Triumph Street Triple 765 S
Essai
11 novembre 2017
MagPower Bombers
Essai
04 novembre 2017
KTM Duke 390 2017 Euro 4
Essai
28 octobre 2017
Ducati Monster 797
Essai
21 octobre 2017
Bmw K 1600 GT 2017
Essai
30 septembre 2017
NIU N1S Civic
Essai
23 septembre 2017
Benelli TRK 502
Essai
16 septembre 2017
Bullit Hero
Essai
09 septembre 2017
Harley-Davidson Street Rod 750
Essai
02 septembre 2017
Honda SH 125i Euro4
Essai
19 août 2017

Yamaha MT-125

Yamaha MT-125

Les photos de l'essai
Yamaha MT-125
30
Diaporama

publié le 27 décembre

La catégorie des 125 cm3 est à la fête avec la sortie de cette Yamaha MT-125. Ce nouveau roadster sportif, créé par le constructeur japonais sur la base de sa YZF-125 modèle 2014, ne galvaude pas son nom, issu de la lignée des Master of Torque (« maître du couple »), même dans cette cylindrée.

Pour permis B

Destinée aux détenteurs de permis B, et produite en France, la MT-125 affiche une qualité de finition à la hauteur des standards nippons. Exceptés quelques petits câbles visibles, la qualité et le bon assemblage des pièces prime. La MT-125 est une belle moto, au gabarit des plus valorisants. Seule la taille des pneus, 100/80 et 130/70, trahit sa cylindrée.

Une vraie MT

Équipée de feux de jour, d'un feu arrière et de clignotants à LED et dotée d'un équipement de haut niveau, la MT-125 ne fait l'impasse que sur un coffre de bonne taille sous la selle conducteur, les feux de détresse et un indicateur de rapport engagé, mais propose un shift light non réglable, indiquant de passer à la vitesse supérieure lorsque le régime moteur maximal de 10 000 tr/min est atteint.L'instrumentation, entièrement digitale, est complète et pilotée depuis la gâchette à l'index droit. Consommation moyenne ou instantanée, kilométrage total ou journalier, température moteur et durée du trajet (en temps), horloge et intervalle avant la prochaine révision alternent ainsi aux côtés de la vitesse et du compte-tours.

Elle a tout d'une grande

La selle de la MT-125, ferme, étroite dans sa partie avant, compense les 810 mm de haut annoncés, tout comme l'amortissement signé Kayaba souple à l'attaque : on pose du coup facilement les pieds à plat au sol dès 1,70 m. La position de conduite est agréable et décontractée, et le guidon à section variable très flatteur : cette MT-125 a tout d'une grande, y compris le freinage.Si un seul disque prend place sur la superbe jante avant aux bâtons en Y, il affiche 298 mm de diamètre et est pincé par un étrier 4 pistons à fixation radiale du meilleur effet et très efficace. L'arrière est confié à un disque de 230 mm à étrier double piston. L'ensemble brille par son feeling et sa puissance, mais ne bénéficie pas encore de l'ABS, même en option. On regrette aussi le levier de frein non réglable en écartement, à l'attaque immédiate et à la course faible. Le réservoir de forme idéale peut contenir 11,5 litres de carburant et permet de parcourir plus de 500 km si l'on considère les 2,3 litres de consommation vérifiés en conduite sportive et autoroutière, même si l'on fait quelques pointes à 138 km/h compteur, vitesse maximale relevée sur autoroute à fond de 6 avant la rupture moteur.

Un moteur au top

Équipée d'un monocylindre Yamaha/Minarelli de 11 kW de puissance affichant un couple de 12,4 Nm et une sonorité discrète au travers de son échappement pourtant typé racing, le streetfighter Yamaha ne manque pas de caractère. Doux et exploitable en ville, il se réveille dès que l'on tourne la poignée et et exploite les moyens et hauts régimes, mettant à profit ses excellentes caractéristiques et révélant son côté sportif.On n'hésite donc pas à sortir d'agglomération pour aller se dégourdir les pneus sur les petites routes, où la qualité de l'amortissement, de la partie cycle et du cadre périmétrique type Deltabox associé à un bras oscillant renforcé en aluminium moulé, ont de quoi rendre jalouses les concurrentes et même les plus grosses cylindrées. Impériale, la mini MT affiche vivacité en agglomération, belle agilité dans le sinueux et stabilité hors pair dans les grandes courbes. Impressionnant et très agréable.

Roadster sportif, mais pas radical

Sexy, séduisante et homogène, la MT-125 a les moyens de ses ambitions  haut de gamme : donner du plaisir, du plaisir et encore du plaisir à qui en prend les rênes. Superbe concurrente de l'hégémonique KTM Duke 125, elle propose un moteur plus agréable au quotidien et un look à part. Et si vous la trouvez chère, pensez à tout ce qu'elle a offrir, à sa qualité de fabrication, son niveau d'équipement et de performance, et relativisez l'absence d'ABS : les pneus sont de qualité et le freinage au top. La MT-125 : Un roadster sportif, assurément, mais pas radical.    

Avis de la rédaction sur Yamaha MT-125
17.6/20
La MT-125 ne se contente pas de reprendre une base performante, elle la transforme pour davantage de polyvalence : conservant des gènes de sportive, elle pense duo, elle pense ville, mais aussi petites routes et surtout agrément à chaque instant. Moins extrême qu'une Duke, plus sympa que la majorité des 125 modernes, la MT-125 pourrait bien ne pas uniquement séduire les jeunes, mais aussi les quadras et quinquas, attirés par son look, son équipement, ses performances, et le zeste de fun qui caractérise les Master of Torque. Reste un tarif haut perché pour la cylindrée : à 4 299 €, la MT 125 coûte 200 € de plus que la KTM, qui est désormais dotée de l'ABS de série... Certes, la Duke est fabriquée en Inde, tandis que la MT 125 revendique son "made in France". Cocorico !
Finition très valorisanteNiveau de performance généralComportement routierAussi efficace qu'une grande...
Pas d'indicateur de rapport engagéLevier de frein non réglablePrix
Les chiffresPrix4 299 €Puissance11 kW à 9000 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur16/20Chassis20/20Look16/20Prix20/20Equipements16/20
 
1 commentaire - Yamaha MT-125
  • avatar
    Jeanchouan -

    C'est une belle machine La MT 125...........sacré look..........eu plus pour un mono......sacré performance............

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]