Benelli TRK 502
Essai
16 septembre 2017
Bullit Hero
Essai
09 septembre 2017
Harley-Davidson Street Rod 750
Essai
02 septembre 2017
Honda SH 125i Euro4
Essai
19 août 2017
Yamaha MT-10 2017 Euro 4
Essai
12 août 2017
Kawasaki Versys-X 300
Essai
29 juillet 2017
Kymco Like 125 2017
Essai
22 juillet 2017
Bmw R 1200 GS 2017
Essai
15 juillet 2017
Indian Roadmaster Euro4
Essai
08 juillet 2017
TGB Blade 600 LT EPS
Essai
01 juillet 2017
Masai Scrambler 125 E4
Essai
24 juin 2017

Triumph Thruxton R 2016

Triumph Thruxton R 2016

Les photos de l'essai

publié le 2 décembre

La nouvelle Thruxton R est certainement le plus excitant des modèles de la gamme Bonneville revue par Triumph en 2016. Ce café racer mythique s'offre un millésime absolument inédit, bien plus sportif que le précédent : moderne bicylindre 1200 cm3 liquide Euro4, partie cycle affûtée, assistances électroniques... De quoi défendre son héritage glorieux face à une BMW Nine-T pour la course au titre d'égérie hipster !La Thruxton doit son nom à la course d'endurance Thruxton 500 series, où Triumph s'illustrait par des victoires et records dans les années 60. Malgré une ligne joliment remise au goût vintage du jour, on reconnaît la Thruxton au premier regard, avec une finition digne du nom glorieux que cette moto porte.

Pur café racer

Son phare rond, orné d'un feu de jour à led en demi-cercle, sa selle monoplace, ses demi-guidons bracelets, son réservoir échancré, ses silencieux « mégaphones », son bouchon de réservoir Monza, ses jantes à rayon, ses rétros en bout de guidon, où l'on ne voit pas trop mal, évoquent le café racer british à l'état pur. Les pièces en alu de la version R rutilent : bras oscillant, té de fourche, plaques latérales, sangle de réservoir... Elle se distingue aussi par sa fourche Showa Big Piston et ses amortisseurs Öhlins réglables en tout sens, par ses pneus Pirelli Diablo Corsa, et un poids de 203 kg à sec contre 206 pour la version standard, amortie par Kayaba et chaussée en Pirelli Angel GT.

Ergonomie sportive mais pas trop

La Thruxton est une petite moto, qui accueille aussi les grands gabarits. Pour autant, sa compacité et son étroitesse permet à tous de la prendre en mains et la hauteur de selle de 810 mm n'affecte pas les plus petits, qui posent les deux pieds au sol. Sportive, la position de conduite et l'ergonomie ne sont pas radicales, avec des demi-guidons placés au-dessus du magnifique té supérieur et des repose-pieds ni trop élevés ni trop reculés. La selle (dure) est assez longue pour se reculer, le réservoir très échancré se serre facilement entre les jambes et l'ensemble offre au pilote une bonne mobilité.L'instrumentation à deux cadrans analogiques dispose d'un écran numérique complet : horloge, 2 trips, conso instantanée et moyenne, autonomie restante en km, indicateur d'entretien... Notez qu'une prise USB est dissimulée sous la selle.

Cadre et géométrie revus

Le cadre, totalement revu, est toujours constitué d'un treillis tubulaire en acier, mais la géométrie a gagné en sportivité, avec un empattement et un angle de chasse réduits, ainsi qu'une jante avant qui passe de 18 à 17 pouces. Cela favorise l'agilité, et compense la moindre maniabilité du guidon étroit. L'ensemble offre un comportement vif, mais rigoureux, rassurant. Le train avant semble posé sur un rail, les suspensions ici réglées en position médiane offrent une tenue de route parfaite, mais le confort est ferme. La Thruxton R demande un minimum d'engagement de la part du pilote, qui peut déhancher facilement. Son poids contenu et un pneu de 160 à l'arrière aident aussi à enchaîner les virages.

