La gestion des radars mobiles mobiles privatisée dès 2017

Chargement en cours
 Emmanuel Barbe, Délégué Interministériel à la Sécurité Routière

Emmanuel Barbe, Délégué Interministériel à la Sécurité Routière

1/2
© motoservices.com
A lire aussi

publié le 22 avril

La gestion des radars mobiles de nouvelle génération sera privatisée début 2017. D'abord pour rentabiliser les véhicules équipés de radars embarqués mais aussi pour permettre aux forces de l'ordre de se concentrer sur les contrôles d'alcoolémie et de stupéfiants.

Ce sont nos confrères du journal Le Parisien qui ont obtenu l'information auprès du Délégué Interministériel à la Sécurité Routière, Emmanuel Barbe : la gestion des radars mobiles mobiles embarqués dans les véhicules banalisés sera confiée à des sociétés privés dès le mois de janvier 2017. Nous étions au courant de cette mesure depuis le CISR du 2 octobre, nous connaissons maintenant sa date d'application.

Les mobiles mobiles sont extrêmement efficaces. Les 319 véhicules équipés ont flashés plus d'un million et demi de véhicules en 2014 en ne roulant "qu'à peine plus d'une heure par jour" selon Chantal Perrichon, présidente de la Ligue contre la Violence Routière. Malgré tout, la Sécurité routière considère qu'ils ne sont pas assez rentables parce que sous-exploités. Les gendarmes et policiers ont malheureusement autre chose à faire que de traquer les contrevenants. D'où l'idée de confier les bientôt 400 redoutables véhicules banalisés à des sociétés privées qui pourront rouler jour et nuit sans que cela empêche les forces de l'ordre de réaliser des contrôles d'alcoolémie et de stupéfiants, responsables à eux seuls 30 % des accidents mortels selon le bilan provisoire 2015 de l'Observatoire National Interministériel de la Sécurité routière (fichier joint en fin d'article).

Hécatombe de points de permis à prévoir

Sans surprise, Chantal Perrichon, interrogée par Le Parisien, voit d'un très bon œil ce changement qui permettra aux forces de l'ordre « d'être réaffectées à d'autres missions prioritaires » alors que Pierre Chasseray, le délégué général de l'association 40 millions d'Automobilistes, lui, considère que cela sonnera l'ouverture d'une chasse « impitoyable » aux contrevenants pour réaliser un maximum de profit « sur le dos des conducteurs » de jour comme de nuit. En effet, Emmanuel Barbe est très clair sur le sujet : « A tout endroit, à tout moment, les automobilistes doivent savoir qu'ils pourront se faire flasher. » a-t-il déclaré dans le Parisien, tout en affirmant que les futurs gestionnaires privés ne serait pas rémunérés en fonction du nombre d'amendes vu que ce seront toujours des officiers de police judiciaire basés dans le centre de traitement automatisé des infractions (à Rennes) qui analyseront les photos pour décider ou non de la verbalisation.

Reste une inconnue : les passagers des voitures équipées d'un radar mobile de nouvelle génération seront-ils en uniforme comme c'est obligatoire aujourd'hui ?

 
2 commentaires - La gestion des radars mobiles mobiles privatisée dès 2017
  • oursbrun -

    eh oui, les temps sont durs et il nous faut combler les caisses de l'état. 900M d'euros déjà collectés sur nos permis en impôts indirect alors il faut encore augmenter la rentabilité de cette escroquerie qu'est devenu le permis de conduire.
    Et si les moutons que nous sommes montrions les dents car avant tout un permis invalide c'est le chômage pour beaucoup.
    Ceux qui font ces lois ne conduisent pas ou ont des passes droits et peuvent à tout moment changer de chauffeur, prendre un avocat ect...

  • ouilleouille -

    c'est scandaleux , pour des raisons de rentabilité du marché , c'est entreprises vont faire du zele . il est illegale que le prévé soit juge et parti , du fait qu'un radar condamne et verbalise sans passer par un juge . une honte , et l'on nous parle en permanence de démocratie ? pendant que les jeunes font leur connerie a la bastille , on se la fait mettre profond .

  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]