ALFA ROMEO 4C Spider

Alfa Romeo 4C Spider

Les photos de l'essai

publié le 25 juillet

Le premier des plaisirs offerts par la 4C est visuel. On ne se lasse pas d'admirer ses courbes de diva, tout aussi réussies dans cette version Spider, façon Targa. Une vraie mini supercar ! L'opération est assez facile et rapide pour retirer le toit. Deux loquets par côté et deux vis centrales déverrouillées et la structure légère est prête à être roulée et rangée dans un sac dédié dans le petit coffre.

Top modèle

Le beau cuir de la planche de bord est l'un des seuls luxes du cockpit pour le moins spartiate. Au moins, on est dans l'ambiance, ici, tout est concentré pour l'efficacité du pilotage. Pour le reste, mieux vaut ne pas penser au tarif de la voiture : certains matériaux sont très basiques, on trouve des boutons de commandes et un autoradio antédiluviens.

Sous le magnifique capot moteur, on retrouve le petit 4 cylindres turbo de la marque, 1,7 l de cylindrée seulement, mais fort de 240 chevaux. Cela peut paraître peu, mais cela suffit à offrir à la belle italienne un rapport poids-puissance exceptionnel de moins de 4 kilos par cheval. Grâce au carbone, à la carrosserie en matériaux composites et de nombreuses mesures de gain de poids, la voiture affiche ainsi 940 kg. Résultat, des performances décapantes avec plus de 250 km/h en pointe et juste 4,5 s de 0 à 100 km/h.

Au volant, on comprend vite que rien n'a été sacrifié à l'efficacité, la 4C Spider s'apprivoise facilement mais se livre sans filtre, surtout le toit ouvert. D'abord, le moteur s'exprime à voix très haute. Ca pousse fort, ça hurle, le turbo siffle et sa soupape de décharge semble placée juste derrière l'oreille du pilote.

Le niveau d'inconfort général de l'auto est au diapason, avec des suspensions ultra fermes et des commandes du genre viril. Le mot « compromis » ne fait pas partie de son vocabulaire et mieux vaut oublier l'idée d'utiliser un tel jouet au quotidien. En revanche, pour s'offrir des séances plaisir sur piste, voilà un outil extra. Là, le comportement incisif, équilibré et très joueur à volonté fera merveille. Sur route ouverte en revanche, la direction se montre vite fatigante, suivant les aspérités de la route de manière parfois brutale et inattendue.

Voilà donc une auto très radicale, qui est proposée à un tarif (73 000 €) qui la place face à des concurrentes sérieusement plus polyvalentes et autrement mieux construites et équipées, comme la Porsche 718 Boxster. Mais l'exclusivité d'un modèle rare, sa beauté unique et ses sensations brutes sauront séduire les amoureux de purs sangs.

Avis de la rédaction sur ALFA ROMEO 4C Spider
16.7/20
Amateurs de pures sportives d'exception, de beaux objets et de jouets fantastiques, voilà une auto qui devrait vous réjouir. Mais attention, il faut bien la choisir en connaissance de cause : sa cause, justement, c'est la performance sur piste, les sensations fortes et brutes. Confort et insonorisation ne font pas partie de son vocabulaire, sa direction joue les rebelles dès que le revêtement se dégrade sur route et son intérieur est à peine digne d'un constructeur artisanal. Mais qu'importe, au premier tour de circuit, grisé par ce tourbillon de sensations directes exacerbées par le toit ouvert vous oublierez tout, peut-être même le chèque de plus de 70 000 euros demandé.
Comportement exceptionnelCaractère moteur généreuxBoîte très rapidePerformances de haute voléeDesign exceptionnel
Direction trop sensible à la routeéchappement racing très bruyantAucune polyvalenceTarif loin de la 4C des débuts
Les chiffresPrix73 000 €Puissance240 ch à 6000 tr/min0 à 100km/h4.5 sConso mixte6.9 l/100km
Notes de la rédactionAgrément de conduite18/20Sécurité active et passive19/20Confort et vie à bord9/20Budget11/20
 
4 commentaires - ALFA ROMEO 4C Spider
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]