Un twin qui a du cœur

En son cœur, toujours un twin parallèle, mais en 1200 cm3 et calé à 270 °, à refroidissement liquide, 4 soupapes par cylindre et Euro4. Le radiateur et ses durites sont délicatement intégrées, les corps d'injection sont camouflés façon carburateurs, et les ailettes des cylindres conservées : style classique oblige. Avec 97 ch à 6750 tr/min et 112 Nm à 4950 tr/min, ses performances sont maintenant à la hauteur de ses prétentions de sportive néo-classique. Tout le temps disponible, ce twin offre une réponse particulièrement franche à mi-régime entre 3000 et 5000 tr/min, et on croise à 130 km/h à 4500 tr/min en 6è, ce qui laisse largement de quoi voir venir jusqu'à la fin de la zone rouge à 8000 tr/min. Vigoureux sans être agressif, il bénéficie d'un accélérateur électronique qui permet de doser finement les gaz, d'autant plus que 3 modes sont disponibles : Rain, Road, Sport. Entre Road et Sport, la différence est peu sensible, en Rain le twin prend moins vite ses tours, mais comme ce mode n'est pas bridé en puissance, on ne ressent pas de frustration. Conso moyenne affichée par l'ordinateur de bord : 4,5 l/100 km. Très correct !

ABS et antipatinage, ou pas

Cela ne va pas bien sûr sans les assistances électroniques, ABS et antipatinage, tous deux déconnectables. L'antiblocage réagit assez facilement lors des freinages sur bitume dégradé, peut-être un effet de la fermeté des suspensions et de la puissance du système Brembo à l'avant, celui-ci brillant toutefois par son feeling et son efficacité. L'arrière, confié à Nissin, moins dosable, ne démérite pas non plus ceci dit. L'embrayage assisté est un régal, et la boîte six rapports est transparente. Pour finir, notez que l'intervalle de révision a été porté à 16 000 km, quant le millésime précédent réclamait sa visite tous les 10000. Et enfin que si la France impose comme c'est prévu le permis A2 pour tous quel que soit l'âge, Triumph sortirait probablement cette Thruxton en version 35 kW A2 friendly...

Digne héritière

Loin d'être une simple évolution du millésime précédent, la Thruxton 2016 est une vraie nouvelle interprétation du concept né avec elle il y a un demi-siècle. Moderne mais classique, performante mais simple, sportive mais accessible : elle a tout pour plaire aujourd'hui. Et n'hésite pas à se faire désirer avec un tarif conséquent, surtout en version R (14 900 €). Sinon, vous pouvez toujours opter pour la version standard à 12 900 €...

Avis de la rédaction sur Triumph Thruxton R 2016
18.4/20
Loin d'être une simple évolution du millésime précédent, la Thruxton 2016 est une vraie nouvelle interprétation du concept né avec elle il y a un demi-siècle. Moderne mais classique, performante mais simple, sportive mais accessible : elle a tout pour plaire aujourd'hui. Et n'hésite pas à se faire désirer avec un tarif conséquent, surtout en version R, à peine moins chère que la BMW Nine-T, moins sportive, et moins... anglaise ! Vous pouvez aussi toujours opter pour la version standard, à 12900 €, donc à 2000 € de moins que la R, dont la partie cycle n'est certes pas équipée de composants au nom glorieux, mais qui paraît plus raisonnable au quotidien. L'un des pilotes d'essai officiels de Triumph nous a confié que les suspensions Kayaba lui allaient aussi très bien... A vérifier bien sûr par un essai, et à vous de voir si vous êtes plus « contemporain » ou plus « confort » ! Pour ceux qui en voudraient encore plus que la version R, un kit piste Performance non homologué sur route sera bientôt disponible...
Ligne sublimeFinitionMoteur enthousiasteComportementSportive racée mais accessibleFreinage et suspensions au topAssistances discrètes
ConfortCompteur vitesse peu lisibleSelle biplace en optionJantes non tubelessPrix
Les chiffresPrix15 200 €Puissance72 kW à 6750 tr/min0 à 100km/hN/CConso mixteN/C
Notes de la rédactionMoteur20/20Chassis20/20Look20/20Prix12/20Equipements20/20
 
1 commentaire - Triumph Thruxton R 2016
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]