PSA accélère dans la mobilité et la voiture connectée

PSA accélère dans la mobilité et la voiture connectée

PSA accélère dans la mobilité et la voiture connectée

A lire aussi

publié le 5 avril

Ce matin, lors de la présentation du plan Push to pass, le DG de PSA Carlos Tavares a fait un certain nombre d'annonces.

En ce qui concerne la voiture connectée, PSA a rappelé que 2016 était l'année du déploiement du "mirroring" pour les smartphones. On verra apparaître de l'infotainment dans le cloud en 2018 et de la mise à jour de logiciels dès 2020 (comme sur le modèle de Tesla).

Le groupe va également progressivement introduire des véhicules autonomes*

Mais, au-delà de son métier de constructeur, l'entreprise se voit de plus en plus comme un opérateur de mobilité.

Ainsi, PSA va proposer des assurances du type "pay as you drive", dont le tarif sera indexé sur le nombre de km parcouru (et fourni par des boîtiers embarqués), dans le cadre des offres de leasing.

Le groupe entend également se renforcer dans l'autopartage. Il opère déjà le service Multicity à Berlin et coopère avec Bolloré (un projet est à l'étude) ainsi qu'avec la start up Koolicar qu'il soutient avec l'aide de la MAIF. PSA veut également cibler l'autopartage dans le monde professionnel.

Et ce n'est pas tout. Le constructeur travaille avec IBM pour générer des données sur le trafic (à partir des capteurs de ses véhicules connectés) et les revendre à d'autres opérateurs.

Le groupe lance aussi un fonds d'investissement, qui sera abondé de 100 millions d'euros, pour soutenir des start-ups prometteuses dans le domaine de la mobilité.

Un nouveau PSA est né.

*Assistant dans les bouchons en 2018, assistance sans les mains en 2020 et conduite autonome sans suivre du regard dès 2021.

 
1 commentaire - PSA accélère dans la mobilité et la voiture connectée
  • avatar
    Fanch290 -

    C'est quoi, ce langage ? (J'allais écrire language... ça y est, je suis contaminé aussi...). Pourrait-on faire un article en français et expliquer ces termes barbares tels que mirroring (référence à la Castafiore ?), cloud (c'est nébuleux), autopartage, etc....Quand à l' autonomie des véhicules, je n'ai pas confiance (l'informatique tombe elle aussi en panne) et on, peut aussi avoir le droit d'aimer conduire. Mais que va-t-on faire dans ce futur idéal, s'il ne reste plus rien à faire ?

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]