Le Monopoly « MotoGP », refaire la saison pendant l'hiver...

Le Monopoly « MotoGP », refaire la saison pendant l'hiver...

Le monde du MotoGP entre chez vous

A lire aussi

publié le 21 novembre

Se ruiner sur les circuits, plus drôle qu'investir dans la pierre Dans huit jours, Valence va clore la saison 2016, avec neuf vainqueurs différents (peut-être dix) il y aura encore deux jours de tests sur les nouvelles motos (en fait des motos modifiées, seul Lorenzo aura droit à la toute nouvelle version 2017 de sa Ducati), certaines écuries glissent encore deux petits jours en plus en novembre et ensuite les essais en piste seront interdits quasiment pendant deux mois.

Deux mois d'hiver, à faire les magasins pour ces p... de cadeaux de Noël, à essayer d'être sincère en criant bonne année, le champagne aidant...

Pour ceux qui ont un peu les moyens, ce sera le ski, avec de longues soirées devant le feu de cheminée, allongés sur une peau d'ours, à faire les enfants que l'on n'a pas ou à divertir ceux que l'on a déjà faits.

Et voilà la solution... Le Monopoly spécial MotoGP !   

Monopoly, c'est en effet des souvenirs de jeunesse à passer des heures et des heures à se faire ruiner, là, ce que la boutique MotoGP vous propose, c'est une façon beaucoup plus drôle de vous retrouver sur la paille, les motos ça vit, contrairement aux tristes immeubles de la rue de la Paix.

Monopoly ? Un truc qui a été vendu à 90 millions d'exemplaires en France, plus d'un milliard dans le monde et le tout en 120 langues !

Alors sa déclinaison MotoGP est superbe idée.

Les grandes avenues ou les petites rues, ce sont des pilotes, des sponsors, des teams, quand je dis que vous allez vous ruiner (et ce qui est génial c'est qu'autour de ce jeu, on se ruine en rigolant) les chiffres démentiels et pour tout dire démoniaques de prix de revient des tems de MotoGP, tout ça pour rouler une heure tous les deux dimanche, on n'y croit pas mais c'est comme ça.

Une folie, et le principe d'un jeu réussi, quel qu'il soit, c'est toujours la folie.  

Les maisons à construire (et à revendre à bas prix quand les dés vous emmènent où il ne faut pas) ce sont des stands. Quant aux immeubles, ces trucs rouges dont est tellement fier avant de louper deux fois la case départ et de se retrouver comme un trader pris les doigts dans la confiture, ce sont des circuits.

Ce qui est amusant c'est que justement, les circuits peuvent coûter beaucoup d'argent dans le monde réel ! Quand par exemple ils ne sont pas construits comme au Pays de Galles ou quand leur revêtement tout neuf recrache l'eau comme à Sepang. Le propriétaire milliardaire de Brno prétend d'ailleurs que malgré son nombre record du monde de spectateurs, il perd quand même de l'argent. On est donc dans un registre logique, ronflant de millions de dollars mais prêt à avaler une fortune...

Et puis transformer la marmaille ou les amis en fans de Rossi et Marquez c'est plus gratifiant que de leur promettre la lune en achetant les Champs Elysées...

Le Monopoly MotoGP coûte 44,95 euro, pas la mer à boire pour s'amuser à quatre, cinq, six, mais une assurance d'une soirée beaucoup moins chère que sur les simulateurs de F1 ou de MotoGP de la salle de jeux qui n'attend que votre (vrai celui-là...) argent...  

D'ailleurs les sous du Monopoly, eux, sont bien réels, en papier, en liquide, en cash comme on dit dans le business...

Le jeu existe en anglais et en espagnol, en plus, mine de rien, vous apprendrez à manier la langue des affaires et celle qui est la deuxième la plus parlée au monde!

Bref, positif partout...  

Pour acheter, voir le lien en bas de reportage

 
0 commentaire - Le Monopoly « MotoGP », refaire la saison pendant l'hiver...
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]