Askoll : les scooters électriques et VAE "made in Italy" arrivent en France

Chargement en cours
 Askoll débarque en France avec ses cyclos électriques et VAE.

Askoll débarque en France avec ses cyclos électriques et VAE.

1/27
© motoservices.com
A lire aussi

publié le 31 octobre

Une nouvelle marque de scooters et vélos à assistance électriques vient d'arriver en France : Askoll, née chez nos cousins transalpins, a ouvert sa première boutique à Paris, et compte bien sur son « 100 % made in Italy » pour conquérir le marché français. Un modèle de VAE et un modèle de scooter équivalent 50 sont d'ores et déjà disponibles, déclinés chacun en deux versions, mais Askoll ne compte pas s'arrêter là...

Askoll, entreprise peu connue du grand public, est pourtant un important fabricant de moteurs électriques pour les aquariums et l'électroménager, fournisseurs des Bosch, Siemens et autres pour leurs machines à laver par exemple. Fondé en 1978 par Elio Marioni, la société est basée à Vicence détient près de 800 brevets, emploie 2500 salariés, et dispose d'usines dans le monde entier pour produire pour les marchés locaux.

Soucieux des problèmes de mobilité dans les grands centres urbains et des solutions « durables » à leur apporter, toujours animé par la passion de l'innovation, Elio Marioni a lancé en 2015 EVA, pour Electric Vehicles Askoll. La R&D s'est bien sûr appuyée sur l'expérience d'ingénieurs et de collaborateurs spécialisés dans le cyclisme et le deux-roues motorisé, mais l'expérience et le savoir-faire d'Askoll en tant que fabricant de moteurs électriques posent les bases d'une légitimité sur le segment, du moins en ce qui concerne la motorisation. Quant au design du scooter, il a été confié à un ancien de Piaggio. Car bien sûr le style était un critère très important, comme toujours en Italie.

Production italienne, ambitions européennes Par ailleurs, Askoll peut se targuer d'une fabrication 100 % made in Italy. Si certains composants proviennent de fournisseurs étrangers (cellules de batteries Panasonic, l'Espagnol JJuan pour les freins, le Taïwanais Kaifa pour les suspensions des scooters), l'ensemble moteur - contrôleur - transmission est bien produit dans l'usine Askoll de Vincence, et le tout y est donc assemblé. Pas question ici donc de modèles chinois rebadgés comme on en voit partout.

La marque dispose déjà de 18 boutiques en nom propre en Italie, et annonce des chiffres de vente conséquents sur ce marché, où il est leader du segment, depuis le début de la commercialisation en avril 2015 : 2000 VAE et 350 scooters. La France est le premier pays étranger où Askoll a décidé de s'implanter, pour son potentiel commercial mais aussi par attachement sentimental, Elio Marioni étant moitié italien, moitié français. Une première boutique dans le 12è arrondissement en attend de nombreuses autres dans les mois à venir. Mais l'ambition du groupe et de son fondateur va bien plus loin : avec une capacité de production actuelle de 5000 VAE et cyclos par an, Askoll voudrait tout simplement devenir le numéro 1 européen.

« La France est la première étape d'un plan d'expansion qui prévoitd'atteindre 200 points de vente en total - en Italie et à l'international, avec des monomarques, des shop in shop et des corner - avant la fin 2017 » affirme Elio Marioni. Nous souhaitons recréer à l'étranger le succès connu en Italie. Après Paris, nous nous concentrerons sur l'Allemagne et les pays nordiques, pour lesquels nous réaliserons des véhicules pouvant répondre aux exigences propres à ces marchés ».

Bien sûr nous verrons Askoll au salon de Milan, avec un équivalent 100 cm3 annoncé. Pour voir encore plus loin, Elio Marioni parle aussi d'un projet de voiture électrique. En attente de soutiens financiers et avouant que pour le coup la production pourrait difficilement se faire en Europe...

Les cyclos Askoll eS1 et eS2 Les modèles de scooters électriques eS1 et eS2, équivalents 50 cm3, se distinguent par le nombre de places (1 ou 2) et de batteries lithium-ion amovibles (1 ou 2 aussi). Chaque batterie pèse 8 kg et dispose d'une capacité de 2,1 kWh, pour une autonomie annoncée de 80 km/h environ avec les deux batteries. La recharge complète dure 3 h pour 1 kWh (donc environ 6 h pour les 2 packs). Trois modes de conduite sont disponibles (Eco, normal et power).

Les moteur brushless à aimants permanents développent 1,5 kW (eS1) et 2,7 kW (eS2), avec, selon les fiche techniques, un couple de 100 Nm et 130 Nm à la roue (ce qui nous semble tout de même beaucoup...). La transmission est assurée par une courroie.

Cadre tubulaire acier, jantes alu de 16 pouces, fourche hydraulique et mono-amortisseur, frein avant à disque et arrière à tambour (pas de freinage couplé) proposent un ensemble simple et cohérent au regard des performances, avec 72 petites kilos seulement sur la balance pour l'eS1 (84,6 pour l'eS2).

Pas de place dans le coffre sous la selle (hauteur 760 mm) puisque c'est là que logent les batteries, avec le câble pour les recharger en les laissant dedans (mais il est possible de les sortir pour les charger chez soi). En revanche, un plancher plat et une boîte à gants verrouillable offrent un minimum d'aspects pratiques, que l'ajout d'un top-case (deux voumes disponibles) sur la platine dédiée complètera.

La finition est sans chichi mais correcte, les clignotants et feux arrière adoptent des leds, le tableau de bord mêle analogique et numérique avec une présentation originale. Si le scooter a bénéficié de moins de recherche esthétique que les VAE, au moins affiche-il des tarifs assez contenus : 2 390 € pour l'eB1 et 2 990 € pour l'eB2.

Quelques tours de roues au guidon de l'eS1 confirment la bonne impression de départ : ce petit cyclo se prend en main et se faufile comme un vélo, conservant une stabilité correcte grâce à ses grandes jantes. La réactivité du moteur est bien gérée, le freinage progessif et suffisant. Le confort est à l'image du véhicule, minimaliste, mais pour l'usage auquel il est destiné, pas besoin de beaucoup plus. Le tarif, certes conséquent pour un "50", ne semble pas trop surévalué à première vue.

Les VAE Askoll eB1 et eB2 Les vélos à assistance électrique Askoll affichent un style épuré où aucun câble n'est visible ou presque. Ce qui explique le parti pris d'un moteur brushless (250 W) placé dans le moyeu de roue avant et d'une batterie (lithium-ion, 300 Wh, amovible, 2,6 kg) placée juste au-dessus de la roue, sous le guidon. L'autonomie varie de 50 km en mode 4 à 100 km en mode 1, pour un temps de charge de 3 h à 80 % (5 h pour la cherge complète).

Le châssis est en alu, deux configurations sont proposées : mixte (eB1) et "hollandais homme (eB2), pour un poids de 22 kg. De nombreux coloris et accessoires coordonnées sont au programme.

eB1 : 1390 €

eB2 : 1490 €

Boutique Askoll

24 rue de Lyon

75012 Paris

Site Askoll

 
0 commentaire - Askoll : les scooters électriques et VAE "made in Italy" arrivent en France
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]