Didier Calmels Jour de Course

Chargement en cours
 Didier Calmels Jour de Course

Didier Calmels Jour de Course

1/2
© Motorlegend
A lire aussi

publié le 13 septembre

Instigateur avec succès du retour d'Alpine en compétition au sein de l'écurie Signatech (champion LMP2 et victoire au Mans en 2016), Didier Calmels 65 ans révolus a souhaité se pencher sur son passé. Plutôt que de se raconter, il a répondu aux questions de Romain Bernard, Rédacteur en chef adjoint du magazine Auto Hebdo. Au gré d'un dialogue passionnant, on découvre la vie trépidante de cet avocat surdoué, administrateur judiciaire d'entreprises en difficultés qui, au détriment de sa vie privée, a aussi tenté de concilier ses affaires financières et le sport mécanique. Un élan brisé en 1989 par le meurtre de sa femme, les années de prison et plus tard par la mort de sa fille de 16 ans suite à une overdose. En conclusion du livre, il explique « le drame est trop important en moi pour que je m'attendrisse sur les choses que j'ai réussies ».

Au-delà de cet épisode tragique qui l'a obligé pendant longtemps à évoluer dans l'ombre et la discrétion, Didier Calmels est toujours resté un observateur avisé du sport automobile. Il fustige aujourd'hui les sommes pharaoniques investies en F1 mais aussi dans le WEC (World Endurance Championship) incluant les 24 Heures du Mans. « On parle d'un budget de 300 millions d'euros par saison en LMP1, cela ne pouvait pas durer longtemps ».

Pour des raisons économiques mais pas seulement, Audi s'est retiré l'an dernier, Porsche quittera la discipline en fin de saison et on imagine mal Toyota s'aligner seul en LMP1 en 2018. Restera pour faire le spectacle une bouillonnante catégorie LMP2 où s'aligne l'écurie française Signatech Alpine mais qui doit composer avec les surcoûts liés à l'arrivée obligatoire en 2017 d'un moteur Gibson plus puissant de 600 chevaux.

Pour l'ACO (Automobile Club de l'Ouest), l'organisateur des 24 Heures du Mans et promoteur du WEC, le millésime 2018 risque d'être compliqué pour attirer 250.000 spectateurs dans la Sarthe.

Au travers de ses réponses, Didier Calmels regrette aussi l'évolution des règlements tournés vers une hybridation innovante coûteuse et toujours aussi frustrante pour les pilotes : « c'est un mouvement qui déshumanise l'automobile. Assister à des courses d'objets où l'homme est mis entre parenthèse me parait dangereux ».

Quant à la Formule E électrique que rejoignent pourtant de plus en plus de constructeurs (BMW et Mercedes récemment), Calmels reste dubitatif : « Elle ne fait pas fonctionner les cinq sens dont nous sommes dotés précise t-il. L'absence de plaisir auditif m'est insupportable voire rédhibitoire ».

Fourmillant d'anecdotes, "Jour de course" transporte le lecteur dans les coulisses des circuits et se lit d'une traite. Edition Autodrome 20euros.

 
0 commentaire - Didier Calmels Jour de Course
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]