Dossier

Le désamour pour le diesel est-il justifié ?

Si, au fil des décennies, les goûts automobiles des Français n'ont cessé d'évoluer, jamais il n'y avait eu de mouvement aussi brutal que la chute actuelle des ventes de diesel. L'adage voulant que tout ce qui est excessif est insignifiant, ce rejet est-il réellement justifié ?

Sommaire du dossier

1. Un bond de 17 ans en arrière

Un bond de 17 ans en arrière©DR, DR

publié le 13 février

Les ventes de voitures diesel qui représentent moins d'une immatriculation sur deux dans l'Hexagone, cela n'était plus arrivé depuis l'an 2000. Pourtant, en janvier, seuls 47,8% des voitures mises en circulation dans notre pays se nourrissent de gasoil. Loin d'être un accident, ce chiffre montre une tendance de fond, qui a débuté en 2012 mais a été accentuée par une succession d'annonces peu réjouissantes. La première salve a été tirée par l'Organisation Mondiale de la Santé, en 2012. Cette année-là, cet organisme classe le diesel parmi les cancérogènes certains pour l'humain.

A lire aussi

La véritable bombe, c'est le scandale Volkswagen. En septembre 2015, une ONG américaine démontre que certains modèles TDI vendus aux Etats-Unis par le géant allemand sont dotés d'un logiciel leur permettant de détecter les moments où ils subissent un test d'homologation. Ils activent alors au maximum leurs dispositifs de dépollution. Mais, en dehors de ces phases, ces véhicules dépassent très largement les normes, entrainant une pollution conséquente. Rapidement, d'autres constructeurs sont soupçonnés d'avoir recours à de tels stratagèmes, provoquant l'ouverture de nombreux dossiers judiciaires dans plusieurs pays. Des dossiers aujourd'hui toujours en cours.

L'occasion est alors trop belle pour certains politiques peu au fait de la chose automobile de mettre en accusation ce carburant longtemps favorisé. Suivant les déclarations des uns et des autres, on parle ainsi de restrictions de circulation, voire d'une interdiction totale de ces autos à l'horizon 2025. De quoi, effectivement, inquiéter les automobilistes sur le point d'acquérir une nouvelle voiture.

1 / 3

suivant

Sommaire du dossier

 
240 commentaires - Un bond de 17 ans en arrière
  • avatar
    jenaimar -

    Enfin les gens comprennent qu'ils se sont fait berner par le lobby des constructeurs français qui avaient la main mise sur nos politiques. Pour avoir la même puissance qu'un moteur essence. il faut pratiquement doubler la cylindrée ou ajouter un turbo a un moteur diesel. Les couts d'entretien sont beaucoup plus cher. sans compter le prix d'achat. Mais il est vrai que pour certains acheteurs de diesels. il était valorisant d'avoir un moteur de routier ou de representant de commerce pour parcourir 10000 kms par an et en ville. J'ai souvent entendu :" j'ai un 2 litres sous le capot ! " mais sans preciser qu'il roulait avec un diesel anemique et qu'ils auraient fait mieux avec un 1 litre essence !!! On peut toujours dire que le moteur diesel encaisse plus de kms mais j'ai pu constater que des moteurs a essence de 400 000 kms roulent sa Maintenant qu'il faut se mettre aux normes europeennes

  • avatar
    coplan -

    Les moteurs diesel émettent sûrement des particules "fines" mais les politiques, eux, émettent des conclusions pas "fines".

