Dossier

Le marché automobile français en pleine mutation

Il suffit de jeter un oeil à la circulation pour se rendre compte, qu'au fil des ans, le parc automobile tricolore évolue. Un mouvement qui s'est accéléré ces dernières années, et qui n'est pas sans conséquence sur le budget des automobilistes.

4. Quels changements pour demain ?

Quels changements pour demain ?©D.R., D.R.

publié le 16 novembre

Quels changements pour demain ?

A lire aussi

Vous n'aimez pas les SUV ? Dommage, car il semble acquis que, dans les prochaines années, ils soient toujours plus présents sur nos routes. Certaines estimations parlent d'une part de marché d'environ 40% à l'horizon 2025, ce qui mettrait la France à peu près sur un pied d'égalité avec les Etats-Unis en la matière. Si le nombre de modèles compacts (Peugeot 3008, VW Tiguan...) ou familiaux (Audi Q5, Renault Koleos...) ne devrait plus beaucoup progresser, il faut s'attendre à l'arrivée massive de petits modèles appelés à concurrencer les Peugeot 2008 et Renault Captur, voire à des autos de taille inférieure.

Sans surprise, les voitures « propres » devraient également continuer à voir leurs ventes progresser. En ce qui concerne les voitures hybrides, la suppression de l'aide accordée aux hybrides « simples » provoquera peut-être un léger effet de seuil en 2017 mais la marche en avant semble impossible à enrayer. D'autant que l'entrée en vigueur de la déductibilité partielle de la TVA sur le sans-plomb pour les entreprises, qui se conjuguera aux exonérations de TVS qui existent déjà, va inciter ses dernières à opter plus largement pour ce type de véhicules. Les voitures électriques devraient mettre davantage de temps à s'imposer, mais, là encore, la progression des ventes est sensible. Si l'un des principaux freins à l'achat de ce type d'auto - le temps de recharge - ne devrait pas trouver de solution à moyen terme, l'augmentation de l'autonomie des nouveaux modèles par rapport à la précédente génération devrait suffire à tranquilliser nombres d'acheteurs potentiels. Et cette hausse n'est d'ores et déjà pas réservée aux modèles les plus couteux : lors du dernier Mondial de l'automobile, Renault a présenté une évolution de sa Zoé disponible à la vente et dont l'autonomie est désormais, selon les cycles d'homologation, de 400 km contre 240 km pour la précédente version.

 
4 commentaires - Quels changements pour demain ?
  • bouzigues -

    A tous les grincheux qui tirent sur le diesel : les derniers diesel "polluent" nettement moins que les essence actuels. Et cela est prouve par les laboratoires specialises. Mais voila, une ministre soit-disant de l'ecologie est particulierement genee par les resultats des labos. Aligner le prix du diesel avec celui de l'essence est une grossiere manoeuvre politique pour faire rentrer quelques millions d'euros. Et la ficelle est un peu grosse. Que ces grincheux consultent les resultats des tests trouvables sur Internet. A bon entendeur... :-)

  • Zorrot -

    les voitures propres, c'est un oxymore, comme sombre clarté...Les bonus c'est aux piétons qu'ils devraient les accorder, une voiture pollue, développer les transports en commun, le commerce de proximité, tout le reste c'est du blabla pour gogos

  • Varvilo -

    Le sucès du diesel n'a rien à voir avec des idées fausses.
    1°/ Le moteur diesel a un rendement intrinsèquement supérieur de 30% au moteur à explosion;
    2°/ C'est l'état qui, il y a bien longtemps, n'a pas osé surtaxer le gazole au même titre que l'essence, et il n'a pas été difficile aux entreprises de démontrer le risque d'un niveau de taxe aussi élevé, car ells sont déjà accablées de taxes et charges en tout genre.

    Quant aux particules, un pétrolier français avait présenté dans les années 90 un gazole beaucoup moins polluant qui aurait permis de diminuer très rapidement la pollution de TOUT le parc existant (et pas seulement des modèles récents). Malheureusement, il coûtait 30 centimes de plus au litres (en francs), et personne n'a osé en tirer la conclusion évidente: taxer le gazole ordinaire au meme niveau que l'essence pour permettre au nouveau carburant de se vendre.
    Il faut dire que, côté élections, ça craignait...

  • Itscost -

    Vive la disparition du diesel...tout le monde savait que le gas oil etait pollutant et cancerigene....tout cela pour economizer quelques centimens a la pompe, alors que le prix d'achat superieure n'a pas ete recupere pour beaucoup due au faible kilometrage parcouru.

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]