 125i 2020
Essai
29 août 2020
Kawasaki Z 1000 H2
Essai
22 août 2020
Voge 500 DS
Essai
15 août 2020
Bmw F 900 XR
Essai
01 août 2020
Ducati Streetfighter V4
Essai
25 juillet 2020
CFMoto 650 GT
Essai
18 juillet 2020
Keeway E-zi Plus
Essai
11 juillet 2020
Yamaha Tracer 700 2020
Essai
04 juillet 2020
Piaggio Medley 125 2020
Essai
27 juin 2020
Zontes 310 V
Essai
20 juin 2020

Benelli 502 C

Benelli 502 C©motoservices.com
Les photos de l'essai
Benelli 502 C
20
Diaporama

publié le 21 septembre

Benelli se lance dans le cruiser avec la Benelli 502C. C'est en Italie, dans la région de Rimini, que nous nous sommes rendu pour l'essayer. 

Le constructeur Italo-chinois Benelli cartonne. Entre janvier et avril, il a vu ses ventes décoller d'environ 50% par rapport à l'année dernière. Et l'avenir pourrait être radieux car cette année, ce n'est pas moins de six nouveaux modèles qui sont attendus, parmi lesquels l'Imperiale 400, la 302 S et donc, la 502 C, premier cruiser de la marque. Ou plutôt, premier Urban Cruiser selon Benelli.

Petit Diavel 

Benelli semble s'être largement inspiré de la Ducati Diavel (qui ne s'est pas trompé en imaginant une nouvelle forme de moto qui mêle Roadster, Hypersportive et Custom) pour créer la 502C. Résultat, les permis A2 peuvent maintenant rouler sur une moto qui reprend les codes du Power Cruiser en toute légalité. Et il faut bien reconnaitre qu'elle a fière allure avec ses feux full led (vous noterez le petit Benelli rétroéclairé entre les feux arrière) et son gros réservoir. La signature visuelle du phare est particulièrement réussie car impossible à confondre. Et globalement, il faut le dire, Benelli progresse beaucoup modèle après modèle en matière de finition. Concernant l'ergonomie et le confort, là encore, comme sur le Diavel, c'est presque parfait. La selle, basse (750 mm), permet de poser les pieds de chaque côté bien à plat à terre sans être gêné par les reposes-pieds qui sont légèrement en avant (feet forward). La selle pourrait être plus souple mais elle offre plusieurs positions de conduite. Détendue si on avance le bassin, et plus à l'attaque si on se recule. Quoi qu'il en soit, le dos est toujours assez droit et les mains hautes et écartées par le guidon large. L'ensemble est bien secondé par une suspension plutôt souple composé d'une belle fourche inversée de 41 mm de diamètre et d'un mono-amortisseur central réglable en précharge. Deux bons points : à l'avant comme à l'arrière, les reposes-pieds sont caoutchoutés et le levier de frein est réglable. Côté comodos, rien d'exceptionnel. En revanche, pour se balader dans les trips, il faut appuyer sur le bouton Set qui se trouve à la base du rétro droit. L'écran TFT couleur n'est pas immense mais lisible et agréable à regarder. Et il change de couleur en fonction de la luminosité ambiante.

Pour cruiser en ville et au delà

Le moteur réserve une bonne surprise. Plutôt linéaire jusqu'à 4000 tr.mn, le bicylindre en ligne de 500 cm3 se réveille ensuite et tracte assez fort grâce à son couple de 46 Nm à 6000 tr.mn jusqu'à 8500 tr.mn où sa puissance culmine à 47,6 ch. Et tout ça, à grand renfort de sympathiques pétarades, plutôt valorisantes. En ville, c'est un vélo. Avec son guidon large à souhait et sa selle au raz du bitume, elle assure et elle rassure en offrant une bonne maniabilité. Passer entre les voitures en interfiles est légèrement plus difficile qu'avec un petit roadster : les rétros peuvent avoir du mal à passer. Mais la souplesse du moteur simplifie beaucoup les évolutions à basse vitesse. On s'amuse beaucoup sur route avec la Benelli 502C. Son moteur efficace et sa position relax en font une moto très attachante. Dommage que la route ait été détrempée. Les pneus Pirelli Angel qui l'équipent sont bons mais pas forcément les routes que nous avons empruntés. Pas suffisamment en tout cas pour flirter avec les limites de l'engin. Mais les sensations étaient bonnes. Les deux étriers 4 pistons à l'avant n'attaquent pas franchement mais freinent fort. L'ABS se déclenche un peu vite avec l'étrier à double pistons à l'arrière. Mais quoi de plus custom dans l'âme ? Quant à l'amortissement, il filtre très bien les irrégularités de la chaussée. Concernant son autonomie, avec un réservoir de 21,5 litres et une consommation proche des 4 litres aux cent, on approche des 500 km. De quoi envisager de belles balades.

Avis de la rédaction sur Benelli 502 C
15.2/20
Sans avoir réalisé un test vraiment complet de cette moto, je suis déjà en mesure de dire qu'elle mérite d'être regardée de près lorsque l'on cherche une moto A2. Elle a un vrai potentiel et un tarif qui semble justifié à la lumière de cette prise en main. Elégante, bien équipée, joliment sonore, les 6399 € demandés ne dénotent pas dans cette catégorie, ni dans un sens ni dans l'autre : à 6399 €, c'est exactement le même prix que la Honda CMX 500 Rebel, le petit custom extrapolé de la base CB500, vendu à 816 exemplaires en 2018 et qui fait figure de seule concurrente directe. Lui fera-t-elle de l'ombre ?
Gueule d'enferMoteur sympaPrise en mainEquipementSonoritéConfort
Quelques vis disgracieusesPas de poignées passagerLook trop inspiré ?
Les chiffresPrix6 399 €Puissance35 kW à 8500 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis12/20Look20/20Prix12/20Equipements16/20

Vos réactions doivent respecter nos CGU.