  • avatar
    CRAB -

    Diesel ou essence ?
    Assurément je choisi le diesel
    Moteur plus coupleux, consommation faible, carburant de deuxième catégorie, c’est à dire peu inflammable. Même si le prix à la pompe du gasoil serait le même que celui de l’essence, le coût du kilomètre parcouru avec un moteur diesel sera plus faible que celui du moteur essence.
    C’est une hypocrisie de nos gouvernants que de clamer que le moteur diesel est la cause des particules fines dans l’air.
    C’est comme le nuage de Tchernobyl : il n’avait pas le visa pour rentrer sur le sol Français ! … Les particules fines provenant des centrales à charbon des pays à l’Est de la France n’ont pas de visa pour rentrer sur le sol Français ! …
    Nous faire acheter des voitures essence à la place des voitures diesel c’est augmenter la quantité de carburant consommé, donc faire rentrer encore plus d’argent dans les caisses de l’Etat sur le dos des automobilistes.
    Il est maintenant question de développer les voitures électriques, d’arrêter la production d’électricité par le nucléaire. S’il n’y aura que des voitures électriques, il faudra installer des bornes électriques pour recharger les batteries. Dans les stations services, soit ! Mais par quel moyen pourra-t-on fournir l’électricité pour recharger ces batteries ? Le photovoltaïque ? L’éolien ? Le nucléaire qui ne se maîtrise pas ?
    On ne peut pas stocker l’électricité autrement que par des accumulateurs (batteries). L’électricité fournie par l’hydroélectrique, le nucléaire, le photovoltaïque, l’éolien doit être consommée tout de suite.
    Actuellement, la capacité du pack batterie ne permet pas de très longs parcours. Le temps de recharge est relativement long. Pour faire un plein de carburant il faut environ 15 minutes. Imaginons lors des départs en vacances la queue, que dis-je, la file de voitures qui s’étend sur des kilomètres en attente d’être rechargées. C’est dramatique ! …
    Parlons maintenant du transport de marchandises. Camions électriques ? Je n’arrive même pas à imaginer un 40 tonnes avec un pack batterie…
    Parlons maintenant transport de marchandises par les voies fluviales … pardon ? je n’ai pas entendu … ah ! il n’y en a plus sur le canal du Midi, ni sur le canal du Centre, ni sur le canal de Bourgogne. Combien coûte une tonne transportée par voie fluviale ? Combien coûte une tonne transportée par voie ferroviaire ? Combien coûte une tonne transportée par la route ?
    Parlons de la pêche professionnelle. Bateaux de pêche électriques ? Imaginons un bateau de pêche professionnelle avec un pack batterie…il n’y aura plus de place pour mettre le poisson ! …Ah ! mais il y a la voile, me direz-vous. Alors imaginons le temps qu’il faudra pour aller sur la zone de pêche et son retour au port. Les manœuvres sur zone seront impossible à la voile. De nos jours c’est un métier très dur et même dangereux. Ne revenons pas au temps des Terre-neuvas. Ce n’est pas le vent qui pourra permettre de produire suffisamment d’énergie électrique pour maintenir le poisson pêché au frais.
    Quels avantages du diesel ?
    Il y a près d’un demi siècle les pressions d’injection sur les moteurs diesel se situaient aux alentours de 150 bars. Les ingénieurs ont bien travaillé pour concevoir des moteurs diesel avec des pressions d’injection qui dépassent les 1500 bars.
    Un petit cours technique sur le fonctionnement du moteur diesel.
    Contrairement au moteur essence, ce n’est que de l’air qui est admis dans le cylindre pour être ensuite fortement comprimé. La température de l’air aspiré à l’intérieur du cylindre puis comprimé atteint 600 à 800°C. C’est à ce moment là que le gasoil est injecté en très fines gouttelettes (atomisation). Plus la pression d’injection est élevée, plus l’atomisation sera importante, plus la surface développée de ces gouttelettes sera faible, plus la combustion sera complète, moins il y aura de particules fines dans l’atmosphère.
    Quand on veut rendre un moteur essence moins polluant on augmente la teneur en oxyde d’azote cancérigène. A réfléchir !…

  • avatar
    arguin -

    cette campagne anti desiel est faite pour les petrolier qui ne savent plus quoi faire de leur surplus d'essence , tout comme ils ne savaient quoi faire du "gas oil" l (fuel) orsque le chauffage au electrique et au gaz sont apparu .
    et donc il y a trente ans , on ne parlais pas de la pollution du desiel
    lobbys is lobby

  • avatar
    hilona -

    Les escrocs écolos rouges ,roses ,verts détruisent tout .
    C'est l'écologie du 3ème reich qui installe sa dictature .

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]