Kymco AK 550
Essai
13 mai 2017
Bmw G 310 R
Essai
06 mai 2017
Honda X-ADV
Essai
29 avril 2017
Mondial Hps 125
Essai
22 avril 2017
Yamaha TMAX 530 DX Euro4
Essai
15 avril 2017
MagPower R-Stunt 50
Essai
08 avril 2017
Suzuki GSX-S 750
Essai
02 avril 2017
KTM 1090 Adventure 2017
Essai
25 mars 2017
Peugeot Metropolis II
Essai
18 mars 2017
Kawasaki Z900
Essai
11 mars 2017
Triumph Bonneville Bobber
Essai
04 mars 2017
Yamaha MT-09 Euro4
Essai
25 février 2017

Yamaha T-max 530 Lux Max

Yamaha T-max 530 Lux Max

Les photos de l'essai

publié le 23 juillet

il est en passe de devenir une Légende. Le Tmax n'en finit pas de surprendre, année après année, depuis maintenant 15 ans et Yamaha enfonce encore un peu plus le clou en 2016 avec la version Luxmax.

La mécanique du Tmax 530 n'évolue pas en 2016, il conserve son bicylindre de 530 cm3. Un bloc refroidi par eau dont la puissance culmine à 34,2 Kw, soit un peu moins de 47 ch, à 6350 tr.mn et qui délivre 52,3 Nm de couple à 5.250 tr.mn. Le tout est transmis à la roue arrière par un variateur et une courroie bien visible. Ce moteur est diabolique. Tout les éléments qui compose le Tmax 530 pourrait largement encaisser plus puissant mais il est d'une rondeur. C'est plein, ça prend des tours. On retrouve toujours ce qui est une marque de fabrique depuis le début, un léger creux au démarrage. Jusqu'à 15 km/h, ce n'est pas très expressif mais alors après, c'est vraiment autre chose. Ça pousse jusqu'à 90 - 100 sans faillir, après ça se calme légèrement et rebellote jusqu'à 170, sur une autoroute allemande, cela va sans dire et quelle reprises ! Et tout ça avec un freinage d'hypersport, l'autre marque de fabrique du maxiscooter sportif signé Yamaha.

Du sport mais tout confort

C'est très difficile d'expliquer ce que l'on ressent une fois en selle sur un Tmax 530. On a la sensation qu'il est très compact. Pas compact dans le sens ramassé, disons plutôt qu'il semble dense. Et dans tout les sens du terme. Disons que le Tmax, c'est rempli partout. C'est d'ailleurs ce qui est incroyable avec le Tmax : génération après génération, il procure toujours les mêmes excellentes sensations. Le train avant est soudé au sol, il arrive que l'arrière se dérobe lorsque l'on ré-attaque trop fort en sortie de courbe ou sur des revêtements pourris mais la glisse est hyper saine, jamais brutale et on a pratiquement l'impression que c'est l'avant qui se replace en ligne plus que l'arrière qui cesse de dériver. C'est assez magique. Autre chose qui ne change pas au fil du temps, c'est son coté très urbain. Autant il tient bon en courbe lorsque l'on attaque hors agglomération autant il est agile et prévenant en ville. Sportif mais confortable le Tmax. La selle, plutôt large et de bonne qualité, amplifie la sensation de confort. En outre le passager appréciera sa forme qui permet de supporter sans peine les accélérations du maxiscooter sportif Yamaha et l'amortissement est juste parfait pour un maxiscooter.

Plus qu'un maxiscooter, une sportive en robe de scoot

Depuis début 2015, le Tmax est équipé d'une fourche inversée de 41 mm de diamètre. De quoi contenir les transferts de charge imposés par la morsure des étriers radiaux 4 pistons qui viennent mordre le double disque de 267 mm disposé à l'avant. A l'arrière, le freinage est tout aussi honorable puisqu'il est assuré par un simple disque de 282 mm pincé par un étriers à 2 pistons. On remarque aussi la présence d'un second étrier sur le dessus, c'est celui du frein à main, bien pratique lorsque l'on cherche son bip de parking. Facile à actionner, il est aussi simple à desserrer. A l'arrière, le Tmax est équipé d'un monoamortisseur réglable en précontrainte. 

Avare, ni en équipements ni en aspects pratiques finalement

Sous la selle, contrairement aux apparences, il est facile de ranger un casque, y compris intégral, un équipement de pluie, des gants et il resterait même encore de la place pour un U. Dommage que le tunnel central ne permette pas de placer un sac entre les pieds, pour faire ses courses hebdomadaire, le sac à dos reste obligatoire. La boite à gants verrouillable et suffisamment vaste pour accueillir un grand smartphone, dommage que la seconde soit maintenant totalement condamnée par une toutefois très pratique prise 12v. En outre, avec ses projecteurs et ses feux de position à LED, rouler de nuit ne pose aucun problème.  

Des couacs tout de même

Il y a effectivement des choses qui fâchent sur le Tmax. D'abord la Smartkey avec son commutateur à la place du neiman, c'est l'enfer. On a l'impression que ça fonctionne quand àca veut. En revanche, si le Tableau de bord est joli, y compris de nuit avec sa petite couleur bleutée, bien lisible et plutôt complet, on accepterait facilement la présence d'un pare brise réglable voire d'un antipatinage, déconnectable éventuellement pour les puristes. Mais question moteur ça reste un must, la rondeur, la sonorité, ne changez rien et les 34,2 Kw c'est génial. Franchement, pour les permis A2, en attendant de monter en puissance, c'est pas mal pour patienter un Tmax et gageons qu'ils seront nombreux à ne rien vouloir d'autre s'ils y goûtent.

Le problème, c'est la douloureuse

Du moins, s'ils ont les moyens de se l'offrir car si le Tmax de base n'est déjà pas donné à 10.999 €, le Luxmax place la barre encore plus haut. Pour rouler sur cette édition prestige du Tmax dotée de la très brillante couleur Nimbus Grey, d'une selle surpiquée et de marchepieds alu, il faudra tout de même débourser 11.499 €. 

Avis de la rédaction sur Yamaha T-max 530 Lux Max
16.8/20
Question moteur, le bicylindre du Tmax reste un must : la rondeur, la sonorité, c'est sans pareil. Et les 34,2 kW, c'est génial. Ça le rend accessible au permis A2 sans bridage. Franchement, en attendant de monter en puissance, c'est pas mal un Tmax 530. Nombreux sont ceux qui ne voudront rien d'autre, à terme. S'ils ont les moyens de se l'offrir toutefois. Car, si le Tmax de base n'est déjà pas donné à 10.999 €, le Lux Max place la barre encore plus haut. Pour rouler sur cette édition prestige du Tmax dotée de la très brillante couleur Nimbus Grey, d'une selle surpiquée et de marchepieds alu, il faudra tout de même débourser 11.499 €.
Rondeur et puissance moteurFreinagePrécision train avantDesignSonoritéEclairage
Tarif
Les chiffresPrix11 499 €Puissance34,2 kW à 6350 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur20/20Chassis20/20Look20/20Prix12/20Equipements12/20
 
10 commentaires - Yamaha T-max 530 Lux Max
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]