Yamaha Xmax 300
Essai
17 juin 2017
Honda CMX 500 Rebel
Essai
03 juin 2017
Kymco AK 550
Essai
13 mai 2017
Bmw G 310 R
Essai
06 mai 2017
Honda X-ADV
Essai
29 avril 2017
Mondial Hps 125
Essai
22 avril 2017
Yamaha TMAX 530 DX Euro4
Essai
15 avril 2017
MagPower R-Stunt 50
Essai
08 avril 2017
Suzuki GSX-S 750
Essai
02 avril 2017
KTM 1090 Adventure 2017
Essai
25 mars 2017

Yamaha MT-10

Yamaha MT-10

Les photos de l'essai
Yamaha MT-10
20
Diaporama

publié le 31 décembre

Avec la MT-10, Yamaha offre un nouveau vaisseau amiral à la flotte Master of Torque. Sur le papier, cette hyper naked est une R1 dépouillée de son carénage mais la réalité pourrait bien être tout autre.

Suite au lancement de la MT-09 en 2014, Yamaha a écoulé pas moins de 65.000 MT (MT-07, MT 125 et MT-03 comprises). Cela place la gamme Dark Side of Japan sur la première marche du podium européen. Pour densifier encore cette gamme, la marque aux trois diapasons n'a pas opté pour un modèle intermédiaire mais plutôt d'offrir un général à son armée de MT : la MT-10. Nous nous sommes empressé de répondre présent à l'appel lorsque Yamaha nous a proposé de   découvrir dans la région d'Almeria en Espagne que son Streefighter n'est pas une R1 déshabillée mais bien un hypernaked aussi polyvalent que sportif.

Ce n'est pas une R1 dépouillée

Première grosse surprise, elle est sacrément confortable cette MT-10 pour un Streetfighter. La position de conduite est cool. On est plus encastré dans la moto que sur les avant bras et on ressent une certaine souplesse. On a manifestement cherché à la rendre plus confortable que la supersport dont elle dérive. Car oui, la base de la MT-10 est bel et bien la R1. Le châssis est identique à 60%. On trouve le même cadre Deltabox légèrement revu pour plus d'élasticité. Le bras oscillant type treillis en aluminium est lui aussi pratiquement identique à celui de l'hypersport, comme les suspensions : on retrouve la même fourche inversée de 43 mm de diamètre à cartouche KYB au débattement de 120 mm. En revanche, les réglages sont différents. Souple en début de charge, elle devient plus rigide lors de plus grandes contraintes. A l'arrière, on trouve aussi du KYB entièrement réglable. En revanche, le tableau de bord, même s'il est très complet, n'est pas aussi évolué que celui de la R1. Il est plus proche de celui d'une MT-09.

Bientôt dans Transformers ?

Comme toutes les MT, la MT-10 arbore un design très streetfighter. Les lignes taillées à la serpe offrent une allure très agressive à la dernière née de Yamaha. C'est très visible au niveau des optiques. Le double projecteur mono-focus à led surmonté d'un feu de jour lui aussi à led lui donne un faciès qu'on imaginerait très bien dans le prochain Transformers. Malgré tout, la protection de la tête de fourche est plutôt bonne malgré son côté très torturé. Pour permettre au pilote d'adopter une position plus droite, plus street, le réservoir est plus court que celui de la R1, mais aussi plus massif pour conserver sa capacité de 17 litres. Cela renforce encore le caractère musclé de la MT-10 dont tout le poids semble concentré sur l'avant.

Nouveau D-Mode

On retrouve le système D-Mode sur cette MT-10. Mais s'il propose toujours les modes Standard, A et B, cette fois le mode Standard est le plus sage, le A renforce le couple à bas et mi-régime et le B ajoute une bonne dose de réactivité à l'accélération en plus. C'est nettement plus marqué que sur d'autres motos. Le mode standard est largement suffisant notamment en ville, le mode B rend la MT-10 vraiment très sportive, et c'est parfait. En revanche, le mode B est à bannir, la coupure des gaz est vraiment trop brutale. Ca secoue trop. On préfère largement le mode B qui la rend explosive mais étonnamment plus facile à gérer.

Une batterie d'assistances électroniques

Pour juguler les ardeurs du 4 cylindres en ligne Crossplane de 998 cm3 de 160 ch issu de la R1 mais revu pour obtenir plus de couple (111 Nm max) à bas et mi-régime, Yamaha n'a pas lésiné sur les moyens. La MT-10 est pourvue d'un double disque de 320 mm pincé par des étriers radiaux à 4 pistons à l'avant et d'un disque de 220 mm, étrier 2 pistons à l'arrière. Le tout signé Nissin. Elle est aussi dotée d'un contrôle de traction TCS réglable sur 3 niveaux d'intervention totalement déconnectable et d'un embrayage antidribble (A&S) quasi identique à celui de la R1 qui maîtrise la roue arrière à la décélération. Plus surprenant, la MT-10 dispose d'un régulateur de vitesse, réglable via le comodo gauche.

Redoutable roadster

Cette MT-10 a un train avant incroyable, et en plus elle est bien chaussée en Battlax S20. Elle est soudée au sol. Il n'y a bien que le courage du pilote, ou son inconscience qui en viendra à bout. En revanche, le freinage, dosable mais très puissant est à manier avec parcimonie. Autant, on peut s'autoriser des freinages tardifs, autant une fois inscrit en courbe, il aura tendance à relever la moto. En fait, c'est toujours le problème avec ce type de monstre. C'est tellement efficace, tellement facile d'une certaine façon, qu'on a tendance à oublier les lois de la physique. C'est pas une mobylette une moto de 160 ch, on arrive vite à des vitesses stratosphérique. En clair, on a plutôt intérêt d'anticiper, sinon c'est le tout droit assuré.

Au terme de cet essai, c'est la polyvalence de la MT-10 qui ressort. Si on n'a aucun mal à faire parler ses gènes de R1, son cadre et son amortissement moins typé hypersport peuvent en faire une compagne agréable pour des balades du week-end, voire plus si on puise dans le catalogue d'accessoires proposé par Yamaha. Des accessoires qui viendront toutefois faire gonfler l'honnête facture de 13.499 €. Un tarif qui permet à Yamaha de rivaliser sans problème avec une Triumph Speed Triple R à 13.800 €, ou une BMW S1000R à 13.500 €.

Avis de la rédaction sur Yamaha MT-10
16.8/20
Le staff de Yamaha a été très clair : « La MT-10 a beau être le vaisseau amiral de la flotte MT, être la représentante la plus aboutie de l'esprit Dark Side of Japan, avec tout ce que cela comporte comme sportivité, elle doit être polyvalente et accessible. » Et force est de constater qu'avec les accessoires proposés par la marque aux diapasons comme le pare-brise, les pare-mains, les valises (et autres) et le confort qu'elle propose naturellement, rien n'empêche d'imaginer pouvoir rouler loin et longtemps. Quant à son côté accessible, elle est plutôt bien placée effectivement : la MT-10 sera disponible dès la mi-mai moyennant 13.199 € jusqu'au 30 juillet. Ensuite, ce sera 13.499 €.
Look tranchéMoteur plein partoutFinition soignéeConfortable
Look tranché
Les chiffresPrix13 499 €Puissance118 kW à 11500 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur20/20Chassis16/20Look16/20Prix16/20Equipements16/20
 
3 commentaires - Yamaha MT-10
  • [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]