Fin des 100 ch et retrofit, permis A2 pour tous : où en est-on ?

Fin des 100 ch et retrofit, permis A2 pour tous : où en est-on ?

Fin des 100 ch et retrofit, permis A2 pour tous : où en est-on ?

A lire aussi

publié le 21 janvier

La réunion de la CSIAM*, où se sont retrouvés aujourd'hui 15 janvier les différents acteurs de la filière du deux-roue motorisé, a permis de faire le point sur le bilan du marché 2015 mais aussi sur les modifications réglementaires qui vont bouleverser le milieu en 2016 : la fin de la loi des 100 ch et la remise en configuration d'origine des motos Euro3 ABS concernées d'une part, et d'autre part la généralisation du permis A2 limité à 35 kW pour tous les nouveaux permis moto. Reste toujours à savoir quand, pour l'un comme pour l'autre.

Le marché du deux et trois-roues motorisé de plus de 50 cm3 a confirmé la reprise amorcée en 2014 avec + 1,2 % (voir notre actu Bilan marché 2015). En revanche, le segment des 50 cm3 continue de baisser (- 8,3 %), ce qui n'est pas sans inquiéter, puisque les jeunes en 50 d'aujourd'hui sont les potentiels acheteurs de plus grosses cylindrées. Toutefois, dans un contexte économique plus favorable qu'entre 2008 et 2014, les prévisions pour 2016 sont positives, du moins sur les 125 et plus.

Mais ce marché va être impacté en 2016 par la fin des 100 ch et par la généralisation du permis A2 à tous les âges, une mesure qui est déjà en vigueur en Espagne depuis peu.

Retrofit : remise en configuration d'origine des motos Euro3 avec ABS

Depuis le 1er janvier, les motos Euro4 de plus de 100 ch n'ont plus l'obligation d'être bridées à cette puissance pour être vendues en France.

L'arrêté est prêt, qui autorise la remise en configuration d'origine des motos Euro3 à condition qu'elles disposent de l'ABS. Le décret modifiant le code de la route contenant entre autres cette nouvelle réglementation est sur le bureau du Conseil d'Etat. Mais il suffit que l'arrêté soit signé pour que ces motos Euro3 débridées puissent être immatriculées. Selon les dernières informations recueillies par la CSIAM auprès du conseiller du ministre de l'Intérieur qui s'occupe du dossier, "la publication est imminente". Une réunion d'information destinée aux constructeurs définissant les modalités pratiques pour l'établissement des cartes grises est même prévue le 27 janvier, donc très bientôt. Cet « imminent » administratif semblerait donc, une fois n'est pas coutume, conserver sa signification usuelle...

Pour la FFMC aussi, Matignon s'est clairement engagé. L'ensemble des acteurs reconnaissent ici la bonne volonté du délégué interministériel à la Sécurité routière Emmanuel Barbe. Si l'on a bon espoir que l'arrêté soit donc signé très prochainement, la décision reste politique, on ne peut rien faire de plus pour accélérer les choses.

Difficile de connaître l'impact de cette fin des 100 ch en termes de ventes sur le marché 2015, mais il a été faible : pas d'effondrement des modèles de plus de 100 ch en version libre. Et cela dépend aussi des constructeurs : chez KTM par exemple, dont les modèles phares font plus de 1000 cm3 et beaucoup plus de 100 ch, il aura été plus important que chez d'autres. En revanche, ce qui est sur, c'est que les constructeurs attendent un rebond sur ce segment, du moins en début d'année. Des actions commerciales devraient être mises en place pour accompagner cette nouvelle réglementation, avec par exemple des offres de reprise sur les motos "bridées" pour l'achat de la nouvelle version "libre" (Euro3 + ABS ou Euro4).

Permis A2 pour tous

La généralisation du permis A2, qui limite les nouveaux détenteurs, quel que soit l'âge, à des motos de 35 kW maximum pendant 2 ans, devrait être effective courant 2016 selon les pouvoirs publics (voir notre micro-trottoir vidéo à ce sujet). Ce qui laisse bien peu de temps aux constructeurs pour adapter leurs gammes et aux organismes de formation pour renouveler leur parc. La CSIAM et le CNPA ont donc demandé qu'au moins une année leur soit laissée pour ce faire.

Tous s'accordent pour dire que la démarche (l'accès progressif à des puissances supérieures) n'est pas contestable (même si l'on soulève aussi le fait que ce n'est pas cela qui sauvera des vies, le rapport poids/puissance étant plus important que la puissance pure), en revanche c'est la manière qu'ils pointent du doigt. Une mesure annoncée il y a à peine 2 mois serait effective aussi vite alors que le problème de la fin des 100 ch n'est pas traité depuis plusieurs années ? Et sans laisser le temps aux acteurs du marché de s'y adapter ? Les dents grincent un peu... Cette mesure sonne d'ailleurs un peu comme un contrepoids à la fin des 100 ch à laquelle la France a été obligée de se soumettre malgré elle.

Un enjeu politique

Car pour les pouvoirs publics, l'enjeu est éminemment politique, puisque la Sécurité routière est l'un des grands chevaux de bataille de ce gouvernement comme de tous les précédents depuis le dernier quart du XXè siècle. Alors que les chiffres de l'accidentalité des deux-roues motorisés baissent depuis de nombreux mois, tandis que ceux des autres usagers vulnérables (vélos et piétons) augmentent, l'important pour la filière du deux-roues motorisé est de communiquer de la manière la plus positive qui soit : les motards et scootéristes sont des usagers responsables, et la pratique du deux-roues un plaisir avant tout.

* CSIAM : chambre syndicale de l'industrie de l'automobile et du motocycle.

 
0 commentaire - Fin des 100 ch et retrofit, permis A2 pour tous : où en est-on ?
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]