Dossier

Voitures électriques : enfin utilisables pour tous les trajets ?

Après de longues années à ne séduire que quelques écolos convaincus, la voiture électrique commence, enfin, à voir ses ventes décoller. C'est le fruit d'une évolution constante et d'une plus grande adaptation aux besoins des automobilistes.

Sommaire du dossier

1. Quand les marques françaises s'entêtent

Quand les marques françaises s'entêtent©Lebubu93, Lebubu93

publié le 3 avril

En ville comme à la campagne, les modèles électriques prennent peu à peu possession du bitume. Certes, avec à peine plus de 1% de part de marché en France l'an dernier, cela ne ressemble pas encore, loin s'en faut, à une invasion, mais l'impulsion semble enfin donnée. Enfin, car les premières tentatives de vendre des autos 100% électriques dans notre pays ne datent pas d'hier. Dès les années 1890, on trouve de telles voitures disponibles à la vente, mais l'essor rapide du moteur à combustion les empêchera de décoller commercialement. Durant le XXème siècle, ces autos sont rarissimes même s'il y eu quelques tentatives de démocratiser l'électrique, comme avec « l'œuf électrique » de 1942. Tout s'accélère au crépuscule du siècle dernier. Citroën (AX et Saxo), Peugeot (106) et Renault (Clio) inscrivent des versions électriques de modèles existants à leur catalogue. Ailleurs, on préfère, comme General Motors avec l'EV1 et Honda avec l'EV Plus, faire le pari de modèles spécifiques. Dans tous les cas, le succès sera surtout d'estime, mais on notera tout de même que les marques tricolores sont alors les leaders mondiaux de ce micro-marché.

A lire aussi

Chez Renault, on prend alors la décision de développer une gamme entière. Fluence, Kangoo, Twizy puis Zoé électriques débarquent entre 2011 et 2012. Aujourd'hui tous les grands groupes mondiaux proposent des voitures électriques. De nouveaux venus, tels que Tesla, ne jurent même que par elles. Pourtant, la quasi-totalité des automobilistes leur reprochent encore une autonomie très limitée et des temps de recharge conséquent. Des reproches qui, peu à peu, s'effacent.

1 / 3

suivant

Sommaire du dossier

 
30 commentaires - Quand les marques françaises s'entêtent
  • Loader -

    Quant nous aurons une autonomie de 700 km, et un temps de "recharge disponible 24h/24" de 10 minutes ,on reconsidérera la question ...ah j'oubliais le prix ...une C5 électrique du type évoqué, à 35000 euros .....
    On ira se faire irradier sur Mars avant ......
    vous me trouvé négatif ....ok a quant les piles à combustibles, et ou, les moteurs à hydrogènes ?????

  • Phil19 -

    Le pauvre habitant de Tulle (préfecture perdue en Correze, 30.000 habitants avec sa banlieue ) est à 400 km aller et retour de la plus proche capitale régionale (Bordeaux ou Toulouse et 6h de train !), et à 1000 km aller et retour de Paris ( 9h de train !). Lui dire qu'il peut désormais acheter une voiture électrique pour assurer sa mobilité, c'est un peu achever de le piétiner, et c'est surtout regarder la province et ses besoins de transports depuis le 16 ième arrondissement !

  • szego -

    quand zoe aura une autonomie de 600kms,là faudrat voir
    de toute façon avec nissan renault va y arriver;les japonais savent faire

  • ZAVATTOR -

    TANT QU IL Y AURA UNE GOUTTE DE PETROLE SUR TERRE .L ELECTRIQUE N AVANCERA PAS OU SERA TROP CHER.AINSI QUE DAUTRE TECHNOLOGIES.DANS LES ENTREPRISES LES CHARIOT ROULENT AUX GAZ DEPUIS 30A ET L ELECTRIC PAREIL. CQFD.

  • Gabuzo06 -

    Comment font les smicards et les sans-dents pour se payer des voitures électriques ...... et sans compter
    le nombre ridicule de bornes (qui sont souvent en panne) !!!

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]