Téléphone au volant : un recul des pratiques à risque ?

Téléphone au volant : un recul des pratiques à risque ?

Téléphone au volant : un recul des pratiques à risque ?

A lire aussi

publié le 19 avril

Selon le dernier baromètre Axa Prévention, les Français téléphoneraient moins en conduisant. C'est du moins ce qu'ils déclarent. Même s'ils sont encore 30 % à le faire, la

baisse est significative par rapport aux 38 % de 2015. Cela représente donc une baisse de 8 points.

On peut y voir une conséquence de l'interdiction des oreillettes depuis juillet 2015. Seuls les dispositifs intégrés au véhicule de type Bluetooth sont désormais autorisés.

Autre évolution : si 15 % des français déclarent consulter ou envoyer des SMS au volant, c'est aussi un chiffre en amélioration (ils étaient 23 % en 2015).

Le baromètre Axa Prévention pointe toutefois que près d'un conducteur sur deux déclare utiliser souvent au volant son smartphone pour au moins un usage (appels, SMS, mails, GPS, etc.). L'assureur découvre qu'un mobile ne sert pas seulement à téléphoner, mais aussi à bénéficier d'un service de guidage avec l'information trafic et les zones de danger.

Ce n'est qu'un sondage, effectué auprès de 1543 automobilistes, mais il pointe du doigt les contradictions de la politique de sécurité routière. Alors que l'on assiste à une remontée du nombre de morts, l'étude vient souligner que les pratiques à risque (alcool, vitesse, téléphone au volant) sont en recul.

De quoi interloquer les ayatollahs de la sécurité routière, qui ne cessent de réclamer l'interdiction totale du téléphone et toujours plus de répression.

Peut-être faut-il y voir aussi une montée en puissance des systèmes qui permettent d'intégrer les mobiles à bord du véhicule et de réduire la distraction. Personne n'en parle, mais ces systèmes jouent pourtant un rôle en matière de sécurité.

Laurent Meillaud

 
1 commentaire - Téléphone au volant : un recul des pratiques à risque ?
  • avatar
    Interrogatif -

    Je ne sais pas comment la baisse a été appréciée; Mais je vois encore beaucoup de conducteurs (et conductrices) avec un téléphone à l'oreille, sans parler des professionnels (dont les routiers et livreurs de tous poils).

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]