Dossier

Quelle place pour la voiture dans les villes ?

Moyen de transport indispensable au quotidien de millions de Français, l'auto est pourtant dans le collimateur de nombre de municipalités. Après plusieurs décennies de « tout-bagnole », celles-ci se posent la question de la place à réserver à la voiture dans leurs murs.

Sommaire du dossier

4. Bientôt des villes sans voitures ?

Bientôt des villes sans voitures ?©Raphael Desrosiers, Raphael Desrosiers

publié le 10 octobre

Bientôt des villes sans voitures ?

A lire aussi

Bouter totalement l'automobile hors des zones urbaines, c'est sans doute le fantasme de quelques politiques extrémistes. Mais il faut, plus surement, que villes et voitures apprennent à cohabiter en bonne intelligence. Tout d'abord parce que les habitants des premières sont encore nombreux à posséder une auto, ne serait-ce que pour leurs déplacements extra-urbains. Pour les autres, la voie de l'auto-partage s'est très largement développée ces dernières années. Après quelques tentatives contraignantes (obligation de ramener la voiture à son point de départ) et peu probantes en matière de pollution (les véhicules loués étaient thermiques, et même diesel dans de nombreux cas), les voitures électriques en libre-service ont envahi les artères des grandes cités françaises : Paris (Autolib'), Bordeaux (Bluecub), Lyon (Bluely), Nice (Auto Bleue)...

La prochaine étape, ce sera peut-être l'arrivée de voitures autonomes, toujours électriques, pour les trajets intra-muros. Une solution qui ressemblait encore à de la science-fiction il y a quelques années, mais que l'avancée rapide des travaux de certaines compagnies, dont Google, rendra possible d'ici à quelques années. Une façon de compléter les transports en commun parfois inadaptés (pour faire les courses, pour le transport d'un objet imposant...).

Les solutions pour demain semblent donc alléchantes sur le papier : écologiques, flexibles, et bon marché pour les utilisateurs. Elles ne sont toutefois adaptées qu'à des centres urbains de taille importante. Les villes moyennes françaises sont nombreuses à faire un constat assez différent. Elles se rendent compte que les politiques destinées à rejeter l'auto hors de leurs murs ont eu un impact négatif sur la vie dans les centres villes, et notamment en ce qui concerne les commerces de proximité. Certaines sont donc en train de revoir leur organisation en matière de circulation.

L'évolution de la place de l'automobile dans les villes exige donc la mise en place de plusieurs dispositifs en parallèle. Si l'offre en moyens de transports de substitution, qu'ils soient individuels ou collectifs, est insuffisante, les restrictions de circulation en ville ne pourront qu'être mal accueillies et leurs effets sur la pollution très limitées, voire négatifs.

Sommaire du dossier

 
22 commentaires - Bientôt des villes sans voitures ?
  • avatar
    Interrogatif -

    Les solutions sont connues (d'ailleurs, elles sont dites dans l'article). Le problème est de les financer.
    Dans tous les cas, les transports en commun ne règlent pratiquement que les transports vers le centre-ville essentiellement, mais aller en périphérie urbaine devient vite problématique.
    Moi, je crois aux rocades mais toutes les villes moyennes n'en possèdent pas. Quant à PARIS, les trajets alternatifs pour la contourner, notamment du nord au sud ou du sud au nord sont peu nombreux.

  • avatar
    Non_mais -

    Ils me font rire avec leur transport en commun.
    Dans ma jeunesse j habitais en banlieue et allais à l ecole dans une autre banlieue . Par les transports en commun je mettais plus d un heure et demi car il n y avait pas de liaison entre ces deux banlieues . Le jour ou j ai eu un moyen de transport personnel je ne mettais plus que15 minutes.
    50 ans plus tard il n y a toujours pas de liaison entre ces deux banlieues.
    Et maintenant il faudrait revenir au transports en commun . NON

  • avatar
    Fanch290 -

    Qu'on nous mette des parkings pratiques, clairement signalés, aux entrées des villes, aux endroits où on peut trouver bus ou tramways. Sinon, les banlieusards et les ruraux continueront à s'arrêter aux entrées où il y a des centres commerciaux : dans ceux-ci, on peut se garer gratuitement et faire les courses librement avec un caddy, gratuit également. Pourquoi donc nous embarrasser à aller dans le centre ville ? Et tant pis pour les commerces qui s'y trouvent, puisque elles citadins ne veulent pas voir nos voitures "polluantes". mais ces citadins n'hésitent pas à sortir leurs grosses bagnoles pour leurs week-ends et leurs vacances et venir envahir campagnes et bords de mer. Alors, pour être cohérents, citadins soi-disant écolos, prenez le train et votre vélo pour faire du tourisme. Vous verrez si c'est drôle.

  • avatar
    anthelme03 -

    Ils vont bien nous pondre des villes ...........à la campagne,comme disait le poète.

  • avatar
    okapi29 -

    Les grandes surfaces situées en extérieur des villes rient
    déjà que la majorité de personnes ne vont plus en ville et font leurs courses dans les zones extérieures bientôt ce sera la totalité des personnes.
    Personnellement j'ai déjà opté pour cette solution ayant marre de payer des droits de parking.
    Par principe chaque fois que je visite un site dans lequel il faut payer un droit de stationnement
    soit je n'y vais pas ou si j'y vais et paye ce droit je m'abstiens de consommer sur place et atteint d'être parti de ce lieu de racket pour aller consommer là où l'accès aux commerce est libre et gratuit.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]