In&motion et Ixon, l'airbag moto à la française

Chargement en cours
 Xavier Simeon est labellisé Ixon

Xavier Simeon est labellisé Ixon

1/5
© motoservices.com
A lire aussi

publié le 30 septembre

Ce n'est évidemment pas une nouveauté absolue, l'airbag logé dans la combarde, Dainese et Alpinestars, ou encore Furygan qui utilise le procédé Dainese l'ont déjà sorti. Leprincipe est simple mais la mise en application horriblement compliquée, car une chute à moto implique beaucoup plus de facteurs qu'un accident d'auto.

Ixon est équipementier  et In&motion (au fait, vous le savez tous mais au cas où... ce signe « & » s'appelle une esperluette) est fournisseur de technologie, spécialiste des airbag « wearable », que l'on porte sur soi donc.

Difficulté supplémentaire, dans ce cas type d'airbag moto, il ya une autre obligation qui est le confort du pilote, rien à voir avec l'auto où l'airbag est plaqué dans le moyeu du volant ou dans la boîte à gants...

Les remarques des pilotes sont donc très importantes. Pour cet airbag à la française, depuis le début de la saison 2016, Bradley Smith et Yonny Hernandez en MotoGP, Xavier Simeon et Simone Corsi en Moto2, Grégory Leblanc en endurance et en SBK français développent donc ce produit. Bon, je sais que Bradley Smith a été opéré il ya quelques jours mais c'est au genou, cela dit, un airbag protégeant le corps entier serait un nouveau grand défi...

Il est évident qu'à terme, l'application sera vendue en public, la presse et le public auront  il y aura sur ce point des précisions aux salons de Cologne et de Milan. In&motion a déjà une bonne remontée d'informations grâce à deux populations distinctes, mais aux problèmes assez liés.

Les skieurs, qui, mis à part le fait  de recevoir la moto sur le dos ou/et de rentrer dans une protection dure ( c'est ainsi qu'est mort Luis Salom) ont des types de chutes, souvent dues à une perte d'équilibre, à des vitesses également comparables à celles des pilotes de GP.

In&motion veut donc protéger les parties les plus exposées mais aussi les plus fragiles du corps du pilote. Le thorax, les épaules, le dos par exemple, les clavicules, la colonne vertébrale et les côtes.

Le gilet embarqué doit pouvoir mesurer les mouvements en temps réel pour sentir la gravité de la situation, et déclencher en moins d'un dixième de seconde la procédure détection plus gonflage. Le gonflage qui permet d'absorber l'énergie du choc tout en protégeant la colonne vertébrale et le reste tout en maintenant en place les organes vitaux, pour limiter les traumatismes, on sait que dans un choc, l'onde vibratoire est parfois plus dévastatrice que le choc lui-même. 

Cette finesse de détection de la chute grave est la priorité du travail d'In&motion. Et comme ces messieurs les pilotes, qui testent le produit depuis le début de la saison 2016, ne sont pas avares de chutes, la mise en condition « in situ » du procédé avec déclenchement du gonflage, en essais et en course, a  été fréquente et a donné d'excellents résultats. 

bien entendu, il s'agit d'uns système qui détecte la gravité de la chute sans fil ou capteur sur la moto.

En ce qui concerne les particuliers, on peut espérer que le produit proposé sera moins cher que les procédés italiens, qui dépassent largement le millier d'euro.

C'est un voeu pieu, sachant que pour un casque sérieux, il faut déjà sortir de 400 à 600 euro, on ne voit pas comment un système avec détecteur embarqué pourrait coûter moins cher que ses cousins ritals.  

En revanche, ce qui est sûr, c'est que pour s'éviter douleurs et mois d'hosto, et parfois des lésions définitives, 1000 balles, même quand on n'est pas riche comme Crésus, c'est donné... 

 
0 commentaire - In&motion et Ixon, l'airbag moto à la française
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]