BMW 530dA xDrive Touring M Sport

BMW 530dA xDrive Touring M Sport

Les photos de l'essai

publié le 31 juillet

Depuis la toute première Série 5 Touring E34, en 1991, BMW a vendu plus d'un million de grands breaks ! Voici la cinquième génération, qui dérive bien sûr très étroitement de la récente berline Série 5 G30. Avec sa lunette arrière très inclinée, son pli Hofmeister au niveau de la vitre de custode et ses feux étirés en largeur, ce nouveau break ne manque pas de dynamisme.

La même... en mieux !

Dans l'habitacle, on retrouve avec plaisir une présentation cossue, une ergonomie bien pensée et une technologie intégrant le dernier cri des gadgets électroniques, comme la reconnaissance vocale, l'écran tactile ou la commande gestuelle. À l'arrière, l'habitabilité est d'un bon niveau, mais la place centrale reste d'un confort précaire. Côté coffre, la Série 5 Touring affiche un volume de 570 dm³ banquette en place, et culminant à 1 700 dm³ lorsqu'elle est rabattue. Cela reste moins bien que la référence qu'est la Mercedes Classe E Break (de 640 à 1 820 dm³), mais la BMW se fait pardonner avec quelques astuces d'aménagement, comme la banquette fractionnable 40/20/40 rabattable sans effort grâce à des boutons dans le coffre, le rangement prévu sous le plancher pour le cache-bagages et le filet de protection, ou encore le hayon à commande électrique. Enfin, la lunette arrière peut s'ouvrir indépendamment.

Comme la berline, la Série 5 Touring adopte une coque adoptant de l'aluminium et du magnésium, au bénéfice de la légèreté. Sur notre 530dA xDrive d'essai, cela se traduit par 120 kg de gagnés par rapport à la génération précédente ! Si bien que ce grand break de 265 ch à transmission intégrale saura sans difficulté passer sous la barre des 8 l/100 km. Une jolie performance pour un modèle aux performances flatteuses, avec 250 km/h en vitesse de pointe et seulement 5,6 s de 0 à 100 km/h. Bien installé dans les larges fauteuils, bercé par la suspension d'une grande douceur, on profite de la vie... et de de l'abondant couple disponible (620 Nm!). La transmission automatique ZF à huit rapports se montre très réactive (mais parfois sujette à quelques à-coups au décollage), et la sonorité du moteur est présente, mais toujours maîtrisée. Bref, pour tracer la route, la Série 5 Touring est parfaite. Mais, après tout, ses rivales aussi !

Là où la BMW se démarque, c'est toujours sur ce fameux « plaisir de conduire ». Direction précise, comportement routier équilibré, efficacité élevée : le châssis possède un sacré talent. La version Touring se distingue de la berline par sa suspension arrière pneumatique, histoire de conserver une stabilité impériale quelque soit la charge du véhicule. La Série 5 Touring reste un plaisir à emmener sur tous types de routes.

Facturée un peu plus de 3 000 € de plus que la berline, elle apporte un surcroît appréciable de polyvalence obtenu sans compromis sur l'agrément, le confort ou le style. Une excellente machine à rouler, affichée à des prix plutôt corsés, même face à une concurrence premium habituée aux excès tarifaires...

Avis de la rédaction sur BMW 530dA xDrive Touring M Sport
16.6/20
Facturée un peu plus de 3 000 € de plus que la berline, la Série 5 Touring apporte un surcroît appréciable de polyvalence obtenu sans compromis sur l'agrément de conduite, le confort ou le style. Dans cette version 530dA xDrive, c'est une excellente machine à rouler, aussi douillette sur longs trajets que plaisante sur le réseau secondaire. De quoi aider à justifier des prix plutôt corsés, même face à une concurrence premium habituée aux excès tarifaires...
Coffre bien penséSuspension pneumatique à l'arrièreCompromis confort/tenue de routeMoteur performantPrésentation et finitionBagage technologique
Tarif élevéOptions chèresQuelques à-coups de transmission
Les chiffresPrix65 100 €Puissance265 ch à 4000 tr/min0 à 100km/h5.6 sConso mixte5.5 l/100km
Notes de la rédactionAgrément de conduite20/20Sécurité active et passive17/20Confort et vie à bord17/20Budget11/20
 
24 commentaires - BMW 530dA xDrive Touring M Sport
  • avatar
    redneck70 -

    J'ais hérité, d'une BMW 325i (e92 coupé), voiture que je n'aurais jamais acheter, néanmoins elle est superbe, très agréable à conduire. Je ne m'en séparerais jamais, malgré que je roulais en française auparavant . Quand je croise une dacia, fiat, mercedes, etc.., je ne juge pas la personne a son véhicule, c'est son comportement sur la route qui m'importe.

  • avatar
    Breizouest44 -

    Que l'on arrête de vanter BMW. Se fut de très bonnes voitures jusque dans les années 2000. depuis elles sont comme le reste;
    Très chères et de moins en moins fiables et des défauts au point de vue matériaux et finitions. Et puis ne pas oublier la bêtise humaine au niveau du constructeur ( BMW France ). Quand aux concessionnaires....à éviter.

  • avatar
    benelmehli -

    Voiture inutile.

  • avatar
    Gabuzo06 -

    On voit tout de suite que c'est pour les "Sans dents" ...... ah non, maintenant on dit "Ceux qui ne sont rien" !!!

  • avatar
    dada02260 -

    le genre de voiture que l on doit.toujours rouler en 3 éme avec les limitations de vitesse a 90 kh et 130 sur autoroute.mais bon cela sert aussi d un autre coté a renflouer nos caisses

    avatar
    renejosephmax -

    et les boite automatique vous en faite quoi

    avatar
    Arden56 -

    Les boites automatiques ont aussi des vitesses, mais elles consomment plus, si elles restent en 3 eme !!

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]