PEUGEOT 5008 1.2 PureTech 130 ch

Peugeot 5008 1.2 PureTech 130 ch

Les photos de l'essai

publié le 27 mars

Avec le premier 5008, Peugeot s'était doté d'un concurrent aux Citroën C4 Picasso, Renault Scénic et Volkswagen Touran. Mais les monospaces compacts ne sont plus en vogue, et cette nouvelle génération est donc priée de prêter main forte à son petit frère, le 3008, dans sa conquête du marché des SUV. L'air de famille est d'ailleurs plus qu'évident entre ces deux-là, puisqu'ils partagent la même face avant, aux optiques acérées et à la calandre carnassière. Plus long de 19 cm, le 5008 profite toutefois d'une carrosserie entièrement redessinée à partir du pied milieu. Un choix couteux mais qui lui permet d'offrir, en série, une troisième rangée de sièges, particulièrement exigus mais qu'il est possible de retirer, et un coffre au volume digne d'un avion cargo. Simplement en rabattant les sixième et septième places, il engloutit 700 l de bagages.

Le grand frère

La planche de bord, elle aussi identique à celle du 3008, surprend toujours par son dessin original et son bloc compteurs situé plus en hauteur que le petit volant. Il faut s'y faire, mais cette configuration donne, au fil des kilomètres, l'impression de conduire une auto particulièrement dynamique. Pourtant, avec son gabarit conséquent et le plus petit moteur essence disponible, c'est loin d'être le cas. Non pas que le 1.2 PureTech de 130 ch soit à la peine, mais accolé à la boite automatique à six rapports, qui joue à fond la partition de la douceur et se montre assez peu à l'aise si on tente de la brusquer, il préfère les ballades tranquilles. Si vous roulez fréquemment chargé, préférez le 1.6 THP 165 ch, plus à l'aise dans les hauts régimes.

Qualité majeure du 3008, le confort est ici un peu mis à mal. La faute aux amortisseurs arrière, raidis pour pouvoir absorber le poids supplémentaire. Pas de quoi crier au scandale, puisque le 5008 demeure dans le haut du panier à ce chapitre. L'efficacité de son châssis reste, par ailleurs, redoutable, ce qui réjouira les amateurs de conduite.

Affiché, hors options, à 34 050 €, le modèle de notre essai est un peu gourmand sur le plan tarifaire, d'autant que la dotation de série est, certes, complète, mais n'offre aucun équipement inédit à ce niveau de gamme et de prix, si ce n'est le magnifique bloc compteurs entièrement paramétrable.

Avis de la rédaction sur PEUGEOT 5008 1.2 PureTech 130 ch
16.2/20
Difficile d'être déçu par ce nouveau 5008. Avec son dessin au caractère bien trempé, sa planche de bord originale, son châssis à la fois vif et prévenant et son habitabilité généreuse, il a tout pour faire référence dans sa catégorie. Avec un amortissement un peu plus prévenant et des tarifs plus sages, il aurait largement supplanté tous ses rivaux.
Tenue de routeVolume de coffrePrésentation intérieure et extérieureModularité digne d'un monospace
TarifQuelques détails de finition à parfaire
Les chiffresPrix31 300 €Puissance130 ch à 5 tr/min0 à 100km/h10.4 sConso mixte5.2 l/100km
Notes de la rédactionAgrément de conduite17/20Sécurité active et passive19/20Confort et vie à bord16/20Budget15/20
 
75 commentaires - PEUGEOT 5008 1.2 PureTech 130 ch
  • reality1 -

    Il y a trop de nazes qui donnent des avis débiles sur ce site,quel dommage tous ces bobof avec leur chiottes allemande!!!!

    aven56 -

    Ha la la !! ne m'en parlez pas !!

  • Gabuzo06 -

    Le mieux aurait encore été d'accoupler 3 ou moteurs de "bylettes" Peugeot 102 ...... en retirant les pédales, évidemment

  • pmlnbvcxw -

    Les moteurs sont de plus en plus petit avec plus de puissance. Bientôt la voiture jetable à 100 000 Kilomètres.

  • Gabuzo06 -

    PEUGEOT 5008 ...... une petite merde de moteur 1.2 litre surgonflé à 130 ch ...... au bout de 100 000 milomètres, il sera bon à remplacer et, comme autrefois avec les Lada, il faudra descendre pour pousser la bagnole dans les côtes, ou sinon la solution sera de craboter une 1ère courte !!!

    deufffe -

    essayez avant de critiquer!! j'ai essayez très surprenant. on disait le meme chose des diesels 1.5, eh bien ils sont d'une fiabilté remarquable (meme mercedes monte le 1.5 Renault)

  • lougris -

    Ayant travaillé longtemps dans des milieux proches de l'automobile, je ne suis pas un habitué de cette rubrique automobile et je ne le regrette pas car la lecture des multiples réactions sur cette voiture me rappelle cette phrase célèbre:
    Pour avoir une idée d'un moyen pour mesurer l'infini, il n'y a qu'un seul élément de comparaison, c'est la bêtise humaine (et je reste poli) et ce sont de telles personnes qui vont voter pour décider de l'avenir de notre pays. Ça fiche la trouille.

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]