Benelli TRK 502
Essai
16 septembre 2017
Bullit Hero
Essai
09 septembre 2017
Harley-Davidson Street Rod 750
Essai
02 septembre 2017
Honda SH 125i Euro4
Essai
19 août 2017
Yamaha MT-10 2017 Euro 4
Essai
12 août 2017
Kawasaki Versys-X 300
Essai
29 juillet 2017
Kymco Like 125 2017
Essai
22 juillet 2017
Bmw R 1200 GS 2017
Essai
15 juillet 2017
Indian Roadmaster Euro4
Essai
08 juillet 2017
TGB Blade 600 LT EPS
Essai
01 juillet 2017
Masai Scrambler 125 E4
Essai
24 juin 2017

Yamaha MT-10 2017 Euro 4

Yamaha MT-10 2017 Euro 4

Les photos de l'essai

publié le 12 août

Avec ses suspensions Öhlins aux réglages électroniques automatiques ou manuels, son instrumentation TFT et son coloris spécifique de R1M, la MT-10 version SP s'annonce comme une bête de sportivité. De quoi se prendre pour un certain VR46 au quotidien !

Special Parts : c'est la signification de ces deux lettres accolées au patronyme de la série spéciale 2017 du méchant gros roadster d'Iwata que nous testons aujourd'hui. Il s'agit donc de « pièces spéciales » : des suspensions électroniques Öhlins dorées dérivées de celles qui amortissent la R1-M, mais pas que ! En effet, s'inspirant encore de l'hypersportive la plus haute en gamme du constructeur japonais, cette déclinaison de l'hyper roadster Crossplane étrenne un coloris spécifique et un écran TFT à l'affichage route ou circuit, basculant de plus sur un éclairage nuit lorsque la lumière décroit : un téléviseur couleur diraient certains, un véritable outil de réglages diraient d'autres. Ces derniers ont bien raison ! 

Clicks électroniques

Car outre la sélection des modes automatiques électroniques des suspensions qui agissent en temps réelles (mode suspension A1 orienté Sport, A2 orienté Touring...ou presque !), l'écran permet également d'opérer toutes les variations d'hydrauliques souhaitées à l'avant comme à l'arrière, si toutefois les settings non-électroniques définis par Yamaha ne conviennent pas (modes suspensions M1,M2 et M3) ! Des réglages qui s'opèrent d'une simple pichenette via des boutons de commandes, s'il vous plaît ! C'est dit : le tournevis peut donc maintenant rester à l'atelier. Facom est fâché ! Ce célèbre fabricant d'outil fait d'autant plus grise mine que cette version SP est vraiment efficace. Déjà les suspensions suédoises, de meilleures factures, réagissent encore mieux que les nippones sur les petites déformations. De plus, via l'unité de contrôle et ses différents capteurs, les modes actifs A1 et A2 ajustent l'amorti en temps réel, analysant les différents paramètres 100 fois par secondes (dixit Yamaha). Si A1 est à réserver à la piste, ses réactions sont franchement trop sèches sur routes, A2 nous a convaincu sur le tracé sinueux à souhaits que nous avons privilégié. Transformant notre périple sur départementales en course de côte !

Meilleure assiette. Miam !

Mis sous la surveillance de l'algorithme du système électronique, sur le mode actifs A2 la fourche inversée NIX30 et l'amortisseur TTX36 à bonbonne canalisent l'enfoncement des suspensions de l'hyperoadster SP. Avec une meilleure gestion du transfert de masse sur les ralentissements et plus de stabilité à l'ouverture, cette MT-10 "upgradée" propose une meilleure assiette que sa version standard. En mode sportif, le placement en entrée de courbe est plus aisé. Sur l'angle on ressent ensuite une rigueur optimisée dans le maintien de cap et en sortie de virages, le pneu arrière est indéniablement moins mis en contrainte. L'anti-patinage s'en retrouve donc moins sollicité. Toutefois l'avant demeure toujours aussi vif. En duo maintenant, ses suspensions font ici aussi leur petit effet pour ménager le confort de l'hôte, qui bondit moins au passage des petites déformations.

Réglages ludiques 

Les réglages « usines » M1, M2 et M3 non électroniques sont intéressants. Avec des réactions plus conventionnelles, le setting M3 nous ramène sensiblement à ce que l'on ressent déjà sur la MT-10 standard. M1 est le plus fermé en hydraulique et propose un caractère sportif. En outre, ces trois plate-formes sont personnalisables via le nouveau bouton « menu » installé sur le commodo droit. Par simple rotation de cette molette, on fait alors varier la jauge de compression et de détente de la fourche comme de l'amortisseur, avec pas moins de trente barrettes équivalentes à autant de clicks de tournevis. C'est hyper ludique et facile à utiliser. Ces nouvelles fonctionnalités électroniques permettent de mieux profiter du caractère de cette moto au moteur Crossplane plein à tous les niveaux. Un 4 cylindres qui tracte déjà bien dès 3 500 tours, mais qui pousse franchement copieusement passés les 5 500, une plage idéale à partir de laquelle on peut faire entrer en action son shifter up, proposé de série. Ancré dans un châssis tout alu léger et compact, l'ensemble fait des merveilles avec les nouvelles suspensions.

Yamaha MT-10 SP :  Le roadster ultime !

Pour assoir la domination de la MT-10 sur le segment des gros roadster en 2017, cette nouvelle version SP, franchement bien balancée, tombe  à point nommé pour apporter un second souffle au modèle MT-10. Reste son tarif de 15 999 € (+ 2000 € par rapport au modèle standard) qui fait réfléchir. Et qui au sein de la famille MT-10 nous fait douter quant à l'ambition du constructeur nippon d'écouler 35 % de SP en Europe cette année.

Avis de la rédaction sur Yamaha MT-10 2017 Euro 4
16/20
L'an dernier les nouvelles Yamaha MT-10 ce sont bien vendus. Avec en effet 830 immatriculations réalisées entre mai et décembre, elles ont devancé les autres hyper roadsters de 160 chevaux et + que sont les KTM 1290 Super Duke R (735 unités) et BMW S1000R (576). A vrai dire Yamaha tiens même la plus haute marche du segment des gros roadster, puisqu'en 2016 Kawasaki à vendu 584 Z1000, Suzuki 635 GSX-S1000, Triumph à fait un carton avec 799 Speed triple, alors que Ducati n'a réalisé que 121 ventes de l'ancienne mouture du Monster 1200. Pour assoir cette domination en 2017 cette nouvelle version SP, franchement bien balancée, tombe donc à point nommé pour apporter un second souffle au modèle MT-10. Reste son tarif de 15 999 € (+ 2000 € par rapport au modèle standard) qui fait réfléchir. Et qui au sein de la famille Mt-10 nous fait douter quant à l'ambition du constructeur nippon d'écouler 35 % de SP en Europe cette année.
Suspensions électroniques activesFacilité et possibilités de réglagesCaractère moteurSophistication de l'écran TFTPoidsColoris spécifique
Pas d'amortisseur de direction ÖhlinsPrixConsommation
Les chiffresPrix13 999 €Puissance118 kW à 11500 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur20/20Chassis16/20Look16/20Prix12/20Equipements16/20
 
1 commentaire - Yamaha MT-10 2017 Euro 4
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]